person wearing gray shirt putting baby on scale

Crise à l’hôpital : un syn­di­cat de gyné­co­logues craint les « fer­me­tures esti­vales inopi­nées de maternités »

À quelques semaines des vacances d'été, le Syndicat National des Gynécologues et Obstétriciens de France (SYNGOF) tire la son­nette d'alarme concer­nant la fer­me­ture des lits et des mater­ni­tés « qui met en dan­ger les femmes ».

« L'accident est immi­nent, en par­ti­cu­lier en termes de péri­na­ta­li­té. » Le ton est don­né dès les pre­mières phrases du com­mu­ni­qué de presse. Dans un texte publié mar­di, le Syndicat National des Gynécologues et Obstétriciens de France (SYNGOF) a sou­hai­té aler­ter le pré­sident de la République et le gou­ver­ne­ment, à quelques semaines des vacances d'été, sur l'état des mater­ni­tés dans le pays. 

Selon l'organisation, la fer­me­ture des lits et des mater­ni­tés, « par manque de gyné­co­logues obs­té­tri­ciens, de pédiatres, de méde­cins anes­thé­sistes réani­ma­teurs, de per­son­nels para­mé­di­caux et plus récem­ment de sages-​femmes », atteint « un niveau cri­tique qui met en dan­ger les femmes ». Une situa­tion com­pli­quée qui se ren­force avec les congés esti­vaux et l'afflux tou­ris­tique dans cer­taines villes. Or, pour le SYNGOF, « rien n’a jamais été fait pour ren­for­cer les moyens en regard des trans­ferts de popu­la­tions ».

Le syn­di­cat prend l'exemple de l'ARS Bretagne qui demande à ses hôpi­taux et cli­niques de lui « trans­mettre régu­liè­re­ment » avant l’été « les fer­me­tures de lits envi­sa­gées » et « le plan de conti­nui­té d’activité (avec) une atten­tion accrue sur les ser­vices d’urgences et de mater­ni­té », sans annon­cer de moyens supplémentaires.

À lire aus­si I Tribune « En Corps » pour la mater­ni­té des Lilas et toutes les autres, par Chantal Birman

Écouter les soignants

Le SYNGOF juge que « la péri­na­ta­li­té est en grande souf­france », avec des gyné­co­logues obs­té­tri­ciens, des méde­cins anes­thé­sistes réani­ma­teurs, des pédiatres néo­na­to­lo­gistes qui « se décou­ragent ». De nom­breuses jeunes sages-​femmes « désertent rapi­de­ment les salles de nais­sance », affirme-​t-​il également.

Le syn­di­cat appelle à écou­ter les soi­gnants, une « abso­lue néces­si­té », afin « de main­te­nir la qua­li­té des soins, d’éviter les fer­me­tures esti­vales inopi­nées de mater­ni­tés à bout de per­son­nels et de souffle, ou pire, les fer­me­tures défi­ni­tives après acci­dents graves ».

« Seule une juste recon­nais­sance des métiers de méde­cins, dont ceux de la péri­na­ta­li­té, et de tous les soi­gnants, per­met­tra de résoudre ce pro­blème », conclut-​il. Afin de trou­ver des solu­tions à cette crise, Emmanuel Macron a annon­cé mar­di, depuis le centre hos­pi­ta­lier de Cherbourg (Manche), une mis­sion d’information d’un mois sur les soins non pro­gram­més. Le chef de l’État a éga­le­ment pro­mis une grande confé­rence sur la san­té avec toutes les par­ties pre­nantes à par­tir du mois de juillet.

Partager
Articles liés

Inverted wid­get

Turn on the "Inverted back­ground" option for any wid­get, to get an alter­na­tive sty­ling like this.

Accent wid­get

Turn on the "Accent back­ground" option for any wid­get, to get an alter­na­tive sty­ling like this.