Travaux forcés : en Chine, des prisonniers ouïghours fabriquent nos vêtements

C’est un chiffre choc : pas moins d’un tee-​shirt en coton sur cinq vendus dans le monde proviendrait de la production des Ouïghours internés dans les camps de Chine, selon un regroupement de 180 ONG luttant pour les droits humains.

white textile lot
© Ethan Bodnar

H&M, Zara, Lacoste, Nike, C&A, Adidas, Calvin Klein, Gap, Ikea… Ces marques et vingt-​neuf autres ont été mises à l’index, jeudi 23 juillet, par une coalition d’ONG pour leurs liens avérés avec des entreprises sous-​traitantes du textile qui utilisent la main‑d’œuvre gratuite des Ouïghour·es emprisonné·es par le gouvernement chinois.

Fruit d’un travail de recoupage des informations provenant de la presse ou d’ONG, long de plusieurs mois, le rapport de la « Coalition pour mettre un terme au travail forcé dans la région ouïghoure », regroupant 180 ONG qui luttent pour les droits humains, est accablant. 84 % du coton de la Chine, premier producteur au monde de cette fibre,[…]

La suite est réservée aux abonné.es.

identifiez-vous pour lire le contenu

Partager
Articles liés