fbpx

Odile, patronne ouvrière, 17 ans de chantier de rénovation

Chaque mois, on demande à quelqu’un·e pourquoi il ou elle se lève le matin. La réponse en dessins. 

À 44 ans, Odile est patronne ouvrière. Depuis dix-​sept ans, elle propose des chantiers de rénovation, qu’elle suit de A à Z. Elle travaille avec six peintres salariés, mais aussi un plombier, un menuisier, un plaquiste. Que des Égyptiens. 

IMG 0054

Odile a grandi dans une famille bourgeoise. Une bonne élève, mais pas vraiment adaptée au cadre auquel sa classe sociale la destine. À 16 ans, elle commence comme animatrice de Minitel rose, avant de gérer une boutique de disques à Paris, à la Bastille. Puis elle est hôtesse au théâtre du Châtelet, où elle milite syndicalement. « On ne reconnaît que la docilité dans le travail, très tôt j’ai compris que ce n’était pas pour moi. » En parallèle, elle est femme de ménage. On lui demande un peu de bricolage, elle se forme pour devenir peintre-​décoratrice d’intérieur. 


« Le bâtiment, c’est rarement une vocation. C’est pour les mauvais élèves. En général, les femmes qu’on y croise sont là par choix. À Paris, on doit être une dizaine de patronnes seulement. »



IMG 0059

« J’ai perdu des clients parce que j’étais une femme, j’en ai gagné d’autres. Je suis très désagréable d’emblée. On me dit : “T’es une grosse gouine désagréable”, mais après on me fout la paix. Avec mes ouvriers, c’est différent. Je ne suis pas une[…]

La suite est réservée aux abonné·es.

 

identifiez-vous pour lire le contenu

Ou

Abonnez-vous à partir de 1€ le premier mois

Partager
Écrit par
Articles liés
annick niquet

Petite histoire du mot « camionneuse »

Camionneur est une des professions qui, par la magie du patriarcat, devient une insulte au féminin. Eli Flory, autrice, raconte la fabrique de ce cliché et comment les lesbiennes en ont fait un outil de lutte.