woman standing on grass field
©Sasha Freemind

Série d’été « Nouveaux Départs » – « J’ai envie de trans­mettre à ma fille que le bon­heur est un choix et qu’on a le droit de tout quit­ter pour être libre et heureuse »

Série d’été « Nouveaux Départs », 2/​9

Cet été, Causette s'intéresse aux nou­veaux départs, aux chan­ge­ments de vie et aux bou­le­ver­se­ments du quo­ti­dien. Il y a un an et demi, Anaïs a pla­qué son mec, son job et sa rou­tine pour se réins­tal­ler chez ses parents avec sa fille de trois ans. Une rup­ture aux airs de libé­ra­tion pour la jeune femme de 36 ans.

"Il y a un an et demi, j’ai mis un terme à une vie ennuyeuse dans laquelle je ne me recon­nais­sais plus. J’ai quit­té le père de ma fille avec qui j’étais depuis sept ans et j’ai démé­na­gé à 450 kilo­mètres. À 36 ans, avec ma fille de trois ans sous le bras, je me suis réins­tal­lée chez mes parents.

Si je ne regrette cette déci­sion pour rien au monde, tout quit­ter et renon­cer à un quo­ti­dien fami­lier, rou­ti­nier et, il faut le dire, confor­table n’a pas été simple. J’ai mis envi­ron un an avant de sau­ter le pas. Sans doute parce que j’ai gran­di avec l’idée que dans un couple on doit s’évertuer à tou­jours essayer d’arranger les choses. J’ai donc essayé et essayé encore et puis au bout d’un moment, je me suis posée la ques­tion : à quel moment, ça ira vrai­ment mieux ?

J'ai eu un déclic : ma vie ne cor­res­pon­dait plus à la per­sonne que j’étais deve­nue et je n’avais plus envie de faire des com­pro­mis, notam­ment dans mon couple. En fait, je me suis ren­due compte que ma vie toute entière était une accu­mu­la­tion de com­pro­mis que j’avais fait sans vrai­ment m’en rendre compte. Par exemple, je suis végé­ta­rienne et mon com­pa­gnon fai­sait sans cesse des bar­be­cues sans jamais prendre la peine de tenir compte de mon régime ali­men­taire. Nos convic­tions poli­tiques pre­naient aus­si le large s’éloignant de plus en plus l’une de l’autre, moi à gauche, lui à droite. 

Désormais, nous entre­te­nons des rela­tions cor­diales pour le bien de notre fille qu’il voit un week-​end sur deux. Pour l’instant, pour des rai­sons finan­cières, nous vivons chez mes parents. J’ai démis­sion­né de mon job confor­table de tra­duc­trice dans une entre­prise pour entre­prendre un BTS dans le social. Un choix pas tel­le­ment ano­din : ça fait des années que je suis béné­vole dans plu­sieurs asso­cia­tions fémi­nistes ou cultu­relles. J'ai juste réa­li­sé que c’est ce qui m’animait réellement. 

Je viens de vali­der ma pre­mière année et j’attaque la deuxième, et der­nière, en sep­tembre. Par sou­ci de faci­li­té, j’ai choi­si de suivre les cours à dis­tance par le CNED. J’avais quand même quelques appré­hen­sions notam­ment pour mon stage de fin d’année où j’avais peur d’être consi­dé­rée comme la « vieille ». Bon, quelques per­sonnes m’ont en effet deman­dé mon âge mais je l’ai pris à la rigo­lade. Et par chance, ma maî­tresse de stage a eu le même par­cours de recon­ver­sion que moi, donc ça aide.


