113 societe la bise 1 camille besse pour causette
© Camille Besse

Le bai­ser som­mé de se réin­ven­ter

La dis­tan­cia­tion phy­sique nous a obligé·es à nous pri­ver de bai­sers, de bisous,
de câlins. Une injonc­tion à redé­fi­nir la carte de la ten­dresse. Céline Hess Halpern1, autrice de nom­breux ouvrages, dont L’Éloge du bai­ser2, paru en jan­vier 2020, décrypte pour Causette le sens et la puis­sance de ce geste dont il est si dif­fi­cile de se pas­ser.

Causette : Pouvez-​vous nous dire pour­quoi le bai­ser est si vital pour nous, les Français ?
Céline Hess Halpern : Le bai­ser est un vec­teur de paix, de quié­tude, il récon­ci­lie, console, par­donne et il dit tout, en un seul geste. Baiser de la maman à son enfant, pre­mier bai­ser enflam­mant le désir, bai­ser d’amour, bai­ser d’amitié… Il fait par­tie de notre culture fran­çaise. Qui ne connaît pas le « french kiss » ? Très éro­tique et sen­suel, ce terme remon­te­rait à la période de la Seconde Guerre mon­diale, durant laquelle les sol­dats amé­ri­cains auraient décou­vert cette « spé­cia­li­té locale » dans nos régions. On l’appelle encore la galoche, c’est le bai­ser du désir, fruit de la pas­sion ! Le bai­ser éveille nos cinq sens et, en même temps, 80 mil­lions de bac­té­ries sont échan­gées avec notre par­te­naire lors d’un bai­ser ! C’est un acte très intime, qui nous ébranle, nous émeut, nous[…]

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu
Ou
Abonnez-vous à partir de 1€ le premier mois
Partager
Articles liés