vilanova
© Marie Rouge

Constance Vilanova sur la télé­réa­li­té : “La culture du viol tous les jours à l’antenne à 17 h 30, ça n’a pas inté­res­sé les médias”

Avec Vivre pour les camé­ras, ce que la télé­réa­li­té à fait de nous (JC Lattès), la jour­na­liste indé­pen­dante Constance Vilanova signe un essai per­cu­tant sur un objet audio­vi­suel long­temps mis de côté par les médias, alors qu'il creuse pour­tant toutes les failles de notre socié­té depuis plus de vingt ans. 

Pendant long­temps, Constance Vilanova, 30 ans, a entre­te­nu un rap­port intime à la télé­réa­li­té. La jour­na­liste indé­pen­dante en consom­mait presque quo­ti­dien­ne­ment à l'heure du goû­ter, jusqu’au jour où une contra­dic­tion inté­rieure et une prise de conscience fémi­niste sont venues tout bous­cu­ler. Comme d'autres, Vilanova s'est ren­du compte que depuis plus de vingt ans, la télé­réa­li­té a été le ter­rain de la bana­li­sa­tion de la culture du viol, de la roman­ti­sa­tion de la mas­cu­li­ni­té toxique, tout comme le théâtre de mul­tiples vio­lences sexistes et sexuelles. Et pour­tant. Pendant près d'un quart de siècle, les médias dits tra­di­tion­nels ne se sont pas inté­res­sés à la ques­tion, trop popu­laire, trop scan­da­leuse, pas assez intel­li­gente, lais­sant ain­si pros­pé­rer un far-​west du patriar­cat ali­men­té par la presse à scandale. 

Il a fal­lu attendre des enquêtes jour­na­lis­tiques récentes et la libé­ra­tion de la parole de plu­sieurs can­di­dates sur les vio­lences qu'elles ont vécues pour qu'un #MeToo de la télé­réa­li­té com­mence à poin­ter fina­le­ment le bout de son nez. Après avoir elle-​même signé plu­sieurs enquêtes et chro­niques sur le sujet, Constance Vilanova vient de publier un essai pas­sion­nant, Vivre pour les camé­ras, ce que la télé­réa­li­té a fait de nous, chez JC Lattès. Entretien.

Causette : Vous venez de publier un récit à la pre­mière per­sonne dans lequel vous racon­tez, en fil rouge, votre propre rap­port à ces pro­grammes. Pourquoi ce choix ?
Constance Vilanova
 : L’exercice de la chro­nique ou de l’enquête ne per­met pas d'analyser ce rap­port très intime à la télé­réa­li­té alors que la consom­ma­tion de ces pro­grammes a été consti­tu­tive de la tren­te­naire que je suis désor­mais. 
L’idée n’était pas de faire une somme de tous les papiers que j’avais pu écrire mais de pro­po­ser une sorte d’objet lit­té­raire un peu hybride à mi-​chemin entre l’enquête jour­na­lis­tique et le récit auto­bio­gra­phique pour pou­voir mon­trer à quel point la télé­réa­li­té a des consé­quences sur l’intime.

Quelles consé­quences a‑t-​elle eues sur votre propre inti­mi­té ? 
C.V. : La télé­réa­li­té a modi­fié ma façon de voir l’amour. Elle a fait de moi une femme qui attend de la pas­sion en per­ma­nence, qui va vou­loir qu’on s’engueule, qu’on crie, qui va lever le ton pour pas grand-​chose. La télé­réa­li­té va aus­si me faire per­ce­voir le mariage comme une mise sous clé de l’autre, il per­met­trait à l’homme de ne plus par­tir. Et en dehors du couple, il y a aus­si la ques­tion de la riva­li­té fémi­nine. J’ai long­temps vu les femmes autour de moi, par­ti­cu­liè­re­ment quand j’étais ado, comme des com­pé­ti­trices, des enne­mies. Je les voyais comme des rivales qui pas­saient leur temps à cher­cher les faveurs des hommes avec qui elles inter­agis­saient. Avec elles, je me voyais dans un duel où la soro­ri­té n’existe pas. C’est quelque chose qu’on voit beau­coup dans[…]

Vous êtes arrivé.e à la fin de la page, c’est que Causette vous passionne !

Aidez nous à accom­pa­gner les com­bats qui vous animent, en fai­sant un don pour que nous conti­nuions une presse libre et indépendante.

Faites un don

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu

ou

abonnez-vous

 

Partager
Articles liés
115 sapeurs 9 tariq zaidi

Sapeurs : la série pho­to sapée comme jamais

À la ville, ils sont chauf­feurs de taxi, tailleurs, jar­di­niers. Mais dès le ser­vice ter­mi­né, les voi­là qui se trans­forment en dan­dies de grand che­min. Eux, ce sont les membres de La Sape, la fameuse Société des ambian­ceurs et des...

Inverted wid­get

Turn on the "Inverted back­ground" option for any wid­get, to get an alter­na­tive sty­ling like this.

Accent wid­get

Turn on the "Accent back­ground" option for any wid­get, to get an alter­na­tive sty­ling like this.