capture decran 2022 01 24 a 12.44.04
Jean-Jacques Bourdin ©Capture d'écran BFM-TV

Ce que l’on sait de l’affaire Jean-​Jacques Bourdin, accu­sé de ten­ta­tive d'agression sexuelle

Mise à jour du 18/​02/​2022 : La jour­na­liste Fanny Agostini a révé­lé, lun­di 14 février, dans Mediapart être à l’origine de la plainte pour « ten­ta­tive d’agression sexuelle » contre Jean-.Jacques Bourdin. Mediapart assure avoir recueilli d’autres témoi­gnages, cer­tains iden­ti­fiés, d’autres ano­nymes, visant l'animateur.

Visé par une plainte pour ten­ta­tive d’agression sexuelle sur une ancienne col­lègue, le jour­na­liste Jean-​Jacques Bourdin a été tem­po­rai­re­ment écar­té, le 23 jan­vier, des antennes de BFM-​TV et RMC. 

On ne le ver­ra plus sur RMC et BFM-​TV ces pro­chains jours. Jean-​Jacques Bourdin, jour­na­liste ani­ma­teur de télé­vi­sion et de radio a été « tem­po­rai­re­ment » écar­té hier des antennes a annon­cé Altice, la mai­son mère des deux médias dans un com­mu­ni­qué. La rai­son ? La plainte pour ten­ta­tive d’agression sexuelle dont fait l’objet l’animateur de 72 ans depuis le 11 jan­vier der­nier. « Cette déci­sion a été prise pour ne pas por­ter pré­ju­dice au fonc­tion­ne­ment quo­ti­dien de BFM-​TV », a ajou­té le groupe sans pré­ci­ser la durée de cette mise à l’écart ni ses moda­li­tés juri­diques. Altice a éga­le­ment rap­pe­lé dans son com­mu­ni­qué qu’une « enquête interne a été ouverte pour s’assurer qu’aucun fait de ce type n’a été por­té à la connais­sance des sala­riés et mana­geurs de l’entreprise », pré­ci­sant que le prin­ci­pal inté­res­sé « conteste vigou­reu­se­ment les faits dénon­cés ».

Une ten­ta­tive d’agression sexuelle en 2013

La plainte, consul­tée par l’Agence France-​Presse (AFP), a été dépo­sée début jan­vier au com­mis­sa­riat du XVIe arron­dis­se­ment de Paris par une ancienne jour­na­liste de RMC et BFM-​TV. La jeune femme de 33 ans, qui a tra­vaillé plu­sieurs années avec l’animateur, y affirme que celui-​ci lui a « sai­si le cou », « a rap­pro­ché son visage » du sien et a « essayé de [l]’embras­ser à plu­sieurs reprises », sans y « par­ve­nir » dans une pis­cine d’un hôtel de Calvi (Haute-​Corse) en octobre 2013. Après s’être débat­tue, la jour­na­liste serait par­ve­nue à sor­tir de la piscine. 

Jean-​Jacques Bourdin lui aurait alors assé­né : « J’obtiens tou­jours ce que je veux », puis lui aurait envoyé « durant plu­sieurs mois » des mails et des sms insis­tants. La jeune femme dit avoir « été sans cesse dans la peur » jusqu’à son départ du groupe, en 2017. « Je ne suis plus une jeune jour­na­liste effrayée de perdre mon poste et je sais que je n’avais pas à subir ce que j’ai subi, affirme désor­mais au Parisien la jeune femme, qui pré­fère pour l’heure res­ter ano­nyme. Aujourd’hui, je suis ran­gée, apai­sée. Mais pen­dant des années, je suis allée tra­vailler avec la peur au ventre, com­plè­te­ment stres­sée. Je porte plainte avec la convic­tion que d’autres femmes sont concer­nées. » D’après le quo­ti­dien, deux autres femmes pour­raient pro­chai­ne­ment venir témoi­gner auprès des enquêteur·rices de faits similaires. 

Ouverture d’une enquête 

Jean-​Jacques Bourdin a, de son côté, recon­nu dans une inter­view don­née au Parisien, le 18 jan­vier, « connaître cette per­sonne, avoir tra­vaillé avec elle et [s]’être bai­gné avec elle dans la pis­cine de cet hôtel ». Il nie, en revanche, for­mel­le­ment la ten­ta­tive d’agression sexuelle : « Je n’ai jamais ten­té de l’embrasser de force, ni elle ni jamais per­sonne d’autre ». Dimanche, l’animateur a, de nou­veau, rap­pe­lé qu’il conteste les faits dans un com­mu­ni­qué trans­mis à l’AFP regret­tant « la déci­sion uni­la­té­rale du groupe BFM-​TV et RMC » de l’écarter de leurs antennes et déplo­rant que « le prin­cipe de pré­somp­tion d’innocence soit igno­ré »

Selon Le Parisien, la vic­time pré­su­mée témoigne « avoir trou­vé le cou­rage d’en par­ler […] avec la libé­ra­tion de la parole de la femme et l’affaire Nicolas Hulot ». La plainte à l’encontre de Jean-​Jacques Bourdin a été confiée au par­quet de Paris qui a per­mis l’ouverture, le 18 jan­vier, d’une enquête pré­li­mi­naire pour des soup­çons d’agression sexuelle. Elle pour­rait abou­tir à un clas­se­ment sans suite : les faits, vieux de plus de huit ans, sont pos­si­ble­ment pres­crits – le délai en la matière étant de six ans.


Réactions poli­tiques 

Jean-​Jacques Bourdin ani­mait jusqu’alors l’entretien poli­tique, La France dans les yeux, sur BFM-​TV. Le 21 jan­vier der­nier, le can­di­dat éco­lo­giste à la pré­si­den­tielle, Yannick Jadot avait déci­dé d’annuler sa venue en réac­tion à l’annonce du dépôt de plainte. La can­di­date LR Valérie Pécresse s’était elle « clai­re­ment posée la ques­tion » de sa venue ou non trois jours plus tôt. Elle avait fina­le­ment par­ti­ci­pé à l’émission condi­tion­nant sa venue à un « pro­pos intro­duc­tif » consa­cré aux vio­lences faites aux femmes : « Trop long­temps la socié­té […] a cher­ché à mini­mi­ser. Trop de femmes pen­dant long­temps ont eu peur de por­ter plainte. […] La loi du silence est finie ». L’émission poli­tique sera désor­mais ani­mée par Bruce Toussaint. 

Partager
Articles liés

Inverted wid­get

Turn on the "Inverted back­ground" option for any wid­get, to get an alter­na­tive sty­ling like this.

Accent wid­get

Turn on the "Accent back­ground" option for any wid­get, to get an alter­na­tive sty­ling like this.