julien pontes
Julien Pontès du collectif Rouge direct. © DR

Suppression du maillot arc-​en-​ciel : le coup de gueule de Julien Pontes, lan­ceur d’alerte contre l’homophobie dans le foot

Julien Pontes, porte-​parole du col­lec­tif Rouge direct, lan­ceur d’alerte contre l’homophobie dans le foot­ball, réagit à la sup­pres­sion du maillot arc-​en-​ciel en Ligue 1 et en Ligue 2.

Après trois sai­sons, le maillot arc-​en-​ciel sera mis au pla­card. RMC Sport a annon­cé, lun­di, que les foot­bal­leurs pro­fes­sion­nels fran­çais ne devraient plus por­ter le maillot à comp­ter de cette année. Chaque sai­son depuis 2019, à l’approche du 17 mai, Journée mon­diale contre l’homophobie, les équipes de Ligue 1 et Ligue 2 arbo­raient un maillot flo­qué aux cou­leurs du dra­peau LGBT. Et chaque sai­son, l’opération char­riait son lot de polé­miques avec des joueurs refu­sant de le por­ter sur le terrain.

D’après les infos de RMC Sport, après l’annonce de la sup­pres­sion du maillot arc-​en-​ciel, la Ligue de foot­ball pro­fes­sion­nelle (LFP) a pré­ci­sé qu’“un tra­vail était en cours avec les asso­cia­tions par­te­naires pour réflé­chir à une autre manière de mettre en avant ce com­bat de lutte contre l’homophobie et les dis­cri­mi­na­tions”. Concrètement, un seul maillot des­ti­né à lut­ter contre toutes les dis­cri­mi­na­tions, racistes et homo­phobes, pour­rait faire son appa­ri­tion, sur lequel ne figu­re­ront plus les cou­leurs de l’arc-en-ciel. Julien Pontes, porte-​parole du col­lec­tif Rouge direct, lan­ceur d’alerte contre l’homophobie dans le foot­ball, dénonce auprès de Causette, une “arnaque” effa­çant la lutte LGBT et la lutte contre l’homophobie dans le foot. 

“On a réagi à l’annonce de la sup­pres­sion du maillot arc-​en-​ciel avec beau­coup de colère. Mais hélas, peu de sur­prise. On n’est pas très éton­né de ce énième recul de la LFP dans la lutte contre l’homophobie. La manœuvre est très claire pour nous, créer un maillot contre toutes les dis­cri­mi­na­tions, c’est noyer l’homophobie dans un fourre-​tout. C’est invi­si­bi­li­ser la cause LGBT et la lutte contre l’homophobie. L’objectif est très clair pour nous, d’autant plus clair que la LFP avait déjà fait le coup en 2014. Revenons sur le contexte : en 2008, la LFP signe la charte contre l’homophobie dans le foot­ball, mais rien ne se passe ensuite concrè­te­ment dans les clubs. En 2013, une étude démontre au contraire que 41 % des joueurs de foot pro­fes­sion­nels et 50 % des jeunes foot­bal­leurs en centre de for­ma­tion ont des opi­nions homo­phobes. Dans ces condi­tions, la LFP décide de s’appuyer sur des par­te­naires asso­cia­tifs com­plai­sants, que nous, on qua­li­fie de cau­tions en car­ton, comme PanamBoyz [club de foot­ball pari­sien mili­tant, lut­tant contre l’homophobie et le sexisme, membre de la Fédération spor­tive gay et les­bienne (FSGL) et par­te­naire de la LFP, ndlr]. En 2014, la LFP lance avec eux une opé­ra­tion de lacets arc-​en-​ciel contre toutes les dis­cri­mi­na­tions. Dans un docu­men­taire de Canal +, Enquête de foot : homos, le der­nier tabou, plu­sieurs foot­bal­leurs inter­ro­gés étaient per­sua­dés qu’ils s’agissaient d’une action contre le racisme. Ils n’ont pas évo­qué la lutte contre l’homophobie. L’arnaque était très claire à l’époque, et c’est tou­jours le cas. 
Il faut aus­si recon­naître que l’opération du maillot arc-​en-​ciel est un échec. Aujourd’hui, et on le voit chaque année, il est impos­sible de faire por­ter un maillot arc-​en-​ciel, juste une fois par an, à des foot­bal­leurs. Aucun joueur de Ligue 1 ou Ligue 2 n’a relayé la cam­pagne ces trois der­nières années. Cette opé­ra­tion doit être menée sérieu­se­ment et sur­tout pré­pa­rée en amont. On ne met pas sur le dos d’un joueur de foot, du jour au len­de­main, un maillot arc-​en-​ciel en lui disant : “Mon coco, aujourd’hui, c’est la jour­née contre l’homophobie, donc tu mets un maillot arc-​en-​ciel.” Non, ça ne se fait pas comme ça. Les clubs doivent pré­pa­rer cette opé­ra­tion six mois à l’avance, leur dire que l’homophobie est un délit et que c’est un drame pour les per­sonnes LGBT. Il faut accom­pa­gner les réfrac­taires. Les ame­ner par exemple voir les jeunes du refuge, ces jeunes de 16–17 ans qui sont mis à la porte de leur foyer et qui vont pou­voir expli­quer à ces foot­bal­leurs réfrac­taires leur par­cours, leur drame et leurs dif­fi­cul­tés. C’est à ce moment-​là qu’on pour­ra enclen­cher une véri­table réflexion chez ces joueurs. Nous, chez Rouge direct, on affirme que ces joueurs réfrac­taires, à l’issue de ce tra­vail, por­te­ront le maillot arc-​en-​ciel le 17 mai. Et ils le por­te­ront même avec fierté.”

Partager
Articles liés

Inverted wid­get

Turn on the "Inverted back­ground" option for any wid­get, to get an alter­na­tive sty­ling like this.

Accent wid­get

Turn on the "Accent back­ground" option for any wid­get, to get an alter­na­tive sty­ling like this.