fbpx

Mamans solos : la détresse face aux ins­ti­tu­tions

Avec son livre, Maman solo, les oubliées de la République, qui sort ce mer­cre­di 2 sep­tembre aux édi­tions Pygmalion, la jour­na­liste Nathalie Bourrus livre un témoi­gnage poi­gnant sur son quo­ti­dien de mère iso­lée. Et dénonce l’indifférence des ins­ti­tu­tions à l’égard des femmes, qui, comme elle, ont très sou­vent vu leur ex-​conjoint se sous­traire à l’éducation des enfants.

118526789 316285246253927 3268893479158729068 n
Nathalie Bourrus. © Félicien Delorme

« Cette vie de maman solo, mère céli­ba­taire est une vie… en apnée… oui, sans oxy­gène, écrit Nathalie Bourrus dès l’introduction de son ouvrage. C’est bien plus aride. Elle t’assèche, c’est plus dur que quand j’étais sous les bombes. » Après avoir cou­vert les conflits les plus meur­triers de la pla­nète, c’est avec la nais­sance de son fils, Tom, il y a dix ans, que Nathalie Bourrus ex-​reporter de guerre et désor­mais chro­ni­queuse pour France Info1, découvre un autre champ de bataille, celui de mère iso­lée devant éle­ver seule son enfant.

« Mon pro­pos est cho­quant parce que le sujet est cho­quant, déclare à Causette Nathalie Bourrus. Je suis par­tie de mon his­toire per­son­nelle pour racon­ter le quo­ti­dien des femmes qui ont la garde exclu­sive de leur enfant après une sépa­ra­tion et dont l’ex-conjoint s’est sous­trait à ses obli­ga­tions paren­tales. » Aux yeux de l’Insee, ces situa­tions sont dési­gnées sous le terme de famille mono­pa­ren­tale, qui repré­sentent en 2016 23 % des familles fran­çaises. « On ne sait rien de nous alors que nous ne sommes pas une curio­si­té sta­tis­tique, dénonce Nathalie Bourrus. Nous sommes un fléau. » L’Institut natio­nal de la sta­tis­tique et des études éco­no­miques indique en effet qu’en 2016 les mères iso­lées consti­tuent 84 % de ces familles.

Errance admi­nis­tra­tive

C’est pour cette rai­son qu’à tra­vers Maman solo, les oubliées de la République, à la fois témoi­gnage et enquête, Nathalie Bourrus a vou­lu mettre en lumière ces mères seules invi­si­bi­li­sées par la socié­té. En par­tant de son expé­rience per­son­nelle, mar­quée par une ver­ti­gi­neuse errance admi­nis­tra­tive pour faire valoir les devoirs paren­taux de son ex-​conjoint, la jour­na­liste défriche le quo­ti­dien de celles qui, comme elle, « se sont retrou­vées prises au dépour­vu, du jour au len­de­main, seules à éle­ver leurs enfants avec un père défaillant ». 

Pour Nathalie Bourrus, être une maman solo, c’est se battre pour gar­der la tête hors de l’eau dans un quo­ti­dien qui vous met constam­ment à l’épreuve. « Ça ne s’arrête jamais, souffle la chro­ni­queuse. Concilier tra­vail et édu­ca­tion, pal­lier l’absence du deuxième parent et n’avoir que des jour­nées de vingt-​quatre heures, ce n’est pas humain. On n’a pas le droit d’être malade ou d’avoir un coup de blues. » C’est éga­le­ment vivre une rela­tion fusion­nelle avec son ou ses enfants. « C’est le drame des mères solos, assure l’autrice. Même sans le vou­loir, nos enfants deviennent plus qu’une par­tie de nous, ils deviennent sacrés. » Sacrés au point de se deman­der par­fois si « ça ne sent pas un peu le vieux couple tout ça », s’inquiète Nathalie, qui craint par moment de « se voir mou­rir dans une mai­son avec son fils qui serait tou­jours céli­ba­taire, sans enfant. » 

« J’ai sou­dain eu limpres­sion davoir accou­ché accrou­pie dans un cani­veau, sous la pluie, accro­chée à une pou­belle de tri sélec­tif » 

Si ces pers­pec­tives res­tent loin­taines, la honte sociale entraî­née par la sépa­ra­tion est, elle, une claque immé­diate. Une car­rière flo­ris­sante, un bon salaire, un appar­te­ment ache­té dans le très chic IXe arron­dis­se­ment de Paris, une vie pai­sible avec le père de son fils, et pour­tant, un jour, tout s’écroule. « Je ne pen­sais pas que ça pou­vait m’arriver à moi, observe l’autrice. Même si mon enfant avait déjà 3 ans, j’ai sou­dain eu l’impression d’avoir accou­ché accrou­pie dans un cani­veau, sous la pluie, accro­chée à une pou­belle de tri sélec­tif. » Le regard des autres accen­tue la détresse : l’autrice res­sent un déni, de l’ignorance et même du soup­çon de la part de son entou­rage. « Quand on se retrouve maman solo, on entend tou­jours “t’as bien dû le cher­cher”, c’est extrê­me­ment culpa­bi­li­sant. » 

Charge men­tale puis­sance trois

Mais le pire, c’est le « pla­fond de mère » (variante du « pla­fond de verre », où se heurtent les femmes dans l’avancée de leurs car­rières), auquel se cognent les mères céli­ba­taires. « Le pla­fond de mère, ce sont ces femmes sur­char­gées par une charge men­tale puis­sance trois, en train de se noyer à force de se heur­ter au dédain des ins­ti­tu­tions », dénonce Nathalie Bourrus. C’est l’école qui n’appelle et donc n’implique jamais le père de l’enfant ou encore les pro­fes­sion­nels de san­té qui res­tent sourds aux souf­frances psy­cho­lo­giques de son enfant et d’elle-même. C’est sur­tout un lourd déclas­se­ment éco­no­mique et social, puisque du jour au len­de­main, l’enfant est à la charge exclu­sive de la mère, dont les reve­nus sont géné­ra­le­ment plus bas que ceux de l’ex-conjoint. 

