bloom
© Capture écran X/@Bloom_FR

De 4/​20 à 20÷20… les notes attri­buées par Bloom aux têtes de liste des euro­péennes en matière d’écologie

L’association Bloom a noté les différent·es têtes de liste aux élec­tions euro­péennes, en ana­ly­sant l’ensemble des 150 votes des eurodéputé·es, entre 2019 et 2024, concer­nant les thé­ma­tiques liées au cli­mat, à la bio­di­ver­si­té, à la pro­tec­tion de l’océan et à la jus­tice envi­ron­ne­men­tale. Sans sur­prise, la droite et l’extrême droite se retrouvent en queue de peloton. 

Quelle tête de liste aux élec­tions euro­péennes a vrai­ment les idées vertes ? C’est ce qu’a cher­ché à décou­vrir l’association Bloom, en ana­ly­sant l’ensemble des 150 votes des eurodéputé·es, entre 2019 et 2024, concer­nant les thé­ma­tiques liées au cli­mat, à la bio­di­ver­si­té, à la pro­tec­tion de l’océan et à la jus­tice envi­ron­ne­men­tale. Une note a ensuite été attri­buée à chaque élu·e, par­mi lesquel·les les candidat·es repré­sen­tant les prin­ci­pales forces poli­tiques fran­çaises au scru­tin euro­péen, avec, sans sur­prise, la droite et l’extrême droite en queue de peloton.

Le RN et LR en mau­vaise position

Jordan Bardella, tête de liste du Rassemblement natio­nal (RN), et François-​Xavier Bellamy, du par­ti Les Républicains (LR), ferment le clas­se­ment de Bloom avec les notes res­pec­tives de 3,9÷20 et 5,1÷20. Le pre­mier est accu­sé d’avoir voté à plu­sieurs reprises “pour pro­té­ger les sub­ven­tions nocives à l’environnement et au cli­mat”, celles en faveur de l’utilisation de l’argent euro­péen pour les entre­prises très pol­luantes. Le deuxième d’avoir sou­te­nu une série de mesures qui favo­risent la pêche indus­trielle, “allant ain­si contre les inté­rêts des mil­liers de pêcheurs arti­sans fran­çais et euro­péens et favo­ri­sant la dévas­ta­tion de nos mers”.

Score en demi-​teinte pour Renaissance

Valérie Hayer, la tête de liste de Renaissance et pré­si­dente du groupe libé­ral Renew au Parlement, obtient la note de 14,6. Si elle peut sem­bler pas mau­vaise, elle se retrouve néan­moins au milieu du clas­se­ment et démontre que son groupe “ne consti­tue pas une alter­na­tive cré­dible et déter­mi­née afin de défendre la pro­tec­tion de la nature et des tra­vailleurs au sein du Parlement”, estime Bloom. L’association pointe du doigt le vote de Valérie Hayer, lors des dis­cus­sions sur le Pacte Vert – un ensemble d’initiatives pour rendre l’Europe cli­ma­ti­que­ment neutre en 2050 –, contre “le droit fon­da­men­tal à un envi­ron­ne­ment sûr, propre, sain et durable et à un cli­mat stable, sans dis­cri­mi­na­tion”.

La gauche pre­mière de la classe

À gauche, “les lea­ders fran­çais se sont révé­lés par­mi les meilleurs du conti­nent”, assure Bloom. Raphaël Glucksmann, la tête de liste du Parti socia­liste, Manon Aubry, celle de La France insou­mise (LFI), et Marie Toussaint, d’Europe Écologie-​Les Verts (EELV), obtiennent res­pec­ti­ve­ment les notes de 19,8÷20, 19,9÷20 et 20/​20. Le pre­mier “marque une rup­ture totale par rap­port au man­dat socia­liste pré­cé­dent et montre la voie aux autres socia­listes”, note l’association. La deuxième “confirme dans ses votes sa capa­ci­té à allier jus­tice sociale et éco­lo­gie à tra­vers une poli­tique cohé­rente et sérieuse”. Quant à la der­nière, son score “témoigne d’un pre­mier man­dat sans fautes”.

À lire aus­si I Élections euro­péennes : “Avec l’extrême droite, les droits des femmes sont tou­jours perdants”

Partager
Articles liés
conti10552 1949nb17

Anita Conti : la chasse à la surpêche

Elle est la première femme océanographe française. Avec son appareil photo et ses carnets, elle a su se faire adopter par le monde fermé des marins et a contribué à la prise de conscience écologique sur la fragilité des océans.

Inverted wid­get

Turn on the "Inverted back­ground" option for any wid­get, to get an alter­na­tive sty­ling like this.

Accent wid­get

Turn on the "Accent back­ground" option for any wid­get, to get an alter­na­tive sty­ling like this.