women playing volleyball inside court
© Vince Fleming

Le sport, un des plus sûrs moyens de ren­for­cer l'égalité femmes-hommes !

Causette et TF1 ont mené une étude exclu­sive sur la per­cep­tion du sport fémi­nin. Les résul­tats sont encou­ra­geants quant à l’attrait crois­sant du public pour les équipes, les ath­lètes et les matchs fémi­nins. Ils montrent aus­si que les Français·es veulent que le sport en finisse avec les sté­réo­types de genre.

Avant la pan­dé­mie de Covid-​19, la ten­dance était nette, les Français·es s’adonnaient de plus en plus au sport 2. L’une des rai­sons de cet engoue­ment tient sans doute à la réponse la plus spec­ta­cu­lai­re­ment consen­suelle de notre étude : 93 % des Français·es estiment que le sport per­met de (re)gagner en confiance en soi.

Une foi dou­blée d’une autre affir­ma­tion, éga­le­ment enthou­sias­mante : 77 % estiment qu’il per­met de ren­for­cer l’égalité femmes-​hommes. Avec une ten­dance encore plus forte chez les moins de 35 ans, qui l’affirment à 80 %. Voici pour les qua­li­tés intrin­sèques du sport en géné­ral. Sur le sujet de l’intérêt sus­ci­té par les matchs fémi­nins en par­ti­cu­lier, celui-​ci est en plein essor. 

Aujourd’hui, deux tiers de celles et ceux qui se déclarent fans de sport en géné­ral se disent intéressé·es par le sport fémi­nin. Mais leur faveur va vers le foot­ball et le hand­ball fémi­nins, car on note que le bas­ket et le rug­by sont encore lar­ge­ment pré­fé­rés quand ils sont pra­ti­qués par les équipes masculines.

Le par­cours d’obstacles com­mence à l’école « Le sport est mieux valo­ri­sé auprès des gar­çons que des filles », ce constat com­mence à être pris en compte par la socié­té : le panel de notre étude y sous­crit à 87%. Et que ce soit le manque de temps ou de struc­tures, le juge­ment, ou la charge men­tale, les Français·es sont 84 % à décla­rer que trop de bar­rières s’élèvent encore dans la pra­tique du sport par les femmes. Sans sur­prise, ce sont les femmes qui sont les plus convain­cues, à 86 %.

En ce qui concerne les ath­lètes fémi­nines, le public pointe éga­le­ment l’obstacle éco­no­mique. 90 % estiment qu’une spor­tive a plus de mal que son homo­logue homme à trou­ver des finan­ce­ments et des spon­sors. Inégalité res­sen­tie comme d’autant plus injuste que notre panel consi­dère à 91 % que les spor­tives de haut niveau devraient être aus­si bien payées que leurs confrères.

Mais alors, où inter­ve­nir pour amé­lio­rer la situa­tion ? D’abord à l’école ! répondent 91 % des interrogé·es. Son rôle est essen­tiel dans la décou­verte de tous les sports par les jeunes filles. Un constat qui s’accentue encore pour les plus âgés : 92 % des 35–49 ans sont d’accord et 94 % des 50–64 ans.

Le sport trop macho… et encore très stéréotypé

Sur les ques­tions des cli­chés et sté­réo­types sexistes, les Français·es sont pra­ti­que­ment irré­pro­chables : 82 % estiment que le sport est un milieu encore trop macho et sexiste. Ils et elles sont même 86 % à dénon­cer les sté­réo­types de genre comme trop nom­breux dans ce domaine.

Pourtant, ces sté­réo­types, ils et elles les appliquent : dans l’esprit des Français·es, cer­tains sports res­tent encore très gen­rés. Boxe, rug­by, cyclisme et foot­ball sont majo­ri­tai­re­ment asso­ciés aux hommes, alors que danse, gym­nas­tique et pati­nage sont impla­ca­ble­ment attri­bués aux femmes. Seuls l’athlétisme, le ten­nis et la nata­tion sont res­sen­tis comme des dis­ci­plines presque égalitaires.

Côté valeurs et qua­li­fi­ca­tifs asso­ciés au sport mas­cu­lin ou fémi­nin, pas de sur­prise. S’ils sont plu­tôt posi­tifs en ce qui concerne les femmes, ils n’en demeurent pas moins assez stéréo- typés. Ainsi les qua­li­fi­ca­tifs asso­ciés aux pra­tiques fémi­nines sont, dans l’ordre : d’abord le res­pect, puis l’esprit d’équipe, la soli­da­ri­té, l’humilité, et le fair-​play. Alors qu’aux dis­ci­plines mas- culines, le public asso­cie : en pre­mier, l’agressivité, puis dans l’ordre, l’argent, l’individualisme, la per­for­mance, et la combativité.

Médiatisation : encore un effort !

Clairement, les médias sont en retard sur l’appétence du public. 55 % des per­sonnes inter­ro­gées déclarent suivre l’actualité du sport fémi­nin dans les médias. Une ten­dance à la hausse, puisque 40 % disent s’y inté­res­ser davan­tage qu’il y a cinq ans (et 51 %, autant qu’il y a cinq ans). Avec, quand on détaille la réponse, une décou­verte inat­ten­due : les femmes sont moins nom­breuses que les hommes dans ce cas de figure.

Il n’empêche que les dif­fu­seurs sont à la traîne : si les Français·es estiment à 89 % que les médias jouent un rôle impor­tant dans la visi­bi­li­té et l’essor du sport fémi­nin, ils et elles sont pra­ti­que­ment aus­si nombreux·euses (85 %) à juger que celui-​ci n’est pas assez pré­sent dans les médias. Ainsi, 72 % des per­sonnes inter­ro­gées aime- raient voir davan­tage de sport fémi­nin à la télé­vi­sion. Car pour 80 % d’entre elles, les com­pé­ti­tions fémi­nines pré­sentent autant d’intérêt que celles des hommes !

Une note tota­le­ment posi­tive pour ter­mi­ner : 84 % des Français·es pensent que « l’Équipe de France fémi­nine de foot­ball a de grandes chances de gagner le cham­pion­nat d’Europe fémi­nin 2022. » On y croit très fort !

Partager

Cet article vous a plu ? Et si vous vous abonniez ?

Chaque jour, nous explorons l’actualité pour vous apporter des expertises et des clés d’analyse. Notre mission est de vous proposer une information de qualité, engagée sur les sujets qui vous tiennent à cœur (féminismes, droits des femmes, justice sociale, écologie...), dans des formats multiples : reportages inédits, enquêtes exclusives, témoignages percutants, débats d’idées… 
Pour profiter de l’intégralité de nos contenus et faire vivre la presse engagée, abonnez-vous dès maintenant !  

 

Une autre manière de nous soutenir…. le don !

Afin de continuer à vous offrir un journalisme indépendant et de qualité, votre soutien financier nous permet de continuer à enquêter, à démêler et à interroger.
C’est aussi une grande aide pour le développement de notre transition digitale.
Chaque contribution, qu'elle soit grande ou petite, est précieuse. Vous pouvez soutenir Causette.fr en donnant à partir de 1 € .

Articles liés

Inverted wid­get

Turn on the "Inverted back­ground" option for any wid­get, to get an alter­na­tive sty­ling like this.

Accent wid­get

Turn on the "Accent back­ground" option for any wid­get, to get an alter­na­tive sty­ling like this.