D’un point de vue géné­ral, je me suis plu­tôt sen­tie sou­te­nue par mes proches même si cer­taines per­sonnes n’ont pas très bien com­pris pour­quoi j’avais pas­sé autant de temps à faire des études pour fina­le­ment chan­ger de métier. C’est en effet un choix qui implique évi­dem­ment des consé­quences finan­cières : je sais que je gagne­rais moins d’argent qu’en étant tra­duc­trice mais ça me rend vrai­ment heu­reuse. Pour la pre­mière fois depuis long­temps, je me sens épa­nouie et en accord avec mes valeurs. J’ai aus­si envie de trans­mettre à ma fille que le bon­heur se choi­sit et qu’on a le droit de tout quit­ter pour être libre et heureuse.

En chan­geant de vie, je me suis aus­si com­plè­te­ment redé­cou­verte. Il y a pleins de choses que je n’osais pas faire par manque de confiance. Par exemple, moi qui ne fai­sait jamais de sport j’ai ter­mi­né un semi-​marathon cet hiver et j’ai com­men­cé l’escalade. Je me suis aus­si mise à la gui­tare. En revanche, il faut quand même renon­cer à tout un tas de choses. Ma vie sociale, par exemple, en a pris un sacré coup. Mais aujourd’hui, j’ai aus­si de nou­veaux amis que j’ai l’impression d’avoir vrai­ment choi­sis. Je fré­quente éga­le­ment un homme depuis quelque temps. C’est une rela­tion à dis­tance, on se voit un week-​end par mois, mais ça me convient très bien pour l’instant. Après avoir pas­sé sept ans à m’oublier dans une rela­tion, j’ai besoin de vivre plei­ne­ment, égoïs­te­ment peut-​être, et de pen­ser à moi.

Bien sûr, je ne compte pas vivre éter­nel­le­ment chez papa-​maman. Je cher­che­rai un appar­te­ment l’an pro­chain lorsque je serai diplô­mée. La coha­bi­ta­tion se passe bien, même si reve­nir vivre chez ses parents à 36 ans avec un enfant en bas âge n’a pas été simple. J’ai quit­té le domi­cile fami­lial à l’âge de 18 ans, il a donc fal­lu que cha­cun trouve sa place dans cette nou­velle – et inédite – confi­gu­ra­tion. Au début, le fait que je sorte le soir sans pré­ci­ser l’heure de retour ou que j’aille sur des appli­ca­tions de ren­contre étaient, par exemple, des sujets de cris­pa­tions. Mais je leur ai expli­qué mon besoin de sor­tir et de par­ler à d’autres per­sonnes qu’un enfant de trois ans. D’ailleurs, je pense qu’ils sont ravis de nous avoir. Ce sont des grands-​parents com­blés. Je suis heu­reuse de voir ma fille construire une rela­tion avec eux. Ça n’aurait pas été la même chose si nous étions res­tées vivre à 450 km d'eux."

Épisode 1 – Série d’été « Nouveaux Départs » – Refaire sa vie en famille à plus de 5500 km

Partager

Cet article vous a plu ? Et si vous vous abonniez ?

Chaque jour, nous explorons l’actualité pour vous apporter des expertises et des clés d’analyse. Notre mission est de vous proposer une information de qualité, engagée sur les sujets qui vous tiennent à cœur (féminismes, droits des femmes, justice sociale, écologie...), dans des formats multiples : reportages inédits, enquêtes exclusives, témoignages percutants, débats d’idées… 
Pour profiter de l’intégralité de nos contenus et faire vivre la presse engagée, abonnez-vous dès maintenant !  

 

Une autre manière de nous soutenir…. le don !

Afin de continuer à vous offrir un journalisme indépendant et de qualité, votre soutien financier nous permet de continuer à enquêter, à démêler et à interroger.
C’est aussi une grande aide pour le développement de notre transition digitale.
Chaque contribution, qu'elle soit grande ou petite, est précieuse. Vous pouvez soutenir Causette.fr en donnant à partir de 1 € .

Articles liés

Inverted wid­get

Turn on the "Inverted back­ground" option for any wid­get, to get an alter­na­tive sty­ling like this.

Accent wid­get

Turn on the "Accent back­ground" option for any wid­get, to get an alter­na­tive sty­ling like this.