fbpx

« Zizi Cabane » : Bérengère Cournut, îlot de consolation

Trois ans après l’immense suc­cès de De pierre et d’os, Bérengère Cournut revient avec un récit sur la dis­pa­ri­tion en forme de fable.

couv zizi cabane cmjn copie
(©Le Tripode)

Collectionneuse de rêves. Ce devait être le métier de Bérengère Cournut dans une vie anté­rieure. Depuis plus de dix ans, cette roman­cière fran­çaise navigue entre l’ethnographie et la fic­tion. Dans ses deux pré­cé­dents romans, Née contente à Oraibi et De pierre et d’os, qui lui a valu le prix du roman Fnac 2019 et les accla­ma­tions de plu­sieurs cen­taines de mil­liers de lecteur·rices, elle tres­sait des vies contem­po­raines, aux­quelles on s’identifiait, avec une dimen­sion mytho­lo­gique ins­pi­rée de sa pas­sion pour les peuples autochtones. 

Avec Zizi Cabane, son neu­vième roman, elle pour­suit cette ascension[…]

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu
Ou
Abonnez-vous à partir de 1€ le premier mois
Partager
Articles liés
book lot on table

La sélec­tion lit­té­raire de mai 2021

L’énigme du Sphinx Le nou­veau roman de Jodi Picoult com­mence fort, façon Netflix. Dawn, mère de famille dont le métier, « dou­la de fin de vie », consiste à accom­pa­gner les mou­rants dans leurs der­niers ins­tants, vient de sur­vivre...