hfphi8zx e4
© Reproductive Health Supplies Coalition

À comp­ter du 1er jan­vier 2022, la contra­cep­tion sera gra­tuite pour les femmes jusqu’à 25 ans

Le ministre de la Santé Olivier Véran a annon­cé ce jeu­di 9 sep­tembre l'extension de la gra­tui­té de la prise en charge de la contra­cep­tion et des consul­ta­tions qui l'accompagnent, jusque là réser­vée aux mineures.

« Toutes les contra­cep­tions fémi­nines prises en charge par l’Assurance-maladie, sans dis­tinc­tion », seront acces­sibles gra­tui­te­ment pour toutes les femmes âgées de moins de 25 ans à par­tir du 1er jan­vier 2022. C'est l'annonce faite par Olivier Véran lors de son pas­sage au Télématin de France 2 ce 9 sep­tembre. Le ministre de la Santé a aus­si indi­qué que « le bilan bio­lo­gique qui peut aller avec, la consul­ta­tion de pres­crip­tion et tous les soins qui sont liés à cette contra­cep­tion » seraient éga­le­ment pris en charge. Une mesure esti­mée à 21 mil­lions d'euros par an à la charge de la sécu­ri­té sociale, alors que la gra­tui­té de ces consul­ta­tions et pres­crip­tions médi­cales avait déjà cours pour les mineures.

Le ministre de la Santé indique s'appuyer sur les obser­va­tions des auto­ri­tés scien­ti­fiques s'inquiétant du fait que de nom­breuses jeunes femmes renoncent à recou­rir à une contra­cep­tion pour des rai­sons éco­no­miques. Déjà en 2013, la Haute auto­ri­té de san­té (HAS) pré­ci­sait que « le recours à la contra­cep­tion en géné­ral peut éga­le­ment être frei­né par des contraintes éco­no­miques ». « Les don­nées récentes sur la contra­cep­tion montrent une baisse du recours à la pilule chez les femmes de 20 à 24 ans au cours des 10 der­nières années, ajou­tait l'instance. Cette baisse n’est pas com­pen­sée par l’utilisation d’autres méthodes et pour­rait être attri­buée, du moins en par­tie, à la dégra­da­tion conco­mi­tante de la situa­tion éco­no­mique dans cette tranche d’âge. »

Une réponse à un constat éta­bli depuis long­temps

En mai 2014, l'Ined publiait son rap­port La crise de la pilule en France : vers un nou­veau modèle contra­cep­tif ? à la suite des contro­verses autour des risques de throm­boses liés aux pilules de 3ème et 4ème géné­ra­tions, ayant abou­ti à la fin de leur rem­bour­se­ment en mars 2013. Les jeunes femmes se sont détour­nées, montre l'Ined, de la pilule (qui repré­sen­tait 50% du choix contra­cep­tif en 2010 pour seule­ment 41% en 2013) pour d'autres méthodes, telles que le DIU, le pré­ser­va­tif ou les pilules de 1ère et 2ème géné­ra­tions.

Or, l'Ined notait, en plus des pré­oc­cu­pa­tions autour des risques liés à l'utilisation de la pilule, des « effet de la crise éco­no­mique sur les pra­tiques contra­cep­tives », dont les pre­mières vic­times seraient les 20–24 ans, c'est-à-dire des jeunes femmes étu­diantes ou débu­tant leur vie active. Malgré le rem­bour­se­ment de cer­tains moyens contra­cep­tifs (pilules de 2ème géné­ra­tion, DIU, implant) et l'équivalent en pro­duits géné­riques de cer­taines pilules de 3ème géné­ra­tion, des freins éco­no­miques résident dans l'accès au soin contra­cep­tif. L'avance du prix d'une consul­ta­tion médi­cale ou le non rem­bour­se­ment du pré­ser­va­tif, « une des prin­ci­pales méthodes de contra­cep­tion uti­li­sée en début de vie sexuelle », en font par­tie. Face à ce constat, l'instance plai­dait que « l’enjeu de la gra­tui­té de l’accès aux méthodes de contra­cep­tion, un des freins de l’accès aux méthodes les plus effi­caces, est donc plus que jamais d’actualité. »

Quid des moyens contra­cep­tifs non pris en charge par l'Assurance mala­die ?

