copyright Bettmann Archive
Valerie Solanas au moment de son arrestation. Copyright : Bettmann Archive

Ovidie : “Vu ce qu’elle a subi de son enfance jusqu’à sa mort, on peut com­prendre que Valerie Solanas en veuille aux hommes”

Dans J’ai tiré sur Andy Warhol-​Scum mani­fes­to, dif­fu­sé sur Arte.tv à par­tir du 20 mars et sur Arte le 27 mars à 22 h 40, la réa­li­sa­trice Ovidie retrace le par­cours de Valerie Solanas, autrice de Scum Manifesto, l’un des textes les plus radi­caux de la lit­té­ra­ture fémi­niste. Pour Causette, elle revient sur le par­cours de cette femme, qui est éga­le­ment – et peut être sur­tout – connue pour avoir tiré sur Andy Warhol…

Causette : C’est quoi le Scum Manifesto ?
Ovidie : C’est un mani­feste vision­naire paru en 1967. Un mani­feste du fémi­nisme radi­cal ou, pourrait-​on dire, le plus radi­cal de tous les mani­festes fémi­nins. Je pense qu’on peut tour­ner les choses comme ça puisque le fémi­nisme radi­cal en tant que tel n’existait pas encore tout à fait à ce moment-​là. Il était en for­ma­tion. C’est un mani­feste très décrié et qui met mal à l’aise pas mal de fémi­nistes puisqu’il appelle tout bon­ne­ment à l’éradication des hommes. Alors, pris comme ça, évi­dem­ment, on se dit : “Oh là là, mon Dieu, quelle hor­reur !” Mais ce qui est inté­res­sant, c’est qu’au regard de sa vie, quand on liste les mul­tiples trau­mas que Valerie Solanas a subis de son enfance jusqu’à sa mort, on peut com­prendre qu’elle leur en veuille un petit peu.

Est-​ce que vous pou­vez reve­nir un petit peu, jus­te­ment, sur ce qu’elle a subi ?
Ovidie : Cela com­mence vrai­ment très tôt par des abus, du côté de son beau-​père, de son père, son grand-​père. Elle tombe enceinte pour la pre­mière fois à 14 ans. De son père, pro­ba­ble­ment, même si on n’en est pas tout à fait sûr. L’enfant dont elle accouche est éle­vé comme étant sa sœur et non pas sa fille. À 16 ans, elle retombe enceinte d’un marin de pas­sage et elle accouche d’un petit gar­çon. Valerie Solanas était très intel­li­gente et très stra­tège, on va dire, et elle a échan­gé ce second bébé[…]

Vous êtes arrivé.e à la fin de la page, c’est que Causette vous passionne !

Aidez nous à accom­pa­gner les com­bats qui vous animent, en fai­sant un don pour que nous conti­nuions une presse libre et indépendante.

Faites un don

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu

ou

abonnez-vous

 

Partager
Articles liés