Courir tue

110 cathy yerle karolina wojtas
© Karolina Wojtas

Depuis des années, pour éviter de ruminer petits et gros soucis, j’ai un excellent antidépresseur : la course à pied. C’est comme ça que j’ai rencontré Ludivine. Au stade. Au début, elle ne pouvait pas discourir et courir en même temps sous peine d’étouffement, mais au fur et à mesure de notre amitié galopante, je lui ai appris à éviter l’asphyxie et les points de côté. Maintenant, elle parle. Elle est biologiste et elle bouillonne de culture. Sur l’environnement, la nature, les microbes, les maladies. Je l’appelle ma lanceuse d’alerte. 

L’été dernier, elle a tout de suite repéré le grain de beauté sur mon avant-​bras. Elle m’a expliqué le mélanome, la couche d’ozone[…]

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu

Partager
Articles liés
MAGNUM.LON92084

Ado + dolto = vomito

OK, la quatrième est une classe charnière. Mais nous sommes prêts. Fiston reçoit une éducation parfumée aux Françoise (Dolto et Héritier)…

Celyn Buch 10  A

La tête dans le vrac

J’ai décidé de faire ma transition écologique : fini le plastique, à bas les légumes hybrides aux pesticides, les plats tout préparés, haro sur le cadavre animal…