Capture d’écran 2023 06 22 à 15.57.14
©AT

Nicole Girard-​Mangin, Moussa Dansako et Fernande Herduin : trois des­tins à décou­vrir à tra­vers une expo­si­tion immer­sive sur la bataille de Verdun

L’exposition « Destins de Verdun » du Mémorial de Verdun pro­pose un par­cours immer­sif sur les traces de vingt hommes et femmes ayant vécu, de près ou de loin, la bataille de Verdun. Causette vous pro­pose d’en décou­vrir trois.

Que peut-​on apprendre, qu’on ne sache déjà, sur la Première Guerre mon­diale, ce conflit meur­trier qui a fait dix mil­lions de mort·es en quatre ans ? Le Mémorial de Verdun (Meuse) a rele­vé brillam­ment le défi en racon­tant sous un angle dif­fé­rent la bataille de Verdun qui englua les forces alle­mandes et fran­çaises pen­dant dix mois inter­mi­nables, de février à décembre 1916. À tra­vers l’exposition inédite bap­ti­sée « Destins de Verdun », la « mère » de toutes les batailles fran­çaises est contée via les récits de vingt per­sonnes qui l’ont vécue, cha­cune à leur manière. Vingt des­tins qui sont pré­sen­tés sur quatre sites emblé­ma­tiques : le fort de Douaumont, le fort de Vaux, l’ouvrage de Froideterre et le Mémorial de Verdun.

Une façon inédite et inté­res­sante de racon­ter la bataille en dépla­çant la focale. Pas ques­tion de chiffres ici ou de stra­té­gie mili­taire. L’exposition a été pen­sée comme un par­cours immer­sif au cours duquel les visiteur·euses vont décou­vrir les des­tins de ces hommes et femmes grâce à des créa­tions audio­vi­suelles, des dis­po­si­tifs numé­riques, mais aus­si le témoi­gnage de trois descendant·es de sol­dats fran­çais et alle­mands qui racontent l’histoire de leur aïeul.

Un tra­vail de mémoire d’autant plus néces­saire que le pay­sage lunaire de la bataille, qui s’étend sur à peine vingt kilo­mètres, est qua­si­ment res­té tel quel. Seule la forêt de Verdun, plan­tée sur le site en 1921, est désor­mais la gar­dienne des com­bats de ce lieu qui fut pen­dant trois cent jours et trois cent nuit le théâtre des pires affron­te­ments entre Français et Allemands de la Première Guerre mon­diale. En tout, soixante mil­lions d’obus ont été tirés. 2 500 000 hommes s'y sont bat­tus et 700 000 y sont morts. Plus de cent ans après, c’est donc pour faire à nou­veau vivre la mémoire de celles et ceux qui « ont fait Verdun », que le Mémorial nous pro­pose de décou­vrir ces vingt des­tins. Causette vous pro­pose d’en décou­vrir trois.

Nicole Girard-​Mangin

Capture d’écran 2023 06 22 à 14.29.30
Nicole Girard-​Mangin
© Famille Girard-​Mangin.
Création gra­phique : Atelier Sylvain Roca
& Nicolas Turki Duchesnay

Alors que les auto­ri­tés recensent tous les méde­cins de France lorsque le conflit éclate en 1914, elles mobi­lisent par erreur la doc­teure Nicole Girard-​Mangin. L’armée pense en effet avoir affaire au doc­teur Gérard Mangin. Une femme méde­cin mili­taire sur le front, la situa­tion est alors inédite. Mais l’armée ayant cruel­le­ment besoin de forces médi­cales, Nicole Girard-​Mangin est affec­tée à un sec­teur que l’on pense alors calme : Verdun. L’accueil qu’on lui réserve sur place est plus que gla­cial. « Je demande un homme, on m’envoie une femme », lui assène ain­si un confrère.

Lorsque la bataille éclate deux ans plus tard, il faut éva­cuer l’hôpital mili­taire de Verdun en urgence. Problème, beau­coup de sol­dats ne sont pas en état de se dépla­cer. Nicole Girard-​Mangin consent à res­ter auprès d’eux. Mais rapi­de­ment la pluie d’obus qui s’abat conti­nuel­le­ment et l’afflux tou­jours plus mas­sif de bles­sés, rendent la situa­tion inte­nable : à bord d’un véhi­cule sani­taire, elle éva­cue les der­niers malades. La route est dan­ge­reuse, les éclats d’obus frappent la voi­ture. Nicole Girard-​Mangin est bles­sée au visage mais elle par­vient tout de même à rapa­trier les bles­sés avec succès . 

Elle res­te­ra en poste dans le sec­teur de Verdun jusqu’à la fin de la bataille. Elle se sui­ci­de­ra en 1919, pro­ba­ble­ment trau­ma­ti­sée parce qu'elle a vécu. Longtemps, l’armée fran­çaise lui refu­se­ra toute dis­tinc­tion. Il fau­dra attendre 2021 pour qu’elle rende enfin hom­mage à la seule femme méde­cin fran­çaise mobi­li­sée sur le front de la Grande guerre en lui décer­nant la médaille d’honneur.

Lire aus­si I Les Françaises, colonne ver­té­brale de la France pen­dant la Première Guerre mon­diale 1/​2

Moussa Dansako

Au milieu de ses cama­rades, le capo­ral Moussa Dansako attend au fond de sa tran­chée boueuse et som­mai­re­ment amé­na­gée l’instant fati­dique où il fau­dra s’élancer par-​dessus le para­pet. Ces jour­nées gla­ciales d'automne sont dures pour les sol­dats. Sans doute, Moussa Dansako et ses cama­rades séné­ga­lais, maliens, gui­néens ou bur­ki­na­bés du 36ème bataillon de tirailleurs doivent se deman­der ce qu’ils font là, si loin de chez eux. Beaucoup ont d’ailleurs été recru­tés dans les colo­nies fran­çaises par la menace ou par la force. 

