1679x945sr
#Love Army © Prime Video

Pauvraclic : l’affaire de la #LoveArmy de l’ex-influenceur Jérôme Jarre met en lumière les limites de la cha­ri­té sur les réseaux sociaux

En 2017, le Français Jérôme Jarre pre­nait d’assaut Internet et récol­tait 4 mil­lions de dol­lars pour venir en aide aux Rohingya, com­mu­nau­té musul­mane per­sé­cu­tée en Birmanie. Le mys­tère qui entoure l’aboutissement de ce pro­jet huma­ni­taire et la vola­ti­li­sa­tion des réseaux sociaux de l’ex-influenceur font aujourd’hui l’objet d’un docu­men­taire sur Prime Video. Ils sou­lèvent aus­si la ques­tion de la cha­ri­té pla­car­dée en ligne, ou le phé­no­mène du pover­ty porn.

C’était le chou­chou d’Internet. Dans les années 2010, le Français Jérôme Jarre s’est fait connaître à l’international grâce à son conte­nu en ligne drôle et empreint d’une posi­ti­vi­té conta­gieuse. Venu de l’application de vidéos courtes Vines (ancêtre dis­pa­ru de TikTok), le jeune homme a rapi­de­ment expri­mé un pen­chant pour l’humanitaire dans sa pré­sence en ligne, en sen­si­bi­li­sant d’abord ses abonné·es à la famine en Somalie, puis à la per­sé­cu­tion et au net­toyage eth­nique subis par les Rohingya, mino­ri­té musul­mane en Birmanie. 

En 2017, c’est pour venir en aide à ce peuple apa­tride – exi­lé dans des camps de réfugié·es au Bangladesh – que l’influenceur lance une cam­pagne de dons, sous le has­tag #LoveArmy, et récolte en quelques jours 4 mil­lions de dol­lars. Dans son docu­men­taire #LoveArmy, où es-​tu Jérôme ?, dis­po­nible depuis le 20 mars sur Prime Video, le jour­na­liste Charles Villa enquête sur ce pro­jet huma­ni­taire accu­sé d’avoir été aban­don­né dans le sillage de la dis­pa­ri­tion de[…]

Vous êtes arrivé.e à la fin de la page, c’est que Causette vous passionne !

Aidez nous à accom­pa­gner les com­bats qui vous animent, en fai­sant un don pour que nous conti­nuions une presse libre et indépendante.

Faites un don

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu

ou

abonnez-vous

 

Partager
Articles liés
109 Cathy Yerle © Marianne Maric

Soirée dégri­sée

Quand Fiston m’assène : « Maman, aujourd’hui, c’est la journée de tes droits ! Tu peux tout faire comme nous, les hommes ! », je réalise que j’ai encore du travail.