fbpx
Gene
© Lettres d'une génération

Causette.fr, par­te­naire du site Lettres d'une géné­ra­tion

Causette engage un par­te­na­riat avec Lettres d’une géné­ra­tion, un site sur lequel les adolescent·es et jeunes adultes fran­co­phones sont invité·es à écrire une lettre à un des­ti­na­taire qui ne peut pas répondre. Toutes les deux semaines, Causette publie­ra une lettre choi­sie. En atten­dant de décou­vrir la pre­mière d’une longue série, voi­ci l’interview de l’initiatrice de ce pro­jet, Sarah Roubato, une écri­vaine dési­reuse de don­ner la parole aux citoyen·nes de demain.

Sarah officielle retouchée copie
© DR

Causette : Comment vous est venue l’idée du site Lettres d’une géné­ra­tion ?
Sarah Roubato : L’idée m’est venue il y a trois ans après l’écriture de mon livre Lettres à ma géné­ra­tion, dans lequel j’écris à ceux qui ne peuvent pas répondre. À l’écrivain Émile Zola, à ma maî­tresse d’école, à Internet… Je leur ai écrit pour abor­der des sujets de socié­té. J’ai ensuite réuti­li­sé ce prin­cipe dans le cadre d’ateliers d’écriture avec des lycéens. En voyant leur désar­roi face à l’écriture, vue uni­que­ment comme quelque chose de sco­laire, j’ai eu envie de gar­der un lien avec les 15–25 ans et ai donc lan­cé ce site. Pour l’instant, on a publié une tren­taine de lettres, mais on en a reçu deux fois plus.

Le prin­cipe des Lettres d’une géné­ra­tion, c’est spé­ci­fi­que­ment d’écrire à quelque chose ou quelqu’un qui ne peut pas répondre. Une per­sonne dis­pa­rue, un sen­ti­ment, un objet, un concept, un per­son­nage ima­gi­naire. Pourquoi cette contrainte ?
S. R. : Lorsqu’on écrit à un des­ti­na­taire qui peut poten­tiel­le­ment répondre, on com­mence à écrire et rapi­de­ment on se dit : « Ah non, il va pen­ser ça. » Alors on modi­fie notre écri­ture en fonc­tion de la réac­tion sup­po­sée du des­ti­na­taire. Ici, rien à craindre puisqu’il ne peut y avoir de réponses, l’écriture est com­plè­te­ment libé­rée.

Ce n’est quand même pas un peu dif­fi­cile d’écrire à un objet ?
S. R. : Une lettre, c’est un miroir que l’on tend à soi-​même. La créa­tion lit­té­raire per­met de voir le sujet sous un autre angle, alors écrire sur un objet rend le détour beau­coup plus puis­sant.

Quelle est la démarche à suivre ?
S. R. : Pour par­ti­ci­per, il suf­fit d’avoir entre 15 et 25 ans et d’être fran­co­phone. Les lettres sont ano­nymes, juste un pré­nom, qui peut évi­dem­ment être un pseu­do. Le sujet et la lon­gueur sont libres. À la récep­tion, nous pro­po­sons à l’expéditeur des modi­fi­ca­tions ou des ajus­te­ments, si besoin. Nous sommes éga­le­ment ouvertes à toute pro­po­si­tion, c’est pos­sible d’envoyer des lettres audio sous forme de rap ou de slam.

