fbpx

Julia Chanourdie, pre­mière de cor­dée

Mise à jour 4 août 2021 /​/​/​ Malgré son sta­tut de favo­rite, Julia Chanourdie n'a pas atteint la finale d'escalade des JO de Tokyo ce mer­cre­di 4 août. Mise en échec lors de l'épreuve du bloc, qui est pour­tant son domaine, elle n'a pas réus­si à rat­tra­per son retard lors de l'épreuve de dif­fi­cul­té. Petite conso­la­tion : sa com­pa­triote Anouck Jaubert s'est, elle, qua­li­fiée pour la finale, qui se tien­dra ven­dre­di 6 août.

Cet été, l’escalade fait son entrée aux Jeux olym­piques. Julia Chanourdie est l’une des deux femmes qui défen­dront les cou­leurs de la France à Tokyo. À 25 ans, elle a mon­tré qu’elle grim­pait aus­si fort que les hommes, en com­pé­ti­tion comme en falaise.

CP3P5161 A 1
Julia Chanourdie © JULIA CASSOU

À quatre mois pile des JO, il a fal­lu batailler un peu pour ren­con­trer Julia Chanourdie lors de sa tour­née médias à Paris. Après Le Figaro, Le Parisien, LCI, RMC et l’AFP, la voi­là dans les locaux de Causette, dans une coquette tenue de ville. « L’année der­nière, j’ai dit oui à toutes les sol­li­ci­ta­tions, je me suis épui­sée et j’ai per­du de vue mon objec­tif : m’entraîner pour les Jeux », dit-​elle. Depuis, elle a pris un agent : c’est lui qui gère son image et ses contrats.

Après son mara­thon d’interviews, la grim­peuse enchaîne avec un stage de pré­pa­ra­tion olym­pique où elle retrouve l’équipe de France. Direction Climb Up, une nou­velle salle d’escalade pari­sienne. Les prises neuves attaquent la peau des doigts, et le niveau éle­vé de l’entraînement sur­prend cer­tains ath­lètes. Il faut pour­tant bien cela en vue du rendez-​vous à Tokyo.

Cette édi­tion des JO voit en effet l’escalade inté­grer le pro­gramme, avec le surf, le kara­té, le base-​ball et le ska­te­board. L’épreuve olym­pique com­bi­ne­ra les trois dis­ci­plines de l’escalade : la dif­fi­cul­té, où l’on grimpe le plus haut pos­sible dans une voie avec un assu­rage ; le bloc, où l’on mul­ti­plie les pas­sages sur des pans de 4 mètres de haut sécu­ri­sés par des tapis ; la vitesse, où l’on gra­vit un tra­cé iden­tique à chaque com­pé­ti­tion, le plus vite pos­sible et en duel. Pour cette pre­mière année olym­pique, seules qua­rante qua­li­fi­ca­tions étaient en jeu : vingt hommes et vingt femmes en tout, avec un maxi­mum de quatre ath­lètes par pays.

Premières com­pé­ti­tions à l’âge de[…]

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu
Ou
Abonnez-vous à partir de 1€ le premier mois
Partager
Articles liés