fbpx

Baptiste Beaulieu : « En 2029, le genre est recon­nu pour ce qu’il est : une norme sociale »

Pour les dix ans de Causette, Baptiste Beaulieu a accep­té de nous écrire depuis le tur­fu, tel qu’il l’imagine. Bienvenue en 2029.

98 baptiste beaulieu © Dr
© Dr

Salut Causette !

Ici, en 2029, pas mal de choses ont chan­gé en ce qui nous concerne, et la pre­mière, c’est qu’on peut enfin se tenir la main dans la rue sans peur !

J’en pro­fite pour te don­ner des nou­velles de l’hétérosexuel de base, celui qui marche à côté de moi dans la rue… Crois-​le ou pas, il a ces­sé de sous-​entendre que les femmes les­biennes le seraient par dépit des hommes. Maintenant, plus grand monde ne conteste qu’une femme pre­nant un homme dans ses bras le soir pour s’endormir ne des­sine pas là, dans l’espace d’une chambre à cou­cher, un geste plus tendre ou plus doux que deux femmes ou deux hommes ensemble qui construisent un couple aussi[…]

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu
Ou
Abonnez-vous à partir de 1€ le premier mois
Partager
Articles liés
kimmoondog

Le viol moins tabou que les violons ?

Ce mois-ci, Dr Kpote nous raconte comment les adolescents qu'il rencontre lors de ses interventions dans les établissements scolaires gèrent l'afflux d'images violentes qui tombent sur leurs smartphones.

Marta Blue Cream A

Les mains dans la vulve

Quand Dr Kpote expérimente un outil d'éducation sexuelle, une vulve en silicone, pour améliorer les connaissances anatomiques d'un groupe de collégiens.

lap0053941.jpg

Fête des voisin·es

"Bientôt la Fête des voi­sins. Il y a quelques années, avec Mirella, l’infirmière du troi­sième étage, et ma copine Loulou, du bâti­ment A, mère de famille très nom­breuse, nous nous sommes moti­vées pour orga­ni­ser la pre­mière édition. Tout...

113 cathy yerle lucia buricelli

Faut pas jeter Mamie avec l’eau du bain

Après un long printemps confiné, j’avais choisi un été face à l’horizon infini. La mer. Celle qui vient cogner mon Sud-Ouest atlantique et natal, près de chez ma mère, dont j’avais également très envie de profiter après ces longs mois de séparation.