fbpx
n.dupreycd78
La « mer des déchets » avant le début des travaux. © N.DUPREY/CD78

Yvelines : vider « l’océan des déchets » à la petite cuillère

Le déman­tè­le­ment a démar­ré en jan­vier et, déjà, le lieu semble mécon­nais­sable. Causette est allée faire un tour sur ce qui était consi­dé­ré jusqu’ici comme « la plus grande décharge sau­vage de France » : « la mer des déchets ». À terme, ses qua­rante hec­tares seront trans­for­més en forêt. Reportage.

En cette chaude jour­née d’août, Alban Bernard se tient devant de jeunes arbres plan­tés il y a peu à la place de ce qui était, quelques mois avant, un ter­rain vague. Il décrit à Causette les lieux anté­rieu­re­ment : « C’était en 2017. Je pro­me­nais mon chien à cet endroit même, en écou­tant de la musique. Soudain, j’ai levé la tête et me suis retrou­vé face à un océan de déchets à perte de vue, dont je ne voyais pas le bout. J’ai trou­vé ça hor­rible alors que, quelques mois aupa­ra­vant encore, le dépôt d’immondices était conte­nu. Je ne pen­sais pas qu’on puisse lais­ser notre terre, notre mai­son à tous, dans un état pareil. » Écœuré, ce char­gé d’affaires d’une entre­prise du BTP crée dans la fou­lée un col­lec­tif, qui devien­dra par la suite l’association Stop décharges sau­vages. Son but pre­mier ? Faire net­toyer « la plus grande décharge sau­vage de France », qui se situe dans les Yvelines, à 30 kilo­mètres de Paris. « La mer des déchets » ou plu­tôt « l’océan des déchets », d’après les Yvelinois, dési­gnait les mil­liers de déchets sau­vages épar­pillés sur une sur­face de plus de 40 hec­tares, s’étendant sur trois com­munes : Carrières-​sous-​Poissy, Triel-​sur-​Seine et Chanteloup-les-Vignes.

Quand Causette s’y rend mi-​août, « la mer des déchets » a per­du de sa superbe et peut-​être même son sta­tut de plus grande décharge de France. On a du mal à se rendre compte de l’étendue de cette déchet­te­rie à ciel ouvert, main­te­nant que le site est en tra­vaux. Depuis jan­vier 2020, le dépar­te­ment des Yvelines a enta­mé un impor­tant tra­vail d’assainissement, avant de pou­voir réha­bi­li­ter les lieux. À la place des amas de déchets, c’est donc un chan­tier qu’on découvre, avec un défi­lé d’engins de BTP et leur caco­pho­nie inces­sante qui donne l’impression de cir­cu­ler sur auto­route fenêtres ouvertes. On s’entend à peine, mais Anne-​Claire Detavernier, la chef de chan­tier, glisse : « Les ouvriers portent des bou­chons d’oreille, des lunettes, masques et gants. C’est indis­pen­sable. » Au bruit s’ajoute une pous­sière digne des vents sahéliens.

dsc07143
Sur le chan­tier. © Chantal Baoutelman

« Je suis ému de voir que les actions qu’on a menées depuis 2017 donnent ce résul­tat », se réjouit Alban Bernard. Il faut dire que Stop décharges sau­vages a joué sa part pour faire bou­ger les choses. Grâce à sa vidéo publiée sur les réseaux sociaux en 2017, les médias se sont inté­res­sés à cette cala­mi­té éco­lo­gique et les dif­fé­rents acteurs publics ont fini par s’accorder sur le[…]

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu
Ou
Abonnez-vous à partir de 1€ le premier mois
Partager
Articles liés
jeanne barret madlla bare

Jeanne Barret, bota­niste et embar­quée clandestine

Cette botaniste est la première femme à avoir fait le tour du monde. Nous sommes au XVIIIe siècle, époque des grandes expéditions scientifiques sur les océans. Des aventures normalement réservées aux hommes. C’est pourquoi Jeanne Barret se déguisa...