fbpx

Patin : Les fémi­nistes en roues libres

Il a suf­fi du buzz de quelques vidéos sty­lées de rol­ler dance et de rol­ler ska­ting pen­dant le confi­ne­ment pour que le monde entier se mette au patin. En par­ti­cu­lier, les queers et les fémi­nistes. En se deman­dant pour­quoi, Causette est remon­tée aux racines d’un sport très poli­tique, qui doit beau­coup aux com­mu­nau­tés afros.

RR karli A 1

Ça a com­men­cé avec une sil­houette en short jaune et chaus­settes mi-​hautes. Parmi une foule de joyeux·ses luron·nes sur­fant au loin sur une piste de gou­dron enso­leillée, elle se filme, dan­sant sur quatre roues et enchaî­nant, sur fond de musique lounge, des moves en patins. Pas les rol­lers des années 1990–2000, aux roues en ligne : les bons vieux patins, les quads. Avec cette vidéo pos­tée sur Instagram fin juin 2020, Oumi Janta, prof de rol­ler ber­li­noise d’origine séné­ga­laise, est pas­sée de 30 000 à 800 000 abonné·es. Boum ! Tout le monde s’y est mis. Le suc­cès est tel que, depuis, la marque de réfé­rence de patins loo­kés vin­tage, Moxi, est en rup­ture de stock. Laurence Sabas, prof de rol­ler dance et vété­rante du patin en France – elle pra­tique depuis les années 1980 –, a vu la fré­quen­ta­tion de ses cours dou­bler. « J’ai des demandes pour faire des pubs qua­si tous les jours. Smart et Adidas ont sol­li­ci­té Oumi Janta. Moi, je viens de par­ti­ci­per au clip de la petite sœur de maître Gims. »

DSC07138 A
Oumi Janta

Mais la mayon­naise a sur­tout pris grâce à des comptes Instagram ou TikTok lamb­da, pen­dant les confi­ne­ments. Déferlante de vidéos de meufs (sur­tout des femmes ou des per­sonnes non binaires) en patins vin­tage. Certain·es s’en tiennent à la dis­ci­pline d’Oumi Janta : le rol­ler dance, des mini­cho­ré­gra­phies (les moves) que l’on fait chez soi ou dans sa rue. La plu­part ont en revanche décli­né leur kif en misant sur le rol­ler ska­ting. Autre sous-​discipline du rol­ler, cen­trée sur les pro­me­nades dans la ville et, sur­tout, sur des figures (les tricks) tra­vaillées en sau­tant au skatepark.

Dans les vidéos de ces sk8er girls (les vrai·es recon­naî­tront la réf à Avril Lavigne), cer­tains détails reviennent. Des dra­peaux arc-​en-​ciel sur les acces­soires. De l’écriture inclu­sive. Des slo­gans de manif fémi­niste. Des posts sur l’inclusivité. Un joli package « quee­ro »-fémi­niste. Un an et une pan­dé­mie sur le déclin (on l’espère) plus tard, la com­mu­nau­té s’est décon­fi­née. On la retrouve dans les ska­te­parks du Mans, de Toulouse ou de Montréal. Avec tous ces détails. Peut-​être parce que ce ne sont pas des détails.

Badass dans la ville
Clémence 1 Lenny Gilmore A 2
Clémence du CIB Crew de Paris

Comme beau­coup, c’est en s’extasiant devant le dribble d’Oumi Janta (le nom du move dans sa vidéo) qu’Elvire Duvelle-​Charles, cofon­da­trice de Clit Révolution, s’est mise au patin. « Elle dégage une telle sen­sa­tion de liber­té… Ça contras­tait avec[…]

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu
Ou
Abonnez-vous à partir de 1€ le premier mois
Partager
Articles liés
RR karli A 1

Patin : Les fémi­nistes en roues libres

Il a suffi du buzz de quelques vidéos stylées de roller pendant le confinement pour que le monde entier se mette au patin. En particulier, les queers et les féministes. Retour aux racines d’un sport très politique, qui doit beaucoup aux communautés...