fbpx

Magazine n° 120 – Mars 2021

causette 120 couv nocode web
©Marie Rouge

ÉDITO

Rarement les Victoires de la musique n’auront aussi bien porté leur nom. D’abord parce que, après une année sans le moindre concert, voir des artistes performer sur une scène (waouh !) avec du public (waouhouh !), c’était déjà en soi une petite satisfaction pour pas cher. OK, on a vu ça derrière un écran ; d’accord, les gens dans le public avaient l’air d’être des figurant·es masqué·es ; bien sûr, on a vécu, comme chaque année, quelques moments gênants ; eh oui, Stéphane Bern dans son costume trois-​pièces un peu trop moulax avait l’air aussi coincé que sa statue au Musée Grévin. Néanmoins, on a pris un peu de plaisir, en pilou devant la téloche, à se mettre dans l’ambiance.

Mais, vous l’aurez compris, ce soir-​là, la vraie victoire était ailleurs. Le triomphe, en vérité, c’est d’avoir vu sur cette « Seine musicale » une nouvelle génération de chanteuses, bien de leur époque, se tenir droites et fières. Farouchement déterminées à changer les paroles de la chanson, à bouleverser les codes de l’industrie musicale, à se foutre des conventions, à détricoter les stéréotypes et à ouvrir grand leur bouche pour que, enfin, on entende ce qu’elles ont à dire.

La veille de la cérémonie, la chanteuse Pomme avait posé la première pierre en publiant, sur le site de Mediapart, une lettre ouverte évoquant les violences sexistes et sexuelles dans le monde musical et rappelant que le collectif #MusicToo avait déjà recueilli plus de trois cents témoignages de victimes. Elle en a remis une couche le jour J, bien distinctement dans le micro, appelant de ses vœux que cette industrie soit « de plus en plus safe pour les femmes ». Yseult, après une performance hors norme – dans tous les sens du terme –, a pris la relève en clamant que le « chemin est long en tant que femme noire, […] en tant que femme grosse » et en criant haut et fort, le poing levé : « Notre colère est légitime. » Pendant ce temps-​là, Suzane chantait et dansait une histoire d’amour entre femmes et Camélia Jordana pliait le game avec un chœur gospel de feu. Camélia, qui a récemment fait fulminer les rageux en ayant le toupet d’élaborer publiquement une pensée personnelle. Camélia, qui, dans son dernier album, résume tout en un refrain : 

« Mes sœurs, mes mères
Oh, femmes, soyons fières 
Chantons, encore, plus fort
Poing en l’air. »

Camélia, Suzane, Yseult, Pomme – et Angèle avant elles – ont aéré la pièce pour renouveler l’air vicié. Du courant d’air à la tempête, il n’y a qu’un souffle.

Causette

Extraits du numéro
sharrock iraq flamingos hd 18 a

Irak : le vol sans retour des flamants roses

Au sud-​est de Bagdad, dans la province marécageuse de Maysan, un important braconnage de cet échassier migrateur secoue une région marquée par les trafics et la pauvreté. Les autorités ne s’attaquent que timidement à cette activité illégale, nécessaire à la survie de la population.
Lire l’article
grayscale photo of person using MacBook

Sugar Daddy is back

Depuis les accusations de proxénétisme visant le site SugarDaddy, sur lequel des hommes mûrs se payaient une cure de jouvence tarifée auprès d’étudiantes, je pensais que les « papas sucrés » étaient définitivement canceled sur la Toile…
Lire l’article
bick hands final square a

Témoignages : fille des villes, gars des champs

Charline est plutôt femme des villes, Simon homme des champs. 700 kilomètres les séparent quinze jours par mois. Après plus de vingt-​quatre ans de vie commune, ils ont adopté une nouvelle façon d’être en couple en alternant vie en solo et vie à deux.
Lire l’article
principale double a

La Maison des cimes : village déserté pour mamans isolées

En occitan, L’Hospitalet signifie « l’abri », « le refuge ». Ce village de l’Ariège porte bien son nom puisque, à l’initiative de quelques habitant·es, il a décidé de créer en son sein la Maison des cimes pour accueillir des mères seules et leurs enfants. Une façon, aussi, de lutter…
Lire l’article
Capture d’écran 2021 03 01 à 12.56.37

Chez Carambar, on sucre les primes

En novembre dernier, Carambar annonce la fermeture de son usine historique de Marcq-​en-​Barœul, dans le Nord, d’ici à la fin de l’année. Pas de panique, la marque aux célèbres caramels mous rassure immédiatement ses cent quatorze salarié·es : tous et toutes les ouvrier·ières seront « reclassé·es » à 10 km de là, sur le…
Lire l’article
Capture d’écran 2021 03 01 à 12.40.29

Zemmour y pense en se rasant !

Ceci n’est pas un exercice. On répète : ceci n’est pas un exercice. D’après les informations d’une enquête étoffée de L’Express, Éric Zemmour se chaufferait très fort pour s’agréger à la cohorte des aspirant·es président·es en 2022. Notre Roundup national de la tolérance ne se contente apparemment plus de rejouer à…
Lire l’article
causette lactation induite a

Lactation induite : allaiter sans procréer

Donner le sein à un enfant que l’on n’a pas porté peut surprendre. Pourtant, des femmes adoptantes ou qui ont eu recours à la PMA utilisent ce protocole permettant de produire du lait sans avoir été enceinte. Une pratique peu courante et méconnue en France, mais qui s’inscrit dans une…
Lire l’article
Partager
Articles liés
CAUSETTE 119 COUV nocode web

Magazine n° 119 – Février 2021

ÉDITO On l’attendait ce #MeToo de l’enfance abusée. C’est triste à dire, mais on l’attendait. On savait que la vague grossissait et que quand elle serait prête, bien formée, bien solide, bien puissante, elle déferlerait comme un tsunami. Ce moment...

HS11 couveture Causette

20 femmes qui feront 2020

Hors-​série n° 11 – Hiver 2019–2020 ÉDITO À l’aube de cette nouvelle décennie, on peut redouter la fin du monde, mais on peut aussi se réjouir de la fin d’UN monde. Celui du patriarcat triomphant, qui (même s’il a encore de beaux jours devant lui...

109 couverture Causette © Marie Rouge

Magazine n° 109 – Mars 2020

ÉDITO On a beau être au XXIe siècle, le jour (plus très récent…) où j’ai soufflé les 25 bougies de mon gâteau d’anniv à la crème fouettée supplément chantilly orné d’une superbe photo de ma délicieuse petite personne, il a fallu que Tata...

CAUSETTE 114 1000

Magazine n° 114 – Septembre 2020

ÉDITO Pendant deux mois, nous nous y sommes agrippé·es comme à une bouée au milieu de l’océan. Nous avons caressé leurs pages rugueuses avec émotion, comme si nous retrouvions la peau d’un·e amant·e perdu·e. Nous nous sommes délecté·es, en plongeant...