fbpx
will final
@ Ghizlane Laala

William Acker, le juriste qui se bat pour les « gens du voyage »

Suivi par près de 11 000 per­sonnes sur Twitter, William Acker est un jeune juriste indi­gné par les dis­cri­mi­na­tions subies par les « gens du voyage », dont il fait par­tie. Après l’incendie de l’usine Lubrizol, en Normandie, il y a un an, il a entre­pris un énorme pro­jet : recen­ser et car­to­gra­phier les aires d’accueil en France pour faire saillir celles situées dans des zones sou­mises à des nui­sances indus­trielles ou envi­ron­ne­men­tales.

Jusqu’à ses 18 ans, William Acker a gran­di de façon semi-​itinérante en cara­vane et séden­taire dans une mai­son située en Seine-​et-​Marne : « Les endroits où vivent les “gens du voyage” sont sou­vent mal situés, à l’écart des autres habi­tants. L’accès aux cré­dits ban­caires, aux assu­rances et à la pro­prié­té est plus dif­fi­cile pour eux. Certains maires ren­forcent ces effets de relé­ga­tion, en leur refu­sant l’éclairage public, l’accès à l’énergie… En Seine-​et-​Marne, dans la rue où nous vivions en alter­nance quand j’étais enfant, le gou­dron s’arrêtait là où nos ter­rains com­men­çaient. Certains rive­rains refu­saient de nous par­ler et crai­gnaient notre pré­sence. C’était tou­jours la même impres­sion de vivre hors de la socié­té. » La famille de William est plu­ri­cul­tu­relle, issue la com­mu­nau­té des Sinté qui viennent de l’Europe de[…]

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu
Ou
Abonnez-vous à partir de 1€ le premier mois
Partager
Articles liés