1200x680 ewn1avpxeaebcto

« Sortie d’usine » : dans les pas des métal­los sacri­fiés de la Creuse

Cinquante-​sept ans d’existence, une dizaine de liqui­da­tions, de redres­se­ments judi­ciaires et des dizaines de salarié·es en lutte : dans sa nou­velle BD-​enquête Sortie d’usine, le jour­na­liste Benjamin Carle revient sur le com­bat des ouvrier·ères de GM&S. Et nous montre que la dés­in­dus­tria­li­sa­tion à l’œuvre n’est pas une fata­li­té, mais bien un choix.

Ce sont des images deve­nues banales : celles d’ouvrier·ères en lutte, qui se battent à coup de manifs, de grèves et d’actions « coups de poing », dans l’espoir de sau­ver leur usine – et avec elle, leurs emplois. Des images qui ponc­tuent régu­liè­re­ment l’actualité, sans qu’on en sai­sisse tou­jours très bien tous les tenants et les abou­tis­sants. Simplement qu’il est ques­tion de « fer­me­ture de site », de « délo­ca­li­sa­tion », de « repre­neurs », de « reclas­se­ment »… bref, de dés­in­dus­tria­li­sa­tion. Comme chez GM&S, cet équi­pe­men­tier auto­mo­bile qui a défrayé la chro­nique en 2017, quand des salarié·es ont mena­cé de faire sau­ter leur usine, alors au bord de la fer­me­ture. Un com­bat sur lequel revient aujourd’hui le jour­na­liste Benjamin Carle dans Sortie d’usine, un roman gra­phique réa­li­sé avec l’illustrateur David Lopez et paru mi-​mars aux édi­tions Steinkis.

Pour retra­cer l’histoire de ce qui fut, en son temps, la plus grande entre­prise de la Creuse, Benjamin Carle a enquê­té pen­dant trois ans. Trois ans pour com­prendre com­ment cette usine, implan­tée en 1963 dans la com­mune de La Souterraine, était pas­sée de la fabri­ca­tion de trot­ti­nettes à la sous-​traitance de pièces auto­mo­biles pour les plus grands construc­teurs fran­çais. Trois ans pour com­prendre com­ment la Socomec (c’est ain­si qu’elle s’appelait à l’origine) était deve­nue depuis 1991, au gré des liqui­da­tions et des rachats, SER, Ares, Wagon, Sonas, Halberg, Altia, Transatlantic… jusqu’à deve­nir GM&S en 2015, puis GMD en 2017. Trois ans, enfin, pour suivre le com­bat de ces ouvrier·ères, qui dénoncent les man­que­ments et les choix qui ont conduit l’usine au bord du gouffre.

Au fil de ces 128 pages, on part ain­si à la ren­contre ceux qui luttent pour gar­der emploi et digni­té – Vincent Labrousse (dit « Hannibal »), Yann Augras (sur­nom­mé « Barracuda » et depuis décé­dé), Patrick Brun (dit « Futé »), Jean-​Marc Ducourtioux (alias « Looping ») – et à qui le docu­men­taire On va tout péter, pro­je­té à Cannes, avait déjà ren­du hom­mage. Mais on y ren­contre aus­si le patron his­to­rique de la Socomec, on y retrouve des archives de presse, des don­nées éco­no­miques… de quoi mieux com­prendre, en somme, les déci­sions qui ont conduit à la chute d’un bas­tion indus­triel et avec lui, celle de toute une ville.

Sortie d usine
Sortie d’usine, de Benjamin Carle et David Lopez,
paru mi-​mars aux édi­tions Steinkis.

« Mondialisation, ter­tia­ri­sa­tion, dés­in­dus­tria­li­sa­tion… ce sont tou­jours ces termes com­plexes, aux défi­ni­tions floues, qui reviennent pour expli­quer le sort des sala­riés de l’industrie dans ce pays. Comme si c’était des phé­no­mènes natu­rels », s’étonne Benjamin Carle, qui se met en scène dans le livre – comme il l’avait fait dans son film Made in France. Sauf que ces phé­no­mènes, nous montre le jour­na­liste, n’ont rien d’une fata­li­té. Et c’est là tout l’intérêt de ce livre qui, à tra­vers ce « cas d’école », vient rap­pe­ler que cette dés­in­dus­tria­li­sa­tion à l’œuvre depuis plu­sieurs décen­nies n’est pas iné­luc­table, mais résulte bien de choix poli­tiques, éco­no­miques et finan­ciers. Un pro­pos qui fait d’ailleurs écho à un autre ouvrage, lui aus­si paru en mars, lui aus­si sous la forme d’un roman gra­phique : Le choix du chô­mage. De Pompidou à Macron, enquête sur les racines de la vio­lence éco­no­mique, de Benoît Collombat et Damien Cuvillier. Deux BD-​enquêtes pour démys­ti­fier la doxa néo­li­bé­rale… et nous rap­pe­ler que oui, un autre monde est possible.

Partager
Articles liés

Inverted wid­get

Turn on the "Inverted back­ground" option for any wid­get, to get an alter­na­tive sty­ling like this.

Accent wid­get

Turn on the "Accent back­ground" option for any wid­get, to get an alter­na­tive sty­ling like this.