Christophe Raynaud De Lage
Féminines © Christophe Raynaud De Lage

Droit au but : dans “Féminines”, Pauline Bureau met en scène l’histoire de la pre­mière équipe fémi­nine fran­çaise de football

Dans son der­nier spec­tacle, la met­teuse en scène Pauline Bureau retrace l’histoire vraie de la pre­mière équipe de foot fémi­nin en France. Pièce de théâtre inven­tive, tou­chante et joyeuse, Féminines est à décou­vrir du 14 au 17 mai à la Villette. C’est le moment de prendre vos billets !

“Je serai une des folles dingues”, lance Marinette à son père, hilare à l’idée que des femmes puissent par­ti­ci­per à un match de foot­ball. Voilà à quoi est réduite l’idée même de femmes pra­ti­quant le bal­lon rond en 1968 en France, là où com­mence la nou­velle pièce de Pauline Bureau. Dans Féminines, la met­teuse en scène retrace l’histoire de ces “folles dingues”, les pre­mières à avoir mon­té une équipe fémi­nine fran­çaise de foot­ball. Une épo­pée d’émancipation joyeuse et poli­tique qui, loin de se can­ton­ner à une his­toire de cram­pons, dresse le por­trait d’une époque et de ses femmes au besoin vis­cé­ral de réalisation. 

Émancipation sur fond de gazon

Il y a Rose, ouvrière à l’usine ; Joanna, pas­sion­née de foot­ball depuis tou­jours ; Marie-​Laure, mère au foyer ; Françoise, gar­dienne du stade de Reims ; ou encore Marinette, jeune fille que sa mère tente de faire éclore par tous les moyens – joli clin d’œil à la pion­nière Marinette Pichon pour le choix du prénom. 

Lire aus­si l Marinette Pichon : le foot, sa sur­face de réparation

Toutes se pré­sentent à un cas­ting pour consti­tuer la pre­mière équipe fémi­nine de foot­ball de France. Loin d’être une ini­tia­tive révo­lu­tion­naire, cette équipe est en fait ima­gi­née dans le cadre de la ker­messe d’un jour­nal qui, chaque année, pro­pose une attrac­tion. Après un com­bat de catch de Lilliputien·nes l’année pré­cé­dente, c’est donc au tour d’un match de foot fémi­nin de diver­tir et amu­ser le public de l’édition 1968. Mais sur­prise : les femmes sélec­tion­nées savent non seule­ment cou­rir après un bal­lon, mais aus­si taper dedans, se pas­ser la balle et même mar­quer des buts ! Emmenées par des coachs mas­cu­lins alliés, les joueuses iront jusqu’à rem­por­ter la Coupe du monde à Taipei dix ans plus tard, le temps de lais­ser cette aven­ture pro­fon­dé­ment trans­for­mer leur existence.

“Je vou­lais racon­ter des par­cours croi­sés de femmes qui sont très dif­fé­rentes les
unes des autres (il y a une lycéenne, une femme au foyer, des ouvrières…) et qui vont se ren­con­trer pour faire, ensemble, quelque chose qu’elles n’auraient jamais ima­gi­né faire : jouer au foot”,
explique Pauline Bureau, autrice et met­teuse en scène de la pièce. Pour ce faire, elle s’est ins­pi­rée libre­ment de la véri­table his­toire de l’équipe fémi­nine de foot­ball de Reims – Les Féminines du Stade de Reims – dont est tiré le titre de la pièce. La jeune femme s’affranchit ensuite du réel pour ima­gi­ner les par­cours indi­vi­duels des joueuses, appor­tant de mul­tiples dimen­sions d’émancipation fémi­nine sur fond de gazon. À l’époque, et depuis l’instauration du régime de Vichy dans les années 1940, les femmes n’ont pas le droit de pra­ti­quer le foot­ball, une de toutes les petites et grandes res­tric­tions qu’elles subissent au quo­ti­dien. Féminines aborde ain­si aus­si bien le rejet des femmes dans le milieu spor­tif, le tra­vail sous-​payé des ouvrières d’usine, que la vio­lence conju­gale, ou encore l’analphabétisme.

