fbpx
capture decran 2021 01 21 a 14.23.21
© Capture d'écran reportage France 3

Féminicides : la double peine des femmes mariées, appelées par le nom de leurs bourreaux

Dans une société patriarcale conditionnée à nommer sans cesse les femmes par le nom de leurs époux, doit-​on condamner les victimes de féminicides à porter à jamais le patronyme de leurs bourreaux ? 

Alexia Fouillot repose au petit cimetière de Gray, dans la Haute-​Saône, depuis le 8 novembre 2017. Ce nom ne vous évoque peut-​être rien de familier. Et pour cause : la jeune femme est plus connue sous un autre patronyme. Celui de Daval. Un nom marital malheureusement passé à la postérité, après être devenu le symbole des féminicides par conjoint. L’époux d’Alexia, Jonathann Daval, a été condamné le 21 novembre 2020 à vingt-​cinq ans de réclusion criminelle pour avoir tué sa femme dans la nuit du 27 au 28 octobre 2017. « Utiliser le nom “Daval” dans le cas d’Alexia est une forme d’irrespect. C’est lui infliger une nouvelle violence », pointait avec justesse la journaliste Marguerite Nebelsztein dans un billet d’humeur publié en novembre sur la newsletter féministe et participative Sorocité.

Lire aussi : Meurtre d’Alexia Fouillot : le procès de son époux, Jonathann Daval s’ouvre à Vesoul

Commençons par un mea culpa. Parmi les principaux responsables de l’usage du nom marital après un féminicide, les médias. En toute transparence, Causette, comme une majorité d’entre eux, a également participé au problème. Nous avons choisi de mettre à jour – avec le nom de naissance[…]

La suite est réservée aux abonné·es.

 

identifiez-vous pour lire le contenu

Ou

Abonnez-vous à partir de 1€ le premier mois

Partager
Articles liés
Final LesbianConsent

Violences sexuelles : entre femmes aussi

S’assurer que l’autre est d’accord, respecter son refus sans insister. Le consentement sexuel est une notion encore loin d’être acquise. Et cela ne vaut pas que pour les hétérosexuels. Les lesbiennes et les bisexuelles peuvent aussi être auteures ou...

nicolas rainteau 18

Nicolas Rainteau, le schizofrère

À Montpellier, un jeune psychiatre milite pour le droit des schizophrènes à avoir une vie normale. À coups de tweets, de tribunes et de conférences, il désintègre les clichés sur la maladie. Quitte à bousculer l’ordre établi. Un après-​midi du mois...