fbpx
113 societe la bise 1 camille besse pour causette
© Camille Besse

Le bai­ser som­mé de se réinventer

La dis­tan­cia­tion phy­sique nous a obligé·es à nous pri­ver de bai­sers, de bisous,
de câlins. Une injonc­tion à redé­fi­nir la carte de la ten­dresse. Céline Hess Halpern1, autrice de nom­breux ouvrages, dont L’Éloge du bai­ser2, paru en jan­vier 2020, décrypte pour Causette le sens et la puis­sance de ce geste dont il est si dif­fi­cile de se passer.

Causette : Pouvez-​vous nous dire pour­quoi le bai­ser est si vital pour nous, les Français ?
Céline Hess Halpern : Le bai­ser est un vec­teur de paix, de quié­tude, il récon­ci­lie, console, par­donne et il dit tout, en un seul geste. Baiser de la maman à son enfant, pre­mier bai­ser enflam­mant le désir, bai­ser d’amour, bai­ser d’amitié… Il fait par­tie de notre culture fran­çaise. Qui ne connaît pas le « french kiss » ? Très éro­tique et sen­suel, ce terme remon­te­rait à la période de la Seconde Guerre mon­diale, durant laquelle les sol­dats amé­ri­cains auraient décou­vert cette « spé­cia­li­té locale » dans nos régions. On l’appelle encore la galoche, c’est le bai­ser du désir, fruit de la pas­sion ! Le bai­ser éveille nos cinq sens et, en même temps, 80 mil­lions de bac­té­ries sont échan­gées avec notre par­te­naire lors d’un bai­ser ! C’est un acte très intime, qui nous ébranle, nous émeut, nous[…]

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu
Ou
Abonnez-vous à partir de 1€ le premier mois
Partager
Articles liés
annick niquet 1

La "camion­neuse", his­toire d'un cliché

Les cli­chés hété­ros vont jusqu’à faire de « camion­neuse » un pur syno­nyme – péjo­ra­tif – de « les­bienne ». Mais au fait, d'où vient ce terme ? Et pour­quoi il est un cli­ché sur pattes ? « J’écris...

closeup photo of turned-on blue and white laptop computer

Dans le por­no, la culture de l’inceste fait recette

Nombre de vidéos diffusées sur les plateformes de porno mainstream mettent en scène des rapports incestueux, en faisant appel au fantasme de la belle-mère, du beau-père ou de la belle-fille. Et participent ainsi à une «culture de l’inceste », selon...

brazier suite 6

Eugénie Brazier, la cheffe aux 6 étoiles

Avant d’être une reine auréolée de six étoiles au Michelin, elle fut une gamine en sabots, une jeune fille chassée de chez elle, une travailleuse qui ne comptait pas ses heures, mais surveillait son porte-monnaie.