Sur le ter­rain, les professionel·les de san­té constatent en effet une désaf­fec­tion pour la pilule. « La pilule néces­site une exi­gence dans la régu­la­ri­té de la prise, observe Laura Faucher, pré­si­dente de l'Association natio­nale des étudiant·es sages-​femmes (Anesf). On me demande donc de plus en plus des patch contra­cep­tifs, mais quand les patientes se rendent compte que cela va leur coû­ter 14 euros par mois car ce dis­po­si­tif n'est pas pris en charge par l'Assurance mala­die, elles se rabattent sur l'implant contra­cep­tif. Or, la meilleure contra­cep­tion, c'est celle que l'on choi­sit. » Isabelle Derrendinger, direc­trice de l'école des sages-​femmes du CHU de Nantes et membre de l'Ordre natio­nal des sages-​femmes, s'inquiète, elle, des jeunes filles qui ne viennent tout bon­ne­ment pas en consul­ta­tion parce qu'elles n'en ont pas les moyens finan­ciers, poin­tant une étude de La Mutuelle des étu­diants (LMDE) qui mon­trait en 2019 que la pro­por­tion d'étudiants renon­çant à consul­ter un méde­cin aug­men­tait au fil des années.

Les sages-​femmes saluent donc l'annonce du ministre de la san­té mais attendent que le cadre de la mesure soit pré­ci­sé. « Si le rem­bour­se­ment ne s’applique qu’aux moyens contra­cep­tifs actuel­le­ment rem­bour­sés pour les moins de 18 ans (cer­taines pilules de 2ème géné­ra­tion, cer­taines pilules pro­ges­ta­tives, les dis­po­si­tifs intra-​utérins, l’implant et les pré­ser­va­tifs externes), ques­tionne l'Anesf, que faisons-​nous des per­sonnes pour qui les patch ou les pilules anti-​acnéiques [qui servent aus­si de contra­cep­tifs, coûtent de 10 à 12 euros par mois et ne sont pas prises en charge par l'Assurance mala­die] sont les moyens qui s'adaptent le mieux à iels et qui n’ont pas les moyens de s’en pro­cu­rer ? » Ce « iels » inclut les hommes trans qui ont tou­jours un uté­rus et pour les­quels l'Anesf veille­ra à ce qu'ils soient inclus dans cet accès à la gra­tui­té de la contra­cep­tion.

Les sages-​femmes demandent consul­ta­tion sexuelle uni­ver­selle

De son côté, l'Ordre des sages-​femmes qui se féli­cite d'une mesure qu'il appelle de ses vœux depuis plu­sieurs années, sou­hai­te­rait que la contra­cep­tion d'urgence en fasse par­tie. Aujourd'hui, elle n'est gra­tuite que pour les mineures et pour les majeures dans les éta­blis­se­ments sco­laires et uni­ver­si­taires. Dans son com­mu­ni­qué, l'Ordre pro­pose une dis­po­si­tion visant à com­plé­ter la gra­tui­té de la contra­cep­tion : « la créa­tion d’une consul­ta­tion sexuelle longue pour tous les ado­les­cents de 15 à 18 ans. L’universalité de cette consul­ta­tion per­met­tra de mieux pro­té­ger les jeunes et d’impliquer davan­tage les hommes, qui sont aujourd’hui trop éloi­gnés de ces pro­blé­ma­tiques. » Au-​delà de l'aspect contra­cep­tif, cette consul­ta­tion uni­ver­selle per­met­trait de palier le manque d'informations sur la san­té sexuelle des jeunes, dans un contexte où les collégien·nes et lycéen·nes ne reçoivent tou­jours pas les heures obli­ga­toires dédiées durant leur sco­la­ri­té. De quoi faire des ravages niveau infec­tions sexuel­le­ment trans­mis­sibles (IST). « En ce moment, la recru­des­cence de la chla­my­dia, qui fait ris­quer l'infertilité, nous pré­oc­cupe beau­coup », pré­cise Isabelle Derrendinger. La sage-​femme estime donc que cette consul­ta­tion uni­ver­selle per­met­trait de res­pon­sa­bi­li­ser les jeunes hommes sur ces sujets. Car pour l'heure, autant au niveau de la charge finan­cière que men­tale, la contra­cep­tion reste une affaire de femmes.

Partager

Cet article vous a plu ? Et si vous vous abonniez ?

Chaque jour, nous explorons l’actualité pour vous apporter des expertises et des clés d’analyse. Notre mission est de vous proposer une information de qualité, engagée sur les sujets qui vous tiennent à cœur (féminismes, droits des femmes, justice sociale, écologie...), dans des formats multiples : reportages inédits, enquêtes exclusives, témoignages percutants, débats d’idées… 
Pour profiter de l’intégralité de nos contenus et faire vivre la presse engagée, abonnez-vous dès maintenant !  

 

Une autre manière de nous soutenir…. le don !

Afin de continuer à vous offrir un journalisme indépendant et de qualité, votre soutien financier nous permet de continuer à enquêter, à démêler et à interroger.
C’est aussi une grande aide pour le développement de notre transition digitale.
Chaque contribution, qu'elle soit grande ou petite, est précieuse. Vous pouvez soutenir Causette.fr en donnant à partir de 1 € .

Articles liés