fbpx
white and brown folding stick

Contraception gra­tuite jusqu'à 25 ans : com­ment ça marche ?

Annoncée en sep­tembre, la gra­tui­té de la contra­cep­tion pour les femmes âgées de moins de 26 ans est effec­tive depuis le 1er jan­vier. Voici com­ment en bénéficier.

La contra­cep­tion n'est plus une contrainte finan­cière pour les jeunes femmes jusqu'à 25 ans. Alors qu'elle était déjà gra­tuite pour les mineures, ce sont trois mil­lions de femmes sup­plé­men­taires, selon les esti­ma­tions du gou­ver­ne­ment, qui peuvent béné­fi­cier depuis le 1er jan­vier de la prise en charge par l'assurance mala­die de leur moyen de contraception.

Lorsque le ministre de la Santé, Olivier Véran, l'avait annon­cé en sep­tembre, il pré­ci­sait que la contra­cep­tion était en "recul" chez les jeunes femmes, et que "le pre­mier motif, c'est le renon­ce­ment pour rai­sons finan­cières", un état de fait "insup­por­table". La mesure, pré­sen­tée dans le cadre du pro­jet du bud­get de la Sécurité sociale 2022, avait été votée par le par­le­ment en octobre et repré­sente un coût de 21 mil­lions d'euros.

Dans le concret, l'assurance mala­die prend désor­mais en charge, et sans avance de frais, le coût de plu­sieurs moyens de contra­cep­tion (qui relève du choix de la patiente après dis­cus­sion avec un·e professionnel·le de san­té) mais éga­le­ment les actes qui y sont asso­ciés, comme une consul­ta­tion annuelle chez un·e méde­cin ou un·e sage-​femme et les exa­mens bio­lo­giques néces­saires à la pres­crip­tion de la pilule. La consul­ta­tion de sui­vi (pour véri­fier que la patiente est à l'aise avec sa contra­cep­tion) est elle aus­si prise en charge par le dis­po­si­tif, a pré­ci­sé Olivier Véran.

Les contra­cep­tifs d'urgence aussi

Les contra­cep­tifs concer­nés sont les pilules contra­cep­tives de 1ère et 2ème géné­ra­tions, les implants contra­cep­tifs, les sté­ri­lets, les dia­phragmes et la contra­cep­tion d'urgence (dite pilule du len­de­main). Ne sont donc pas concer­nés les pré­ser­va­tifs mas­cu­lins et fémi­nins, les crèmes sper­mi­cides, les patchs, les anneaux vagi­naux et les pilules de 3e et 4e générations.

Lorsque, en 2013, la contra­cep­tion est deve­nue gra­tuite pour les 15–18 ans, le taux de recours à l'IVG a dimi­nué, pas­sant de 9,5 pour 1000 en 2012 à 6 pour 1000 en 2018. En août 2020, la gra­tui­té de la contra­cep­tion avait été éten­due à l'ensemble des mineures.

Lire aus­si l À comp­ter du 1er jan­vier 2022, la contra­cep­tion sera gra­tuite pour les femmes jusqu’à 25 ans

Partager

Cet article vous a plu ? Et si vous vous abonniez ?

Chaque jour, nous explorons l’actualité pour vous apporter des expertises et des clés d’analyse. Notre mission est de vous proposer une information de qualité, engagée sur les sujets qui vous tiennent à cœur (féminismes, droits des femmes, justice sociale, écologie...), dans des formats multiples : reportages inédits, enquêtes exclusives, témoignages percutants, débats d’idées… 
Pour profiter de l’intégralité de nos contenus et faire vivre la presse engagée, abonnez-vous dès maintenant !  

 

Une autre manière de nous soutenir…. le don !

Afin de continuer à vous offrir un journalisme indépendant et de qualité, votre soutien financier nous permet de continuer à enquêter, à démêler et à interroger.
C’est aussi une grande aide pour le développement de notre transition digitale.
Chaque contribution, qu'elle soit grande ou petite, est précieuse. Vous pouvez soutenir Causette.fr en donnant à partir de 1 € .

Articles liés
woman sleeping

Victimes d'endométriose : mal au ventre et au portefeuille

En cette semaine dédiée à la prévention et l’information sur l’endométriose, HEROIC santé et ses partenaires ont dévoilé les résultats d’une grande enquête sur le sujet. Leur constat est sans appel : l’endométriose ne laisse indemne ni le corps ni...