fbpx

Enfance abu­sée : pour Lyes Louffok, il faut asso­cier les vic­times aux poli­tiques publiques

Une com­mis­sion indé­pen­dante sur les vio­lences sexuelles faites aux enfants doit voir le jour à l’automne. Enfin une bonne nou­velle en France où, chaque année, 165 000 enfants subissent un viol ou une ten­ta­tive de viol1. Lyes Louffok, ancien enfant pla­cé et lui-​même vic­time, membre du Conseil natio­nal de la pro­tec­tion de l’enfance, a deman­dé à en faire par­tie. Pas sûr, tant il n’a pas sa langue dans sa poche. 

Thierry NECTOUX GAMMA RAPHO 2
© Thierry NECTOUX/​GAMMA-​RAPHO

Causette : Vous avez pro­po­sé de sié­ger au sein de la future com­mis­sion indé­pen­dante sur les vio­lences sexuelles faites aux enfants. Pourquoi ?Lyes Louffok : Il n’a jamais été fait état d’une repré­sen­ta­tion des vic­times au sein de cette com­mis­sion. Or, on ne peut pas, on ne doit pas éta­blir de poli­tiques publiques sans les per­sonnes concer­nées. Nos expé­riences sont néces­saires à l’identification des points de blo­cage. Le mili­tan­tisme en pro­tec­tion de l’enfance, qui résulte par­fois, comme c’est mon cas, d’une expé­rience per­son­nelle dou­lou­reuse, pro­duit une exper­tise qui est encore aujourd’hui sous-​exploitée par les pou­voirs publics. C’est une parole dont on se passe trop sou­vent. Et ça ne peut plus durer. Il va main­te­nant fal­loir prendre en compte nos pro­po­si­tions qui sont direc­te­ment tirées de nos expé­riences. 
L’autre rai­son qui m’a pous­sé à « can­di­da­ter », c’est mon ras-​le-​bol des com­mis­sions qui font sié­ger tou­jours les mêmes pédo­psy­chiatres, juristes, magis­trats, psy­cho­logues. Si les choses n’évoluent pas, c’est aus­si parce qu’on ne par­vient pas à renou­ve­ler le vivier d’experts. Certaines per­son­na­li­tés par­ti­cipent à ce type d’instances depuis des décen­nies. Cela fait des années que l’ancien vice-​président du tri­bu­nal pour enfants de Bobigny, Jean-​Pierre Rosenczveig, qui siège avec moi au Conseil natio­nal de la pro­tec­tion de l’enfance et fera pro­ba­ble­ment par­tie de la com­mis­sion sur les vio­lences sexuelles faites aux enfants, squatte les dif­fé­rents ministères ! 

Avez-​vous reçu une réponse ?
L. L. : J’ai écrit à Adrien Taquet [secré­taire[…]

  1. Enquête Ipsos 2019 pour Mémoire trau­ma­tique et vic­ti­mo­lo­gie.[]

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu
Ou
Abonnez-vous à partir de 1€ le premier mois
Partager
Articles liés
Final LesbianConsent

Violences sexuelles : entre femmes aussi

S’assurer que l’autre est d’accord, respecter son refus sans insister. Le consentement sexuel est une notion encore loin d’être acquise. Et cela ne vaut pas que pour les hétérosexuels. Les lesbiennes et les bisexuelles peuvent aussi être auteures ou...

98 harcelement Crous Benjamin Courtault pour Causette

Harcèlement : enquête en Crous

Deux plaintes. Trois mains courantes. Et l’ouverture d’une enquête préliminaire de police… Des étudiantes dénoncent, depuis plus d’un an, le comportement abusif d’un agent du Crous, logé dans leur résidence.