fbpx

Travaux for­cés : en Chine, des pri­son­niers ouï­ghours fabriquent nos vête­ments

C’est un chiffre choc : pas moins d’un tee-​shirt en coton sur cinq ven­dus dans le monde pro­vien­drait de la pro­duc­tion des Ouïghours inter­nés dans les camps de Chine, selon un regrou­pe­ment de 180 ONG lut­tant pour les droits humains.

white textile lot
© Ethan Bodnar

H&M, Zara, Lacoste, Nike, C&A, Adidas, Calvin Klein, Gap, Ikea… Ces marques et vingt-​neuf autres ont été mises à l’index, jeu­di 23 juillet, par une coa­li­tion d’ONG pour leurs liens avé­rés avec des entre­prises sous-​traitantes du tex­tile qui uti­lisent la main‑d’œuvre gra­tuite des Ouïghour·es emprisonné·es par le gou­ver­ne­ment chi­nois.

Fruit d’un tra­vail de recou­page des infor­ma­tions pro­ve­nant de la presse ou d’ONG, long de plu­sieurs mois, le rap­port de la « Coalition pour mettre un terme au tra­vail for­cé dans la région ouï­ghoure », regrou­pant 180 ONG qui luttent pour les droits humains, est acca­blant. 84 % du coton de la Chine, pre­mier pro­duc­teur au monde de cette fibre,[…]

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu
Ou
Abonnez-vous à partir de 1€ le premier mois
Partager
Articles liés