white van at road during daytime
Une route de Côte d'Ivoire © Eva Blue

Lettre à mon vil­lage incon­nu : « Je me sens triste de ne pas encore avoir fou­lé ton sol »

Causette est par­te­naire de Lettres d’une géné­ra­tion, un site sur lequel les adolescent·es et jeunes adultes fran­co­phones sont invité·es à écrire une lettre à un des­ti­na­taire qui ne peut pas répondre. Toutes les deux semaines, Causette publie l’une de ces mis­sives.
Dans ce 18e épi­sode, Nahi-​Zeinab, qui vit à Abidjan (Côte d'Ivoire), écrit au vil­lage d'où elle vient mais qu'elle n'a encore jamais visi­té.

Vous avez entre 15 et 25 ans et sou­hai­tez par­ti­ci­per au pro­jet Lettres d’une géné­ra­tion ? Écrivez-​leur par là !

"Cher vil­lage,
Sans même t’avoir vu, je te connais. D’abord ton nom – Nahibly – qui veut dire « chez Nahi », celui qui a fon­dé le vil­lage. Je ne t’ai jamais connu, mais tu reviens comme une obses­sion année après année.

À chaque rare occa­sion où mon père me parle de toi, je m’imagine mar­cher dans tes rues, visi­tant tes mon­tages, tes cours d’eaux, ta rivière et tes champs de rizières. Je m’imagine tra­ver­sant ta prin­ci­pale rue qui te coupe en deux sur tout le long, d’est en ouest et qui fait ta par­ti­cu­la­ri­té. Au nord, le quar­tier de ceux qui se nour­rissent de pois­son et au sud le quar­tier de ceux qui n’en consomment pas. On raconte que l’un des enfants de ton fon­da­teur était aller­gique au pois­son. Devenu adulte, il s’est sépa­ré de sa famille car ses frères se moquaient de lui et disaient qu’il allait deve­nir un homme pois­son.

Tous ces récits sur toi me trans­portent à chaque fois loin, et ren­forcent ce sen­ti­ment de soli­tude qui m’habite. Je me sens triste de ne pas encore avoir fou­lé ton sol. De ne pas encore m’être pen­chée à tes cours d’eau, de ne pas encore avoir dor­mi dans le fin fond ta forêt la nuit tom­bée, de ne pas avoir goû­té à ton bon riz local.

Sans être une grande mili­tante de la pré­ser­va­tion des patri­moines, je pense de plus en plus que des com­bats méritent d’êtres menés pour que des quar­tiers, des vil­lages, des villes comme toi, gardent leur iden­ti­té.

Vivre au contact de la nature, des rivières, des ani­maux, semble deve­nir un luxe. Pourtant, la nature, tu l’incarnes, Nahibly. Et le sen­ti­ment de la nature a tou­jours été pré­sent en moi. Il est comme une pro­messe d’espoir, celui de te décou­vrir, de fou­ler un jour ton sol. Ce sera pour moi une occa­sion de repar­tir sur de nou­velles bases.

Tes pay­sages, tes rivières, tes braves popu­la­tions (diverses et unies), tes masques , tes us et cou­tumes m’habitent. Tu es pour moi déjà un refuge."

Nahi-​Zeinab, à Abidjan

Lettres d’une géné­ra­tion, épi­sode 17 l Lettre à un blai­reau que je n’ai pas pu sau­ver

Partager

Cet article vous a plu ? Et si vous vous abonniez ?

Chaque jour, nous explorons l’actualité pour vous apporter des expertises et des clés d’analyse. Notre mission est de vous proposer une information de qualité, engagée sur les sujets qui vous tiennent à cœur (féminismes, droits des femmes, justice sociale, écologie...), dans des formats multiples : reportages inédits, enquêtes exclusives, témoignages percutants, débats d’idées… 
Pour profiter de l’intégralité de nos contenus et faire vivre la presse engagée, abonnez-vous dès maintenant !  

 

Une autre manière de nous soutenir…. le don !

Afin de continuer à vous offrir un journalisme indépendant et de qualité, votre soutien financier nous permet de continuer à enquêter, à démêler et à interroger.
C’est aussi une grande aide pour le développement de notre transition digitale.
Chaque contribution, qu'elle soit grande ou petite, est précieuse. Vous pouvez soutenir Causette.fr en donnant à partir de 1 € .

Articles liés
113 cathy yerle lucia buricelli

Faut pas jeter Mamie avec l’eau du bain

Après un long printemps confiné, j’avais choisi un été face à l’horizon infini. La mer. Celle qui vient cogner mon Sud-Ouest atlantique et natal, près de chez ma mère, dont j’avais également très envie de profiter après ces longs mois de séparation.