windmill on grass field during golden hour
Un parc éolien © Karsten Würth

Climat : l'Agence inter­na­tio­nale de l'énergie nous donne une (petite) rai­son d'espérer

L'Agence inter­na­tio­nale de l'énergie entre­voit le bout du tun­nel, en annon­çant que le pic des émis­sions mon­diales de gaz à effet de serre lié à l'énergie advien­dra en 2025, grâce à l'émergence des éner­gies renou­ve­lables et décar­bon­nées. Pourvu qu'on s'y tienne.

ÉDITO. À Hossegor ou à La Baule, les baigneur·euses auxquel·les les jour­na­listes tendent leurs micros oscil­lent entre plai­sir de pro­fi­ter de la « clé­mence » du temps de cette pre­mière semaine de vacances de la Toussaint et sen­ti­ment d'angoisse devant ces 27° qui ne devraient pas exis­ter. De clé­mence du cli­mat, il n'y en a point : la Terre au contraire se venge du mal qu'on lui fait en nous fai­sant vivre le mois d'octobre qui devrait battre tous les records de cha­leur en Europe. « Y'a plus d'saison, ma bonne dame », et cette fois pour de vrai.

Cette dou­ceur esti­vale scé­lé­rate, cette dis­pa­ri­tion des sai­sons, nous les paie­rons dans nos assiettes, puisque la dor­mance de la nature est essen­tielle au bon fonc­tion­ne­ment du cycle agri­cole. Et puis, alors que les pre­miers calen­driers de l'Avent se pointent dans les rayons des super­mar­chés, qui par­vient à se pro­je­ter en cette fin octobre abru­tie de cha­leur dans le joyeux fris­son des fêtes de fin d'année ? Avoir froid est-​il un plai­sir que nous retrouverons ?

Le monde se dirige vers un réchauf­fe­ment « catas­tro­phique » de 2,5 °C à la fin du siècle. C'est la der­nière pré­vi­sion du Programme des Nations unies pour l’environnement dans son bilan annuel ren­du le 27 octobre. Tandis que le secré­taire géné­ral de l'ONU Antonio Guterres s'époumone dans le vent pour implo­rer la fin du « green­wa­shing » des États qui signent des objec­tifs de neu­tra­li­té car­bone sans mettre en œuvre suf­fi­sam­ment actions pour y par­ve­nir, le PNUE conclut à « une année gâchée ». Encore une. Dans ce contexte, on aurait envie de bais­ser les bras, à huit jours de la confé­rence mon­diale sur le cli­mat (COP27) qui se tien­dra du 6 au 18 novembre en Egypte sous le haut patron­nage du spon­sor… Coca-Cola.

Pendant ce temps-​là, coco­ri­co, notre fleu­ron indus­triel fran­çais, TotalEnergies, cherche à forer dans les eaux d'Afrique du Sud pour faire main basse sur deux immenses gise­ments gaziers en fai­sant valoir que le gaz, c'est moins pire que le char­bon, dont l'Afrique du Sud dépend à 72%. Certes oui, mais comme le rap­pelle Claire Nouvian de Bloom, qui se mobi­lise contre ce nou­veau « pro­jet cri­mi­nel », l'Agence inter­na­tio­nale de l'énergie a exi­gé que 2021 marque l'arrêt des nou­veaux pro­jets pétro­liers ou gaziers afin de main­te­nir la tra­jec­toire d'une hausse des tem­pé­ra­tures contrôlée.

Lire aus­si l Pourquoi BLOOM alerte contre un pro­jet de forage gazier de Total au large de l'Afrique du Sud

Malgré la déso­la­tion du tableau, qui s'illustre peut-​être le mieux dans ces gestes déses­pé­rés et absurdes des militant·es de Just stop oil qui se collent à des œuvres d'art pour espé­rer être entendu·es, on se doit néan­moins de cher­cher des rai­sons d'espérer pour ne pas som­brer. En voi­ci une : cette même Agence inter­na­tio­nale de l'énergie entre­voit le bout du tun­nel, en annon­çant que le pic des émis­sions mon­diales de gaz à effet de serre lié à l'énergie advien­dra en 2025, grâce à l'émergence des éner­gies renou­ve­lables et décar­bon­nées. Cela ne veut pas dire qu'en 2026 ces émis­sions bais­se­ront mais on pour­rait avoir atteint un pla­teau. « Ce n'est pas suf­fi­sant pour évi­ter de graves impacts cli­ma­tiques, mais c'est un pro­grès par rap­port à la situa­tion dans laquelle nous étions il y a quelques années », a écrit sur Twitter le direc­teur exé­cu­tif de l'AIE, Fatih Birol. Un pro­grès. Au point où on en est, on ne va pas le dédaigner.

Lire aus­si l Françoise Vimeux, cli­ma­to­logue : « C’est la pre­mière fois qu’on enre­gistre de telles tem­pé­ra­tures aus­si tar­di­ve­ment dans la saison »

Partager

Cet article vous a plu ? Et si vous vous abonniez ?

Chaque jour, nous explorons l’actualité pour vous apporter des expertises et des clés d’analyse. Notre mission est de vous proposer une information de qualité, engagée sur les sujets qui vous tiennent à cœur (féminismes, droits des femmes, justice sociale, écologie...), dans des formats multiples : reportages inédits, enquêtes exclusives, témoignages percutants, débats d’idées… 
Pour profiter de l’intégralité de nos contenus et faire vivre la presse engagée, abonnez-vous dès maintenant !  

 

Une autre manière de nous soutenir…. le don !

Afin de continuer à vous offrir un journalisme indépendant et de qualité, votre soutien financier nous permet de continuer à enquêter, à démêler et à interroger.
C’est aussi une grande aide pour le développement de notre transition digitale.
Chaque contribution, qu'elle soit grande ou petite, est précieuse. Vous pouvez soutenir Causette.fr en donnant à partir de 1 € .

Articles liés

Inverted wid­get

Turn on the "Inverted back­ground" option for any wid­get, to get an alter­na­tive sty­ling like this.

Accent wid­get

Turn on the "Accent back­ground" option for any wid­get, to get an alter­na­tive sty­ling like this.