hanna postova 5XMs6tQ6SWM unsplash 1
© Hanna Postova / Unsplash

Les femmes et le por­no – Ep 4/​4 – “Les vidéos ‘bim bam boom dans la chatte’, c’est ter­mi­né” : vers de nou­veaux ima­gi­naires érotiques

Excitation, culpa­bi­li­té, décou­verte de nou­veaux ima­gi­naires éro­tiques… cette semaine Causette plonge dans l’intimité des femmes et leur rap­port à la por­no­gra­phie. Dernier épi­sode de notre série : la recherche d’une por­no­gra­phie alter­na­tive pour en finir avec la sexua­li­té hété­ro­nor­mée véhi­cu­lée par le por­no mains­tream

Lire les autres épisodes : 

Ep 3 – La culpa­bi­li­té – “Je me sens coin­cée entre mes fan­tasmes et mes convic­tions fémi­nistes” 

Ep 2 – Les consé­quences – Ce que le por­no fait à la sexua­li­té des femmes 

Ep 1 – Le tabou – « Une fille qui regarde du por­no, c’est une pute » 

Cela va bien­tôt faire six mois que Suzanne*, 28 ans, n’a pas maté une seule vidéo por­no­gra­phique. Un record pour la jeune femme, qui en consom­mait assez régu­liè­re­ment depuis ses 22 ans. Une réso­lu­tion, sur­tout, prise cet été. Alors qu’elle regar­dait une vidéo de por­no “plu­tôt trash” sur un site gra­tuit, comme à son habi­tude, Suzanne voit sur le petit écran de son télé­phone, un homme se mettre le doigt dans l’urètre. La scène coupe immé­dia­te­ment son exci­ta­tion et Suzanne quitte le site. L’orgasme pas­se­ra au second plan pour cette fois. 

“J’avais pris l’habitude de regar­der des vidéos plu­tôt trash comme des gang bangs, mais après ça, je ne pou­vais plus”, raconte-​t-​elle sans vrai­ment pou­voir expli­quer cette répul­sion. Ce qui est cer­tain en revanche, c’est que cette scène, cou­plée à une prise de conscience de la vio­lence dans l’industrie por­no­gra­phique révé­lée par l’affaire French Bukkake, pro­voque chez elle un élec­tro­choc dans sa façon de consom­mer de la por­no­gra­phie. “Aujourd’hui, je ne me ver­rais plus regar­der ce que je regar­dais avant,[…]

Vous êtes arrivé.e à la fin de la page, c’est que Causette vous passionne !

Aidez nous à accom­pa­gner les com­bats qui vous animent, en fai­sant un don pour que nous conti­nuions une presse libre et indépendante.

Faites un don

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu

ou

abonnez-vous

 

Partager
Articles liés
close-up photo of heart-shape stones

Chemsex : les femmes aussi

Si le chemsex reste majoritairement pratiqué par les hommes gays, une étude montre qu'elle se répand aussi chez les hétéros, hommes ou femmes, les femmes lesbiennes et les personnes non-binaires. La dernière étude consacrée au phénomène avance que...