jametlene reskp HP04tyexkP4 unsplash
© Jametlene Reskp / Unsplash

Certaines espèces pour­raient être mieux adap­tées que pré­vu au réchauf­fe­ment climatique

Certaines espèces pourraient être naturellement capables de s’adapter à des conditions climatiques actuellement inconnues sur Terre, un phénomène qui limiterait la perte de biodiversité massive engendrée par le réchauffement climatique, selon une étude publiée mercredi dans la revue Nature Ecology and Evolution.

Grâce à une étude publiée ce mercredi, les chercheur·euses de l’Institut français de recherche pour l’exploitation de la mer (Ifremer) et de l’université de Lausanne (Suisse) ont annoncé une relative bonne nouvelle. Après avoir étudié la proportion d’espèces vivant dans des conditions proches des limites climatiques actuellement admises sur Terre (c’est-à-dire -70 °C en Antarctique et +48 °C à l’équateur), les scientifiques en ont déduit que certaines espèces pourraient être naturellement capables de s’adapter aux conditions climatiques futures.

Ces limites climatiques n'ont pas toujours été les mêmes. "Il y a 130 000 ans, la Terre était plus chaude, de 3 à 4 degrés", souligne Mathieu Chevalier, chercheur en écologie marine à l’Ifremer. Or, "ce que nous disent les études paléo-écologiques, c'est que plein d'espèces sont probablement capables de survivre à des températures plus élevées que celles qui existent actuellement. Potentiellement, on a des espèces préadaptées à des températures plus chaudes", développe le chercheur. Selon lui, les limites actuelles ne seraient "pas de vraies limites écologiques" pour certaines espèces.

De 54% de disparition d'espèces à 39%

En analysant les niches écologiques de 25 000 espèces terrestres et marines (animales et végétales), les chercheur·euses ont constaté que 49 % de ces espèces vivaient dans des niches proches des limites climatiques actuelles. Or, parmi ces espèces, beaucoup ont une niche écologique susceptible de bénéficier du réchauffement climatique, à condition qu’elles soient bien préadaptées à des températures plus chaudes. “Lorsqu’une espèce est marquée par des conditions climatiques, elle garde une préadaptation à ces conditions qui peut perdurer sur des milliers, voire des millions d’années. Si son habitat évolue vers un climat que l’espèce a déjà connu par le passé, cette préadaptation lui offrira alors une tolérance à ces nouvelles conditions climatiques”, explique Antoine Guisan, professeur d’écologie spatiale à l’université de Lausanne, cité dans un communiqué.

Lire aussi l 800 millions d'oiseaux manquant, et moi, et moi, et moi

Grâce à cette préadaptation, la perte de biodiversité due au réchauffement climatique serait ainsi moins forte que prévu pour les espèces tropicales, dont la niche écologique serait potentiellement plus large que les limites climatiques actuelles.

Dans les zones tropicales, les modèles statistiques traditionnels prédisent ainsi une disparition massive de la biodiversité, allant jusqu’à 54% des espèces terrestres d’ici à 2041-2060. "Notre modèle relativise ce pronostic" en prédisant une diminution de 39% de la biodiversité, relève Mathieu Chevalier. Les auteur·rices soulignent cependant que cette estimation de la biodiversité menacée reste "alarmante" et ne prend pas en compte les autres facteurs d’extinction des espèces : perte d’habitats, pollution, surexploitation, invasions biologiques.

Partager
Articles liés
Capture d’écran 2022 09 30 à 17.40.38

Sandrea, l’influenceuse repen­tie de la fast fashion : « Je ne veux plus par­ti­ci­per à nor­ma­li­ser le chan­ge­ment de garde-​robe tous les lundis »

Si certain·es influenceur·euses ont dès le départ fait de la transition écologique leur fond de commerce, pour la majorité d’entre eux·elles, le concept était jusque-là une inconnue. Pour Sandrea, au million d'abonné·es sur YouTube, le changement...

Inverted wid­get

Turn on the "Inverted back­ground" option for any wid­get, to get an alter­na­tive sty­ling like this.

Accent wid­get

Turn on the "Accent back­ground" option for any wid­get, to get an alter­na­tive sty­ling like this.