Myrabella Wikimedia Commons CC BY SA 3.0
© Myrabella / Wikimedia Commons / CC BY-SA 3.0

Affaire Bastien Vivès : l'association Face à l'Inceste porte plainte contre le bédéaste

L’association de lutte contre l’inceste a annon­cé, ce mer­cre­di, por­ter plainte contre Bastien Vivès, ain­si que Glénat et Requins Marteaux, les mai­sons d’édition de trois ouvrages contes­tés de l’auteur.

Face à l’Inceste a annon­cé, ce 24 jan­vier, por­ter plainte contre le bédéaste polé­mique Bastien Vivès et les mai­sons d’édition Glénat et Requins Marteauxpour la dif­fu­sion de mes­sages poten­tiel­le­ment por­no­gra­phiques sus­cep­tibles d’être per­çus ou vus par des mineurs”, indique un com­mu­ni­qué de l’association. Les ouvrages en cause sont Les Melons de la colèreLa Décharge men­tale et Petit Paul, res­pec­ti­ve­ment publiés en novembre 2011, février et sep­tembre 2018. Deux autres asso­cia­tions de défense des droits de l’enfant avaient éga­le­ment dépo­sé plainte en 2022 contre le des­si­na­teur et ces édi­teurs. Cette pro­cé­dure est “est actuel­le­ment à l’étude”, com­mente auprès du Monde le par­quet de Nanterre. Face à l’inceste entend, par cette nou­velle plainte, relan­cer l’enquête en cours.

Aujourd’hui, Face à l’inceste affirme que ces bandes des­si­nées “contiennent des conte­nus pédo­por­no­gra­phiques sans équi­voque, allant d’une jeune ado­les­cente subis­sant plu­sieurs viols col­lec­tifs par un groupe d’experts avec la com­pli­ci­té de son père (Les Melons de la Colère), à des rela­tions sexuelles entre adultes et enfants (La Décharge men­tale), à la par­ti­ci­pa­tion d’un petit gar­çon à des actes et rela­tions sexuels avec des adultes (Petit Paul)”. L’association consi­dère que les livres de Bastien Vivès font “l’apologie de l’inceste” et rap­pelle par ailleurs que ces trois ouvrages sont tou­jours dis­po­nibles à la vente, “fai­sant fi des pré­cau­tions de rigueur” concer­nant l’exposition de mineur·es à des conte­nus à carac­tère pornographique. 

Lire aus­si I À Angoulême, l'ombre de « l'affaire Vivès » a pla­né sur le FIBD

En atten­dant l’issue de cette nou­velle plainte, le bédéaste a un autre rendez-​vous avec la jus­tice, cette fois en tant que vic­time. Le lun­di 29 jan­vier pro­chain, cinq prévenu·es poursuivi·es pour avoir pro­fé­ré des insultes et des menaces de mort à l’encontre de Bastien Vivès com­pa­raî­tront en effet devant le tri­bu­nal judi­ciaire de Paris. D’après des infor­ma­tions du Monde, les accusé·es – dont les agis­se­ments mis en cause remontent à 2022 – devraient plai­der un cybe­rhar­cè­le­ment sous forme de tweets “écrits à chaud’, sans volon­té de s’en prendre à l’intégrité phy­sique du des­si­na­teur”.

Partager
Articles liés

Inverted wid­get

Turn on the "Inverted back­ground" option for any wid­get, to get an alter­na­tive sty­ling like this.

Accent wid­get

Turn on the "Accent back­ground" option for any wid­get, to get an alter­na­tive sty­ling like this.