• Rechercher
  • Mot de passe oublié ?
  • Mot de passe oublié ?

Racisme : l’élue éco­lo­giste Fatoumata Koné vic­time d’un tweet raciste d’un ancien can­di­dat RN l’invitant à la “remi­gra­tion”

Capture decran 2024 02 08 a 09.59.29
© Capture écran Youtube / @Agence Parisienne du Climat

Le Conseil de Paris a appor­té son sou­tien, mer­cre­di 7 février, à l’élue pari­sienne Fatoumata Koné, cheffe de file du groupe éco­lo­giste, après un mes­sage raciste pos­té sur X de l’ex-candidat aux muni­ci­pales sou­te­nu par le Rassemblement natio­nal, Serge Federbusch, l’invitant à la “remi­gra­tion”.

Mardi 6 février, Fatoumata Koné, cheffe de file des éco­lo­gistes à la mai­rie de Paris, dénon­çait sur X (ancien­ne­ment Twitter) l’évacuation par la force d’un
cam­pe­ment de jeunes, présenté·es comme des mineur·es non accompagné·es (MNA), ins­tal­lé sous le Pont-​Neuf, en plein cœur de la capitale.

“Une seule solu­tion, la #Remigration, la tienne com­prise”, lui a alors répon­du sur X Serge Federbusch, qui avait été sou­te­nu par le RN lors des élec­tions muni­ci­pales de 2020. Le terme “remi­gra­tion” fait écho au scan­dale qui secoue le par­ti d’extrême droite Alternative pour l’Allemagne (AfD), accu­sé d’avoir pré­sen­té un plan d’expulsion mas­sive du pays d’étrangers et de “citoyens non assi­mi­lés”.

Hier, au Conseil de Paris, la maire, Anne Hidalgo, a dénon­cé un “mes­sage tout ce qui a de plus abject, nau­séa­bond”. “Je suis née en 1981, j’ai gran­di à Paris et je subis du racisme depuis que je fais de la poli­tique, depuis 2014”, a réagi, émue aux larmes, Fatoumata Koné. “Je suis née en France, ce n’est pas un sujet pour moi mais un sujet pour beau­coup de gens”, a ajou­té l’élue éco­lo­giste, déplo­rant un “racisme exa­cer­bé par l’actualité politique”.

Fatoumata Koné a ensuite reçu une ova­tion des élu·es du Conseil, tous bords confon­dus. "Ces pro­pos tombent sous le coup de la loi", a esti­mé le pré­fet de police Laurent Nuñez, dénon­çant une attaque. La maire a pro­po­sé son sou­tien à Fatoumata Koné si elle envi­sa­geait des pour­suites judi­ciaires. L’écologiste a annon­cé por­ter plainte peu après. 

Lire aus­si l Douce Dibondo : “La charge raciale nous tue à petit feu”

Partager