Capture d’écran 2022 02 22 à 12.05.10
©Capture d'écran BFM-TV le 22 février 2022

Le poli­cier en cavale sus­pec­té de fémi­ni­cide a été inter­pel­lé dans le Var

Arnaud Bonnefoy a été inter­pel­lé ce mar­di 22 février au domi­cile de son père dans le Var. En fuite depuis la décou­verte, le 28 jan­vier, du corps de sa com­pagne, il est soup­çon­né de l’avoir étranglée. 

« L’homme, poli­cier, sus­pec­té d’avoir tué sa com­pagne, a été inter­pel­lé sans inci­dent ce matin », a annon­cé le ministre de l’intérieur Gérald Darmanin ce mar­di 22 février sur son compte Twitter« Il est désor­mais à la dis­po­si­tion de la jus­tice », a‑t-​il ajou­té. Selon les infor­ma­tions de BFM-​TV, Arnaud Bonnefoy a été inter­pel­lé au domi­cile de son père à Montmeyan, dans le Var. Le sus­pect a contac­té les gen­darmes vers 9h45 afin de signa­ler sa pré­sence. Il a depuis été pla­cé en garde à vue. « Il est venu se rendre, il est venu me dire adieu avant de se rendre », a témoi­gné briè­ve­ment sur BFM-​TV, le père d’Arnaud Bonnefoy qui avait implo­ré son fils le 18 février au micro de BFM-​TV de se « rendre sans délai »

Arnaud Bonnefoy, 29 ans, était recher­ché depuis le 28 jan­vier 2022, jour de la décou­verte dans la bai­gnoire de son appar­te­ment du 19ème arron­dis­se­ment de Paris du corps de sa com­pagne, Amanda Glain, âgée de 28 ans, décé­dée par stran­gu­la­tion, selon l’autopsie réa­li­sée. Ce sont les col­lègues du com­mis­sa­riat du Blanc-​Mesnil (Seine-​Saint-​Denis) où le jeune homme tra­vaillait, inquiet·ètes de ne plus avoir de ses nou­velles alors qu’il était cen­sé prendre son poste en début d’après-midi, qui avaient don­né l’alerte et décou­vert le corps de la jeune femme.

Lire aus­si : Le poli­cier soup­çon­né d'avoir tué sa com­pagne tou­jours en fuite, avec son arme de service

Le fonc­tion­naire de police, entré dans la police en 2012 et en poste depuis trois ans au com­mis­sa­riat du Blanc-​Mesnil, avait pris la fuite ce même jour avec sa voi­ture et son arme de ser­vice. Il avait ensuite fal­lu attendre treize jours avant qu’un avis de recherche cir­cule dans la presse – il cir­cu­lait jusqu’au 10 février uni­que­ment dans les com­mis­sa­riats et les gen­dar­me­ries du pays. La voi­ture, l’arme de ser­vice et les deux char­geurs du poli­cier avaient ensuite été retrou­vées deux jours plus tard à Amiens (Hauts-​de-​France) sur le par­king d’un fast-​food. Samedi 19 février, la police avait dif­fu­sé un nou­vel appel à témoin avec deux nou­velles pho­tos d’Arnaud Bonnefoy. 

Lire aus­si : La pho­to­gra­phie du poli­cier soup­çon­né de fémi­ni­cide et en cavale dif­fu­sée par la police

Arnaud Bonnefoy avait déjà été mis en cause, en octobre 2019, dans une pro­cé­dure pour des actes de vio­lences conju­gales envers sa com­pagne de l’époque. Mais la réponse judi­ciaire avait été très faible : aucune sanc­tion pénale n’avait été prise à son encontre. Arnaud Bonnefoy avait seule­ment fait l’objet d’une convo­ca­tion pour un stage de sen­si­bi­li­sa­tion aux vio­lences conju­gales. Sur le plan admi­nis­tra­tif, le poli­cier avait éco­pé d’un aver­tis­se­ment par sa hié­rar­chie – la sanc­tion dis­ci­pli­naire la plus basse de la fonc­tion publique. 

Pour le meurtre d’Amanda Glain, une enquête a été ouverte par le par­quet de Paris pour « homi­cide volon­taire sur conjoint » et confiée au 2ème dis­trict de la police judi­ciaire pari­sienne. Arnaud Bonnefoy en est aujourd’hui le prin­ci­pal suspect. 

Partager
Articles liés

Inverted wid­get

Turn on the "Inverted back­ground" option for any wid­get, to get an alter­na­tive sty­ling like this.

Accent wid­get

Turn on the "Accent back­ground" option for any wid­get, to get an alter­na­tive sty­ling like this.