DANIELE KAPEL 44549 rvb 002 scaled 1
Danièle Kapel-Marcovici

Danièle Kapel-​Marcovici : « Agir, en tant que cheffe d’entreprise, pour per­mettre aux col­la­bo­ra­trices d’exercer leur droit à l’avortement »

Cheffe d'entreprise enga­gée de longue date pour les droits des femmes, Danièle Kapel-​Marcovici publie dans Causette une tri­bune pour annon­cer son enga­ge­ment auprès de ses sala­riées polo­naises pour accé­der à l'avortement dans un pays où il est auto­ri­sé. Son entre­prise entend cou­vrir les frais médi­caux, de trans­port et de loge­ment nécessaires.

Tribune

"N'oubliez jamais qu'il suf­fi­ra d'une crise poli­tique, éco­no­mique ou reli­gieuse pour que les droits des femmes soient remis en ques­tion". Cette célèbre cita­tion de Simone de Beauvoir n’est pas gal­vau­dée car, par­tout, les droits des femmes sont atta­qués. En Hongrie, depuis le 15 sep­tembre, les femmes sou­hai­tant effec­tuer une inter­rup­tion volon­taire de gros­sesse devront écou­ter les bat­te­ments du cœur du fœtus. Aux Etats-​Unis, depuis le revi­re­ment de juris­pru­dence de la Cour suprême du 24 juin, plus d’une dizaine d'Etats conser­va­teurs ont inter­dit l’avortement.

En Pologne, l’interdiction quasi-​totale de l’avortement a déjà cau­sé la mort de nom­breuses femmes. Les tri­bu­naux sont encom­brés de pro­cé­dures absurdes. Le 7 sep­tembre, des pour­suites ont été enga­gées par le par­quet polo­nais à l’encontre de 3 méde­cins ayant refu­sé un avor­te­ment à une femme vic­time d’une fausse couche, cau­sant par leur refus le décès de cette patiente. La mili­tante Justyna
Wydrzynska est convo­quée devant les tri­bu­naux en octobre pour avoir dis­tri­bué des pilules abor­tives. Et les femmes réfu­giées ukrai­niennes perdent autant leur pays que leurs droits reproductifs…

En tant que cheffe d’entreprise, j’ai tou­jours été convain­cue du rôle éco­no­mique, social et socié­tal des entre­prises. En 2006, j’ai créé la Fondation RAJA-​Danièle Marcovici, pre­mière fon­da­tion fran­çaise consa­crée à l’autonomisation et l’émancipation des femmes, et active dans qua­si­ment 60 pays dans le monde. La lutte contre les vio­lences faites aux femmes et aux filles est notre prio­ri­té. Or, leur dénier leurs droits repro­duc­tifs consti­tue une vio­lence inac­cep­table, car cela les dépos­sède de leur corps et de leur libre-arbitre.

Depuis 40 ans, je dirige le Groupe RAJA, entre­prise fran­çaise et indé­pen­dante, fon­dée par ma mère en 1954, dis­tri­bu­teur euro­péen d’emballages et de four­ni­tures de bureau. Nous sommes implan­tés en Pologne depuis 12 ans. J’ai été inter­pel­lée par l’engagement de ces grands groupes amé­ri­cains qui n’ont pas hési­té à prendre leurs res­pon­sa­bi­li­tés, publi­que­ment, après le revi­re­ment de juris­pru­dence
de la Cour Suprême aux Etats-Unis.

En tant que Présidente de la Fondation RAJA-​Danièle Marcovici, je m’engage à aider mes col­la­bo­ra­trices à exer­cer leurs droits repro­duc­tifs, y com­pris lorsqu’elles vivent et tra­vaillent dans des pays qui les en privent. Pour cela, je m’engage à offrir mon aide en cou­vrant les frais médi­caux, de trans­port et de loge­ment pour les col­la­bo­ra­trices du groupe qui auraient la volon­té d’interrompre leur gros­sesse dans un pays où l’avortement est autorisé.

Je pré­fère habi­tuel­le­ment les paroles dis­crètes. Si j’ai déci­dé de rompre cette habi­tude, à l’occasion de la Journée inter­na­tio­nale pour le droit à l’avortement, le 28 sep­tembre 2022, c’est parce que je crois qu’aujourd’hui, la gra­vi­té des attaques faites aux droits des femmes est telle qu’on ne peut plus s’engager autre­ment qu’en écri­vant et en disant, haut et fort : toutes les femmes doivent être libres
de dis­po­ser de leur corps.

Danièle Kapel-​Marcovici, Présidente de la Fondation RAJA-​Danièle Marcovici

Partager

Cet article vous a plu ? Et si vous vous abonniez ?

Chaque jour, nous explorons l’actualité pour vous apporter des expertises et des clés d’analyse. Notre mission est de vous proposer une information de qualité, engagée sur les sujets qui vous tiennent à cœur (féminismes, droits des femmes, justice sociale, écologie...), dans des formats multiples : reportages inédits, enquêtes exclusives, témoignages percutants, débats d’idées… 
Pour profiter de l’intégralité de nos contenus et faire vivre la presse engagée, abonnez-vous dès maintenant !  

 

Une autre manière de nous soutenir…. le don !

Afin de continuer à vous offrir un journalisme indépendant et de qualité, votre soutien financier nous permet de continuer à enquêter, à démêler et à interroger.
C’est aussi une grande aide pour le développement de notre transition digitale.
Chaque contribution, qu'elle soit grande ou petite, est précieuse. Vous pouvez soutenir Causette.fr en donnant à partir de 1 € .

Articles liés
commentaire

Inverted wid­get

Turn on the "Inverted back­ground" option for any wid­get, to get an alter­na­tive sty­ling like this.

Accent wid­get

Turn on the "Accent back­ground" option for any wid­get, to get an alter­na­tive sty­ling like this.