fbpx
woman leaning against a wall in dim hallway
© Eric Ward

La cour d'appel confirme la requa­li­fi­ca­tion en atteinte sexuelle pour les trois pom­piers accu­sés de viol par Julie Leriche

La cour d’appel de Versailles a confir­mé ce jeu­di 12 octobre que les trois pom­piers de Paris ini­tia­le­ment mis en exa­men pour viol aggra­vé sur Julie Leriche entre 2008 et 2010 – mineure au moment des faits – seraient bien jugés en cor­rec­tion­nelle pour atteinte sexuelle. Dix ans après son dépôt de plainte, sa mère Corinne Leriche se bat tou­jours pour que sa fille obtienne jus­tice. 

Le déli­bé­ré de la cour d’appel de Versailles est tom­bé ce jeu­di matin et avec lui les espoirs de Julie* et de sa famille. La péti­tion lan­cée il y a un an par sa mère pour deman­der une requa­li­fi­ca­tion des faits – qui a récol­té plus de 228 000 signa­tures – n’aura rien chan­gé. Le juge a, en effet, confir­mé que les trois hommes de la bri­gade de sapeurs-​pompiers de Paris, ini­tia­le­ment pour­sui­vis pour viol aggra­vé sur mineur, seraient fina­le­ment bien jugés devant un tri­bu­nal cor­rec­tion­nel pour atteinte sexuelle en réunion. Un délit pas­sible de sept ans de pri­son… bien loin des vingt ans pré­vus pour un viol aggra­vé, sou­hai­té par la par­tie civile. Le juge a éga­le­ment confir­mé que les dix-​sept autres pom­piers éga­le­ment accu­sés de viol sur Julie ne seraient pas pour­sui­vis. Pour jus­ti­fier ces déci­sions, le pro­cu­reur a plai­dé que la connais­sance de l’âge de l’adolescente par les pré­ve­nus n’a pu être éta­blie, ain­si qu’un défaut de consen­te­ment insuf­fi­sam­ment[…]

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu
Ou
Abonnez-vous à partir de 1€ le premier mois
Partager
Articles liés