Dorothy and Norman Starry Eyed
© D.Stewart

Amitié et réseaux sociaux : des clics, des likes et des claques

Les réseaux sociaux resserrent-​ils les liens ami­caux ou les altèrent-​ils ? Tour d’horizon des petites dis­putes entre ami·es connecté·es et des nou­veaux lieux de socia­bi­li­té en ligne.

Le sel­fie fait-​il l’ami·e ? Unfriender, est-​ce trom­per ? Les « copains d’avant » sont-​ils les relous de demain ? Depuis qu’un poke affec­tueux nous a tiré de notre tor­peur sur Facebook, arri­vé en France au mitan des années 2000, on s’interroge sur ce qui fra­gi­lise ou soli­di­fie les liens ami­caux dans nos pra­tiques quo­ti­diennes sur les réseaux sociaux. Ceux-​ci ont certes recon­fi­gu­ré nos inter­ac­tions, mais nos échanges ami­caux sont-​ils pour autant inertes ou dés­in­car­nés ? Un dis­cours domi­nant volon­tiers alar­miste
pointe du doigt le carac­tère arti­fi­ciel de ces rap­ports, met­tant en garde contre un éven­tuel risque de déstruc­tu­ra­tion du tis­su social. Une ana­lyse quelque peu erro­née tant la réa­li­té du vir­tuel a rebat­tu les cartes, car aujourd’hui, l’amitié s’y réin­vente.

Les conver­sa­tions sont à la fois aug­men­tées et dimi­nuées.

Charlotte Hervot, jour­na­liste et autrice

En 2019, fré­quen­ter sa bande de potes toutes et tous connecté·es, c’est d’abord faire l’apprentissage, par­fois dou­lou­reux, de nou­veaux codes de com­mu­ni­ca­tion. « On n’a rien à se dire quand on se voit parce que mes ami·es ont déjà pos­té tout ce qu’ils et elles ont fait en sto­ries sur Instagram », constate Flore, 23 ans, ensei­gnante. « Les conver­sa­tions sont à la fois aug­men­tées et dimi­nuées », résume Charlotte Hervot, autrice d’un Petit Guide de sur­vie sur Instagram¹. En résu­mé, on ne parle plus de cer­taines infor­ma­tions dont on a déjà eu connais­sance via les réseaux, mais, en consé­quence, on déve­loppe aus­si de nou­veaux sujets de conver­sa­tion.
Et en l’absence de mode d’emploi, chacun·e impro­vise et apprend à com­po­ser avec ces nou­veaux codes. Qui font éga­le­ment sur­gir de nou­velles façons de se prendre le bec. Ainsi, Elsa, 33 ans, se sou­vient d’un Nouvel An arro­sé. « Les gens ont fil­mé[…]

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu
Ou
Abonnez-vous à partir de 1€ le premier mois
Partager
Articles liés
IMG 6604

À Briançon, l’accueil des migrants en sur­sis

Dans cette ville des Hautes-Alpes, près de la frontière franco-italienne, les associations qui prônent la solidarité envers les migrants viennent de remporter une bataille contre le maire. Un répit qui risque d’être de courte durée.