causette
© Causette

Christiane Taubira : pour­quoi on l'aime ?

Christiane Taubira a beau avoir quit­té le devant de la scène il y a cinq ans, sa popu­la­ri­té semble intacte, la pla­çant à part dans le pay­sage poli­tique. Pourquoi son nom suscite-​t-​il autant de res­pect et de fas­ci­na­tion pour toute une par­tie de la gauche ? Enquête sur une femme deve­nue icône mal­gré elle.

La scène se passe au jar­din Ceccano, à Avignon (Vaucluse). Inutile de pré­ci­ser qu’en ce same­di 8 juillet 2017 à midi, il fait très chaud. D’ordinaire, les sages festivalier·ères applau­dissent poli­ment les lec­tures avant de filer vers d’autres repré­sen­ta­tions. Pas cette fois. La nuée reste, se bous­cule, pho­to­gra­phie et réclame des auto­graphes à l’oratrice de 1,54 mètre qui vient de décla­mer des textes d’Aimé Césaire, de Pier Paolo Pasolini ou de Léopold Sédar Senghor. 

« Je me sou­viens d’une fer­veur incroyable autour d’elle, une vraie rock star », raconte Olivier Py, le direc­teur du Festival ­d’Avignon. La rock star, c’est Christiane Taubira. Des hommes et femmes ­poli­tiques capables de tenir la scène, il y en a. Mais des hommes et femmes poli­tiques capables d’y ­por­ter une parole lit­té­raire et de ­sus­ci­ter ­l’enthousiasme, c’est plus rare. « Je l’avais enten­due réci­ter des poèmes par cœur et j’avais été impres­sion­né par sa culture et sa capa­ci­té à mettre le poé­tique et le poli­tique en vibra­tion, donc je l’ai conviée », pour­suit Olivier Py. 

« Vous êtes celle en qui nous avons confiance. Celle que l’on a envie de croire et de por­ter »


Appel solen­nel du col­lec­tif citoyen Taubira 2022

Christiane Taubira parle bien. C’est presque enfon­cer une porte ouverte que de l’écrire. Cette aisance ora­toire est deve­nue sa marque de fabrique, sa signa­ture. « Elle a un talent lit­té­raire, lyrique, qui trans­porte ceux qui l’écoutent dans une autre dimen­sion, estime Najat Vallaud-​Belkacem, ancienne ministre de l’Éducation natio­nale et ex-​collègue aux gou­ver­ne­ments Ayrault et Valls. On est à la fois dans la poli­tique et un peu[…]

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu
Ou
Abonnez-vous à partir de 1€ le premier mois
Partager
Articles liés