On ne sait presque rien de l'histoire de Moussa Dansako. Était-​il Malien, Sénégalais ou Guinéen ? Son nom même avait-​il été bien retrans­crit par son recru­teur ? Ce que l’on sait c’est que ce capo­ral a fait preuve d’un cou­rage sans pareil ce 24 octobre 1916. Sous la grêle de balles et les éclats d’obus, il a, à quatre reprises, por­té secours à des cama­rades bles­sés alors qu’il l’était lui-​même. Son action a per­mis aux sol­dats fran­çais de reprendre le Fort de Douaumont.

Fernande Herduin

« Enfin, je subis le sort, je n’ai aucune honte, mes cama­rades, qui me connaissent, savent que je n’étais pas un lâche. Mais avant de mou­rir, ma bonne Fernande, je pense à toi et à mon Luc. Réclame ma pen­sion, tu y as droit. » Ces mots ont été écrits par le lieu­te­nant Henri Herduin le 11 juin 1916 quelques heures avant son exé­cu­tion sous les balles fran­çaises. Quatre jours aupa­ra­vant, alors que son régi­ment est déci­mé par une puis­sante attaque alle­mande, le lieu­te­nant a déci­dé qu’il était plus pru­dent de se replier avec la poi­gnée d’hommes qu’il res­tait, et ce mal­gré l’ordre d’un capi­taine d’un autre régi­ment, les som­mant de retour­ner au com­bat. Ce repli est qua­li­fié d’abandon de poste par l’armée fran­çaise qui condamne aus­si­tôt Henri Herduin et un autre lieu­te­nant à la peine de mort sans juge­ment. Sa femme, Fernande, n’aura de cesse après sa mort de faire réha­bi­li­ter la mémoire de son mari.

Après l'armistice et appuyée par un avo­cat et par la ligue des Droits de l’homme, elle porte plainte pour assas­si­nat contre l’officier qui a direc­te­ment ordon­né l’exécution de son mari. Sans suc­cès. En avril 1921, deux dépu­tés com­mu­nistes lui apportent leur sou­tien. L’affaire est alors relayée par la presse et la classe poli­tique com­mence à plier. Il fau­dra néan­moins attendre encore une année pour que le ministre des Pensions, André Maginot, accorde défi­ni­ti­ve­ment le sta­tut de « mort pour la France » à Henri Herduin. Le com­bat de son épouse por­te­ra d'autant plus ses fruits qu'en 1924, le par­le­ment adopte une loi qui pro­tège désor­mais les sol­dats exé­cu­tés sans juge­ment, per­met­tant de fait de les réha­bi­li­ter sans pas­ser par une pro­cé­dure judi­ciaire. Henri Herduin repose au cime­tière de Reims depuis 1925 où Fernande le rejoint trente ans plus tard.

« Destins de Verdun », expo­si­tion par­cours au Mémorial de Verdun et sur le champ de bataille à voir jusqu'au 28 avril 2024. L’exposition-parcours est acces­sible avec le billet d’entrée des trois sites du champ de bataille ou le billet d’entrée du Mémorial de Verdun, sans supplément.


Vous aus­si, vous avez peut-​être un « des­tin de Verdun » dans votre famille 

Capture d’écran 2023 06 22 à 15.53.01

Toujours dans la pers­pec­tive de trans­mettre la mémoire de la Première Guerre mon­diale aux géné­ra­tions futures, le Mémorial de Verdun a éga­le­ment lan­cé un appel à témoins à des­ti­na­tion de per­sonnes dont les aïeul·es ont par­ti­ci­pé, d’une manière ou d’une autre, à la bataille de Verdun. Ce qui concerne bien du monde puisque près des ¾ de l’armée fran­çaise a com­bat­tu sur ce champ de bataille en 1916. Si c’est votre cas, envoyez votre témoi­gnage à l’adresse : [email protected].

Lire aus­si I Des jar­dins de la paix sur les lieux de la Grande Guerre

Partager

Cet article vous a plu ? Et si vous vous abonniez ?

Chaque jour, nous explorons l’actualité pour vous apporter des expertises et des clés d’analyse. Notre mission est de vous proposer une information de qualité, engagée sur les sujets qui vous tiennent à cœur (féminismes, droits des femmes, justice sociale, écologie...), dans des formats multiples : reportages inédits, enquêtes exclusives, témoignages percutants, débats d’idées… 
Pour profiter de l’intégralité de nos contenus et faire vivre la presse engagée, abonnez-vous dès maintenant !  

 

Une autre manière de nous soutenir…. le don !

Afin de continuer à vous offrir un journalisme indépendant et de qualité, votre soutien financier nous permet de continuer à enquêter, à démêler et à interroger.
C’est aussi une grande aide pour le développement de notre transition digitale.
Chaque contribution, qu'elle soit grande ou petite, est précieuse. Vous pouvez soutenir Causette.fr en donnant à partir de 1 € .

Articles liés

Inverted wid­get

Turn on the "Inverted back­ground" option for any wid­get, to get an alter­na­tive sty­ling like this.

Accent wid­get

Turn on the "Accent back­ground" option for any wid­get, to get an alter­na­tive sty­ling like this.