fbpx
juliette ponce
© Michael Amrouche

Rencontre avec Juliette Ponce, fon­da­trice de Dalva, mai­son d'édition qui ne publie que des autrices

En lan­çant Dalva, mai­son d’édition qui ne publie­ra que des autrices, Juliette Ponce sou­haite don­ner la place aux femmes, encore sous repré­sen­tées dans le monde de la lit­té­ra­ture. À lire dès le 6 mai : L'octopus et moi d'Erin Hortle et Trinity, Trinity, Trinity d'Erika Kobayashi. 

Causette : Pourquoi avoir créé une mai­son d'édition pour autrices ?
Juliette Ponce : Ces der­nières années, j’ai publié des ouvrages écrits par des femmes avec des voix assez fortes. J’ai consta­té que ces livres très impor­tant pour moi étaient aus­si accueillis de façon hyper cha­leu­reuse quand on allait en librai­ries ou en fes­ti­vals. Il y avait une vraie envie du public. J'ai com­men­cé à me[…]

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu
Ou
Abonnez-vous à partir de 1€ le premier mois
Partager
Articles liés
capture decran 2023 01 10 a 17.30.47

"Petite sale", un bon roman noir

Si l’intrigue de Petite sale respecte les codes du polar, le récit vaut aussi pour la façon dont l’autrice l’utilise pour illustrer la hiérarchie des classes sociales et des genres dans une France où les femmes étaient toujours en bas de l’échelle.