Si d’année en année, le nombre de mères solos ne cesse d’augmenter, leur niveau de vie, lui, ne cesse de bais­ser. Selon une étude de l’Insee parue en sep­tembre 2018, 34,8 % des familles mono­pa­ren­tales vivent sous le seuil de pau­vre­té, soit 1 220 euros par mois avec un enfant.

L’argent, le nerf de la guerre pour les mamans solos

Face à la pres­sion du quo­ti­dien, beau­coup de mères céli­ba­taires sont même dans l’obligation d’arrêter de tra­vailler pour s’occuper de leurs enfants. Nathalie Bourrus, elle, n’a pas per­du son emploi de chro­ni­queuse chez France Info. Pourtant, à la suite de sa sépa­ra­tion avec le père de son fils, il y a sept ans, elle a dû revoir son train de vie à la baisse. Déracinée de son confor­table IXe arron­dis­se­ment pari­sien, elle s’installe au rez-​de-​chaussée d’une HLM du XIIIe arron­dis­se­ment de la capi­tale. « Imaginez ce que ça peut être pour une cais­sière ou une femme de ménage », souligne-​t-​elle.

« 100 euros de pen­sion, ça ne paie même pas la can­tine ! »

Nathalie Bourrus en veut aus­si aux pères qui ont la capa­ci­té de s’occuper finan­ciè­re­ment de leurs enfants mais ne le font pas. Selon les der­niers chiffres de l’Aripa, l’agence de recou­vre­ment des pen­sions ali­men­taires, 30 à 40 % des pen­sions ali­men­taires sont tota­le­ment ou par­tiel­le­ment impayées. Ce qui par­ti­cipe à la pré­ca­ri­sa­tion des mamans solos. « À l’heure actuelle, il n’existe tou­jours pas de texte clair, dénonce-​t-​elle. On ne sait pas vers qui se tour­ner. » Le mon­tant des pen­sions varie d’une famille à une autre, et du juge qui traite la demande. « Mais 100 euros de pen­sion, ça ne paie même pas la can­tine ! »

Des pro­cé­dures longues et coû­teuses

Et lorsque le père refuse de payer, « on doit por­ter plainte pour “aban­don de famille”, indique Nathalie Bourrus. C’est très fort comme for­mu­la­tion même si c’est évi­dem­ment ce qui se passe. Un père qui ne veut pas payer la pen­sion insulte son enfant. » Il aura fal­lu deux ans pour que Nathalie ait le cou­rage de mener cette bataille judi­ciaire. Mais là encore, elle regrette amè­re­ment « qu’aucune pièce jus­ti­fi­ca­tive n’ait été deman­dée, qu’aucune enquête n’ait été réa­li­sée pour véri­fier si le père gagne effec­ti­ve­ment ce qu’il déclare. » À coup de pro­cé­dures longues et coû­teuses, une grande majo­ri­té de ces mères aban­donnent fina­le­ment l’idée de récla­mer ce qui leur est dû. 

Comme un pavé jeté dans la grande mare des injus­tices, avec Maman solo, Nathalie Bourrus a la volon­té de faire bou­ger les lignes. Elle sou­haite que le ministre de la Justice, Éric Dupond-​Moretti, s’empare de ce sujet. « En 2019, le gou­ver­ne­ment nous a ven­du un pro­jet de recou­vre­ment des pen­sions ali­men­taires pour pal­lier les impayés [la réforme pré­vue au départ pour juin 2020 est repor­tée au plus tard au 1er jan­vier 2021, suite à la crise sani­taire, ndlr], mais il ne faut pas seule­ment réduire les impayés, il faut les punir avec dom­mages et inté­rêts, sou­ligne Nathalie Bourrus. Éric Dupond-​Moretti doit lan­cer une large mis­sion d’investigation au sujet de ces pères qui se dérogent au juge­ment. On ne peut pas lais­ser cou­ler ces mil­liers de femmes. » 

1. Chronique Le Portrait du jour, du lun­di au ven­dre­di, à 16 h 26, 19 h 53, 22 h 53, sur France Info.

118523451 632991844022799 5876123037807169083 n
Maman solo,
les oubliées de la République,
de Nathalie Bourrus.
Éd. Pygmalion,
296 pages, 19,90
 euros. 
Partager

Cet article vous a plu ? Et si vous vous abonniez ?

Chaque jour, nous explorons l’actualité pour vous apporter des expertises et des clés d’analyse. Notre mission est de vous proposer une information de qualité, engagée sur les sujets qui vous tiennent à cœur (féminismes, droits des femmes, justice sociale, écologie...), dans des formats multiples : reportages inédits, enquêtes exclusives, témoignages percutants, débats d’idées… 
Pour profiter de l’intégralité de nos contenus et faire vivre la presse engagée, abonnez-vous dès maintenant !  

 

Une autre manière de nous soutenir…. le don !

Afin de continuer à vous offrir un journalisme indépendant et de qualité, votre soutien financier nous permet de continuer à enquêter, à démêler et à interroger.
C’est aussi une grande aide pour le développement de notre transition digitale.
Chaque contribution, qu'elle soit grande ou petite, est précieuse. Vous pouvez soutenir Causette.fr en donnant à partir de 1 € .

Articles liés