Seul·es les adolescent·es et jeunes adultes de 15 à 25 ans peuvent écrire une lettre. Pourquoi cette limite d’âge ?
S. R. : Lettres d’une géné­ra­tion est des­ti­né aux jeunes, parce que mon constat, c'est que la socié­té actuelle les rend glo­ba­le­ment pas­sifs face à ce qui se passe : on les gave de savoir pen­dant toute leur sco­la­ri­té sans leur don­ner la pos­si­bi­li­té d'être acteurs. Isolés, cer­tains s’enferment donc dans des micro­cosmes : leurs séries, leurs lieux de nuit… Le dia­logue inter­gé­né­ra­tion­nel n’existe plus qu’à l’intérieur des familles. En dehors, les jeunes sont qua­si muets en tant que citoyens – sauf bien sûr une frange d’entre eux très poli­ti­sée, que l’on a vue, par exemple, très active ces der­niers temps pour le cli­mat ou contre le sexisme ou encore le racisme. Lettres d’une géné­ra­tion est un espace où tous et toutes peuvent s’exprimer et où l’on écoute ce qu’ils et elles ont à dire. Le site est dédié aux jeunes, mais pas que : c’est un labo­ra­toire de réflexion sur la socié­té de demain, des­ti­né aux parents, aux ensei­gnants et à tous les acteurs de l’éducation. Son ambi­tion, c'est pré­ci­sé­ment de mon­trer que cette jeu­nesse pense le monde d'aujourd'hui et celui de demain. 

Vous esti­mez que le dia­logue inter­gé­né­ra­tion­nel se délite. Pensez-​vous que c’était dif­fé­rent quand vous étiez vous-​même ado­les­cente ?
S.R. : Le cloi­son­ne­ment des géné­ra­tions dans leurs rap­ports sociaux est propre à la socié­té occi­den­tale depuis long­temps. Par contre, il y a un gouffre entre les tren­te­naires d’aujourd’hui et nos petits frères et ça, c’est dû à la tech­no­lo­gie : leur rap­port au monde est dif­fé­rent du nôtre. Prenons le bête exemple de la musique : nous avions des K7 ou des CD, ils n’ont plus qu’un rap­port déma­té­ria­li­sé aux mor­ceaux, sur des pla­te­formes de strea­ming. Ou encore : quand on avait un rendez-​vous, on ne pou­vait pas l’annuler comme ça, parce qu’on n’avait pas de télé­phone por­table. Nous, tren­te­naires, sommes donc peut-​être la der­nière géné­ra­tion d’un monde très phy­sique et sen­suel. On a le cul entre deux chaises, on a cette sen­si­bi­li­té de l’ancien monde de nos parents et on vit dans le monde de la jeune géné­ra­tion.

Qu’est-ce que vous envi­sa­gez ensuite ?
S.R. : Premièrement, j’aimerais agran­dir l’équipe pour que ce pro­jet porte plus loin humai­ne­ment. Dans un second temps, j’aimerais déve­lop­per deux aspects. Le côté oral avec de la musique. Par exemple, l’intervention de sla­meurs qui pour­raient être des coaches pour aider les élèves à lire leurs lettres. J’aimerais éga­le­ment déve­lop­per le côté pré­sen­tiel avec l’organisation des lec­tures dans des vil­lages ou des écoles.

Lettres à ma generation Sarah Roubato © DR

Lettres à ma géné­ra­tion, de Sarah Roubato. Éditions Michel Lafon.

roubato 30ans

30 ans dans une heure, le roman de Sarah Roubato sur sa propre géné­ra­tion (sor­tie en 2018, édi­tions Publie). Plus d'infos ici.


Vous avez entre 15 et 25 ans et sou­hai­tez par­ti­ci­per au pro­jet Lettres d’une géné­ra­tion ? Écrivez-​leur par là !

Partager

Cet article vous a plu ? Et si vous vous abonniez ?

Chaque jour, nous explorons l’actualité pour vous apporter des expertises et des clés d’analyse. Notre mission est de vous proposer une information de qualité, engagée sur les sujets qui vous tiennent à cœur (féminismes, droits des femmes, justice sociale, écologie...), dans des formats multiples : reportages inédits, enquêtes exclusives, témoignages percutants, débats d’idées… 
Pour profiter de l’intégralité de nos contenus et faire vivre la presse engagée, abonnez-vous dès maintenant !  

 

Une autre manière de nous soutenir…. le don !

Afin de continuer à vous offrir un journalisme indépendant et de qualité, votre soutien financier nous permet de continuer à enquêter, à démêler et à interroger.
C’est aussi une grande aide pour le développement de notre transition digitale.
Chaque contribution, qu'elle soit grande ou petite, est précieuse. Vous pouvez soutenir Causette.fr en donnant à partir de 1 € .

Articles liés