Le sport réel

Comme le note encore Pauline Bureau, “la ques­tion des sports d’équipe mas­cu­lins a sou­vent été ana­ly­sée comme une façon de revi­ri­li­ser les pays après les guerres. Mais ça inter­roge aus­si sur les bandes de filles, et leur absence, sur l’angle mort de cet imaginaire-​là”. La cama­ra­de­rie et la soro­ri­té (entre les joueuses, mais aus­si entre elles et leurs coachs) font de Féminines une pièce drôle mais aus­si tou­chante, empreinte de liens tis­sés pro­gres­si­ve­ment. Les joueuses évo­luent, se sou­tiennent – dans le sport et en dehors – et vont même jusqu’à dépas­ser ensemble les car­cans de la scène lors des matchs (pas com­pris). Ces der­niers sont fil­més et retrans­mis sur un écran lors de la pièce, comme un match de foot regar­dé sur une télé­vi­sion. Un pro­ces­sus qui per­met de trans­cen­der le jeu de théâtre pour “que le sport soit réel […], que la repré­sen­ta­tion qu’on a soit une repré­sen­ta­tion du réel pos­sible et qu’on y croit, qu’on entre dans cette his­toire, vrai­ment, avec elles”, pour­suit la met­teuse en scène. 

Fondatrice de la com­pa­gnie La part des anges, Pauline Bureau n’en est pas à son coup d’essai. Créatrice de plu­sieurs pièces, elle a été récom­pen­sée du Molière 2022 de l’autrice fran­co­phone vivante pour Féminines, pré­sen­té la pre­mière fois au théâtre cette année-​là. “Une his­toire d’équipe, une his­toire de joueuses, une his­toire de sport”, concède la met­teuse en scène, qui rap­pelle cepen­dant qu’il s’agit avant tout d’un récit racon­té à tra­vers le regard qui est le sien, un regard fémi­nin, mais “dans n’importe quel Shakespeare, il n’y a que des hommes sur le pla­teau et on ne dit pas : ‘Alors, vous racon­tez des his­toires d’hommes ?’”. Brouillant à nou­veau les fron­tières du théâtre et du réel, Féminines rap­pelle ain­si que le foot­ball et le sport fémi­nins ne sont en réa­li­té que du foot­ball et du sport, et le mas­cu­lin un regard par­mi tant d’autres.

Capture decran 2024 04 15 a 14.21.45

Féminines, texte et mise en scène de Pauline Bureau. Théâtre de la Villette, du 14 au 17 mai 2024. Infos et réser­va­tions sur Lavillette.com/programmation/pauline-bureau_e1796

Lire aus­si I Gênant ou hila­rant ? Le der­nier spec­tacle de Florence Foresti divise son public féministe

Vous êtes arrivé.e à la fin de la page, c’est que Causette vous passionne !

Aidez nous à accom­pa­gner les com­bats qui vous animent, en fai­sant un don pour que nous conti­nuions une presse libre et indépendante.

Faites un don
Partager

Cet article vous a plu ? Et si vous vous abonniez ?

Chaque jour, nous explorons l’actualité pour vous apporter des expertises et des clés d’analyse. Notre mission est de vous proposer une information de qualité, engagée sur les sujets qui vous tiennent à cœur (féminismes, droits des femmes, justice sociale, écologie...), dans des formats multiples : reportages inédits, enquêtes exclusives, témoignages percutants, débats d’idées… 
Pour profiter de l’intégralité de nos contenus et faire vivre la presse engagée, abonnez-vous dès maintenant !  

 

Une autre manière de nous soutenir…. le don !

Afin de continuer à vous offrir un journalisme indépendant et de qualité, votre soutien financier nous permet de continuer à enquêter, à démêler et à interroger.
C’est aussi une grande aide pour le développement de notre transition digitale.
Chaque contribution, qu'elle soit grande ou petite, est précieuse. Vous pouvez soutenir Causette.fr en donnant à partir de 1 € .

Articles liés

Inverted wid­get

Turn on the "Inverted back­ground" option for any wid­get, to get an alter­na­tive sty­ling like this.

Accent wid­get

Turn on the "Accent back­ground" option for any wid­get, to get an alter­na­tive sty­ling like this.