113 societe la bise 1 camille besse pour causette
© Camille Besse

Le baiser sommé de se réinventer

La distanciation physique nous a obligé·es à nous priver de baisers, de bisous,
de câlins. Une injonction à redéfinir la carte de la tendresse. Céline Hess Halpern1, autrice de nombreux ouvrages, dont L’Éloge du baiser2, paru en janvier 2020, décrypte pour Causette le sens et la puissance de ce geste dont il est si difficile de se passer.

Causette : Pouvez-​vous nous dire pourquoi le baiser est si vital pour nous, les Français ?
Céline Hess Halpern : Le baiser est un vecteur de paix, de quiétude, il réconcilie, console, pardonne et il dit tout, en un seul geste. Baiser de la maman à son enfant, premier baiser enflammant le désir, baiser d’amour, baiser d’amitié… Il fait partie de notre culture française. Qui ne connaît pas le « french kiss » ? Très érotique et sensuel, ce terme remonterait à la période de la Seconde Guerre mondiale, durant laquelle les soldats américains auraient découvert cette « spécialité locale » dans nos régions. On l’appelle encore la galoche, c’est le baiser du désir, fruit de la passion ! Le baiser éveille nos cinq sens et, en même temps, 80 millions de bactéries sont échangées avec notre partenaire lors d’un baiser ! C’est un acte très intime, qui nous ébranle, nous émeut, nous[…]

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu

Partager
Articles liés