person holding drinking glass filled with water
(©Anderson Rian)

Stress hydrique : un quart de la popu­la­tion mon­diale déjà en danger

Vingt-​cinq pays dépensent actuel­le­ment, chaque année, plus de 80% de leurs res­sources en eau.

Vingt-​cinq pays, abri­tant un quart de la popu­la­tion mon­diale, font actuel­le­ment face à un stress hydrique très éle­vé chaque année, selon les der­nières don­nées du World Resources Institute (WRI), une cel­lule de réflexion spé­cia­li­sée dans les ques­tions envi­ron­ne­men­tales. Cela signi­fie que ces pays dépensent plus de 80% de leurs res­sources en eau. Plus lar­ge­ment, au moins 50% des 4 mil­liards d'êtres humain·es vivent des condi­tions impor­tantes de stress hydrique au moins un mois dans l'année.

L'irrigation, l'agriculture, l'industrie, les besoins de la popu­la­tion et un appro­vi­sion­ne­ment moindre expliquent cette consom­ma­tion exces­sive d'eau. Des manques d'investissements dans les infra­struc­tures, des poli­tiques non viables et les chan­ge­ments cli­ma­tiques appau­vrissent les stocks de ces 25 pays. Le Bahreïn, Chypre, le Koweït, le Liban, Oman et le Qatar font par­tie des pays les plus en dan­ger. On retrouve éga­le­ment, plus proche de chez nous, la Belgique, la Grèce et Saint-Marin. 

« La demande indus­trielle, qui repré­sente près de 90 % de tous les besoins en eau en Belgique, en est la prin­ci­pale cause », a pré­ci­sé à Libération Samantha Kuzma, res­pon­sable des don­nées au sein du WRI.

Un mil­liard de per­sonnes tou­chées en 2050

« Vivre avec ce niveau de pénu­ries d'eau met en péril la vie des popu­la­tions, leurs emplois, les res­sources en nour­ri­ture et la sécu­ri­té des pays. L'eau est cen­trale pour faire pous­ser les cultures et éle­ver du bétail, pour pro­duire de l'électricité, pour main­te­nir la san­té des êtes humains, pour encou­ra­ger des socié­tés équi­tables et atteindre les objec­tifs cli­ma­tiques », déplore le World Resources Institute.

En 2050, un mil­liard de per­sonnes pour­raient vivre avec un stress hydrique très éle­vé, selon les pro­jec­tions du WRI. Cela concer­ne­rait l'ensemble de la popu­la­tion de l'Afrique du Nord et du Moyen-​Orient. La demande en eau devrait éga­le­ment aug­men­ter de 20 à 25% à cet hori­zon. « Cela est un pro­blème non seule­ment pour pour les consom­ma­teurs et les entre­prises néces­si­tant de l'eau, mais aus­si pour la sta­bi­li­té poli­tique des pays, sou­ligne la cel­lule de réflexion. En Iran, des décen­nies de mau­vaise ges­tion de l'eau sont déjà en train de créer des mani­fes­ta­tions. Les ten­sions ne feront que s'intensifier si le stress hydrique s'aggrave. »

Plusieurs solu­tions sont esquis­sées, comme le fait, pour les pays, de chan­ger leur poli­tique en eau, de réuti­li­ser les eaux usées pour l'agriculture et l'industrie, ain­si que de pro­té­ger et res­tau­rer les zones humides, les man­groves et et les forêts. Il est aus­si conseillé de de se tour­ner vers d'autres sources d'énergie, comme l'énergie solaire ou éolienne. Des plans d'action pour res­ter dans la limite des res­sources en eau de la Terre et des besoins des popu­la­tions devraient éga­le­ment être mis en place.

Partager
Articles liés
p750m2222498 1

Économie bleue, l'expression qui noie le poisson

Prônée comme solution magique pour exploiter les océans tout en les préservant, l’économie bleue n’est rien d’autre que le fruit d’un paradoxe. La Conférence sur les océans qui se tiendra fin juin se heurtera-t-elle à l’appropriation capitaliste des...

Inverted wid­get

Turn on the "Inverted back­ground" option for any wid­get, to get an alter­na­tive sty­ling like this.

Accent wid­get

Turn on the "Accent back­ground" option for any wid­get, to get an alter­na­tive sty­ling like this.