fbpx
chxhveqrb28
© Mitchell Luo

Loi pou­voir d'achat : on est au max, là ?

La décon­ju­ga­li­sa­tion de l'AAH, l'augmentation des pres­ta­tions sociales et des pen­sions, la hausse des loyers pla­fon­née et un amen­de­ment ico­no­claste signé EELV pour recy­cler en car­bu­rant l'huile de fri­ture. Voilà les bonnes nou­velles issues du vote du pro­jet de loi « d’urgence » pour le pou­voir d’achat. Avec une grande faille : plu­tôt que de reva­lo­ri­ser les salaires en aug­men­tant le Smic, la majo­ri­té pré­fère encore et tou­jours des « primes Macron » sen­tant bon le libéralisme.

ÉDITO. « Qui a déjà tou­ché 800 ou 900 euros par mois ici ? Personne. » Mercredi 20 juillet, alors que depuis lun­di, l'Assemblée natio­nale débat du pro­jet de loi « d’urgence » pour le pou­voir d'achat, la dépu­tée insou­mise Rachel Keke, deve­nue figure de la lutte vic­to­rieuse des femmes de chambre de l'hôtel Ibis Batignolle, en agace plus d'un·e dans les rangs de la majo­ri­té. « Par mois ! Je ne vous ai pas dit par jour ! » insiste-​t-​elle, puisqu'elle a fait mouche, avant d'enfoncer le clou : « Vous mépri­sez les métiers essen­tiels, ceux qui servent la France. » 

Finalement voté dans la mati­née du ven­dre­di 22 juillet à 341 voix pour, 116 contre et 21 abs­ten­tions, le texte de loi semble ne pas répondre à « l'urgence » dont il était l'objet et les rai­sons de se réjouir sont minces. Certes, l'Allocation adultes han­di­ca­pés est décon­ju­ga­li­sée… Mais il fau­dra attendre octobre 2023 pour en sen­tir les effets. Certes, les pen­sions et les pres­ta­tions sociales (RSA, bourses sco­laires…) sont reva­lo­ri­sées… Mais de 4% alors que les pré­vi­sions concer­nant l'inflation tablent sur une hausse du coût de la vie de 5,5%. Certes, le gou­ver­ne­ment a sou­te­nu et fait pas­ser un amen­de­ment ico­no­claste du chef de file EELV Julien Bayou, qui léga­lise l'utilisation comme car­bu­rant des huiles de fri­ture et répond ain­si à un enjeu éco­lo­gique… Mais « en même temps », les député·es ont voté un recours accru aux éner­gies fos­siles pour ten­ter de parer à la guerre éner­gé­tique menée par Vladimir Poutine. Ainsi, la tout juste fer­mée – en mars – cen­trale à char­bon de Saint-​Avold en Moselle est auto­ri­sée à redé­mar­rer l'hiver pro­chain et la porte au gaz de schiste amé­ri­cain appa­raît grand ouverte à l'issue de ce vote en pre­mière lecture.

Lire aus­si l L’Assemblée vote en faveur de la décon­ju­ga­li­sa­tion de l’AAH qui entre­ra en vigueur en 2023

Surtout, c'est la logique libé­rale qui semble avoir gagné : plu­tôt que de reva­lo­ri­ser le Smic à 1 500 euros net comme le deman­dait la Nupes (Nouvelle union popu­laire éco­lo­gique et sociale), la majo­ri­té rela­tive a signé – avec le sou­tien des Républicains et du Rassemblement natio­nal – pour le tri­ple­ment du pla­fond des « primes Macron », appa­rues en 2018 en réponse aux reven­di­ca­tions des Gilets jaunes. Concrètement, les employeur·euses pour­ront ver­ser jusqu’au 31 décembre 2023 une prime excep­tion­nelle d’un mon­tant maxi­mal de 3 000 euros (ou 6 000 euros, en cas d’accord d’intéressement), exo­né­rée d’impôt sur le reve­nu et de coti­sa­tions et contri­bu­tions sociales pour les salarié·es dont le reve­nu équi­vaut à moins de trois fois la valeur du smic. Des primes tem­po­raires, à aller arra­cher auprès de son ou sa patron·ne, donc.

Le périple de cette loi n'est pas fini : après le vote de son pre­mier volet, les député·es ont atta­qué l'examen du deuxième, c'est-à-dire la loi de finances rec­ti­fi­ca­tives per­met­tant de finan­cer ces mesures. Au pro­gramme : taxa­tion des super­pro­fits, sup­pres­sion de la rede­vance audio­vi­suelle et prix du car­bu­rant. On ne demande que d'être agréa­ble­ment sur­prises par un sur­saut de mesures réel­le­ment sociales.

Partager

Cet article vous a plu ? Et si vous vous abonniez ?

Chaque jour, nous explorons l’actualité pour vous apporter des expertises et des clés d’analyse. Notre mission est de vous proposer une information de qualité, engagée sur les sujets qui vous tiennent à cœur (féminismes, droits des femmes, justice sociale, écologie...), dans des formats multiples : reportages inédits, enquêtes exclusives, témoignages percutants, débats d’idées… 
Pour profiter de l’intégralité de nos contenus et faire vivre la presse engagée, abonnez-vous dès maintenant !  

 

Une autre manière de nous soutenir…. le don !

Afin de continuer à vous offrir un journalisme indépendant et de qualité, votre soutien financier nous permet de continuer à enquêter, à démêler et à interroger.
C’est aussi une grande aide pour le développement de notre transition digitale.
Chaque contribution, qu'elle soit grande ou petite, est précieuse. Vous pouvez soutenir Causette.fr en donnant à partir de 1 € .

Articles liés
logo ccausette

Article test

In his trac­ti­bus navi­ge­rum nus­quam visi­tur flu­men sed in locis plu­ri­mis aquae suapte natu­ra calentes emer­gunt ad usus aptae mul­ti­pli­cium mede­la­rum. verum has quoque regiones pari sorte Pompeius Iudaeis Quo cogni­to Constantius ultra...