cars parked on parking lot during daytime
Afghanistan © Farid Ershad

Après les uni­ver­si­tés, les tali­bans inter­disent aux Afghanes de tra­vailler dans des ONG

Comme pour l'interdiction d'accès aux uni­ver­si­tés quatre jours aupa­ra­vant, les tali­bans ont jus­ti­fié same­di leur nou­velle mesure liber­ti­cide par le non res­pect des codes ves­ti­men­taires impo­sés aux femmes.

Les pos­si­bi­li­tés pour les Afghanes de faire autre chose que de res­ter cloî­trées chez elles sont désor­mais réduites à peau de cha­grin, avec une énième inter­dic­tion tom­bée sur elles same­di 24 décembre. Cette fois, le régime tali­ban leur inter­dit tout tra­vail au sein d'une Organisation non gou­ver­ne­men­tale (ONG), arguant que les femmes qui tra­vaillent au sein de ces struc­tures ne res­pectent pas le code ves­ti­men­taire impo­sé par le régime. 

« Il y a eu des plaintes sérieuses concer­nant le non-​respect du hijab isla­mique et d’autres règles et règle­ments rela­tifs au tra­vail des femmes dans les orga­ni­sa­tions natio­nales et inter­na­tio­nales », a affir­mé le minis­tère char­gé d’approuver les licences des ONG opé­rant en Afghanistan, dans une lettre obte­nue par l’AFP et reprise par Libération. Le cour­rier, qui s'adresse aux ONG natio­nales comme inter­na­tio­nales, pré­cise que si elles conti­nuent de faire tra­vailler les femmes, elles seront elles-​mêmes inter­dites : « En cas de négli­gence de la direc­tive […] la licence de l’organisation qui a été déli­vrée par ce minis­tère sera annulée. »

Suspension des activités

En réac­tion, plu­sieurs ONG ont dénon­cé cette nou­velle res­tric­tion des liber­tés indi­qué sus­pendre leurs acti­vi­tés afin de se réunir et de dis­cu­ter ensemble de cette crise inédite. Dans un com­mu­ni­qué com­mun publié le 25 décembre, trois d'entre elles – Save the Children, Care inter­na­tio­nal et le Conseil nor­vé­gien pour les réfu­giés – ont annon­cé sus­pendre leurs pro­grammes et ont fait part de leurs très vives inquié­tudes : « Nous ne pou­vons pas réel­le­ment atteindre les enfants, les femmes et les hommes qui ont besoin cru­cial d'aide huma­ni­taire en Afghanistan sans nos co-​équipières femmes. Sans femmes pour mener à bien nos action, nous n'aurions pas pu conjoin­te­ment tou­cher des mil­lions d'Afghans dans le besoin depuis août 2021 [et le retour des tali­bans au pou­voir, ndlr]. Au-​delà de l'impact que cette mesure aura sur l'aide huma­ni­taire per­met­tant de sau­ver des vies, elle va aus­si affec­ter des mil­liers d'emplois, dans un contexte d'une crise éco­no­mique rava­geuse. »

Plus de 28 mil­lions de béné­fi­ciaires des ONG

Quant aux Nations unies, ce n'est rien moins que leur secré­taire géné­ral António Guterres, via la voix de son porte-​parole, qui a indi­qué être « pro­fon­dé­ment inquiet » par le ban­nis­se­ment des femmes au sein des ONG opé­rant en Afghanistan. « Les Nations unies et ses par­te­naires, ONG locales et inter­na­tio­nales inclues, aident plus de 28 mil­lions d'Afghans qui dépendent de l'aide huma­ni­taire pour sur­vivre », plaide-​t-​il, avant de « réité­rer le droit des femmes » à y par­ti­ci­per. Autre réac­tion notable, celle de la ministre alle­mande des Affaires étran­gères Annalena Baerbock, qui exige de la com­mu­nau­té inter­na­tio­nale une « réac­tion claire ».

Quatre jours aupa­ra­vant, c'était les étu­diantes qui étaient exclues de l'université et priées de ren­trer chez elles pour, là encore, port du hijab non conforme, selon le ministre de l'Enseignement supé­rieur Neda Mohammad Nadeem. A noter que sous le régime tali­ban, le hijab n'est pas un simple voile mais une tenue qui doit cacher l’entièreté du corps ain­si que le visage hor­mis les yeux. Samedi 24, 400 étu­diants ont boy­cot­té leurs exa­mens et mani­fes­té en soli­da­ri­té avec les étu­diantes à Kandahar, dans le sud du pays.

Lire aus­si l En Afghanistan, les tali­bans inter­disent aux filles d’étudier à l’université

Partager
Articles liés

Inverted wid­get

Turn on the "Inverted back­ground" option for any wid­get, to get an alter­na­tive sty­ling like this.

Accent wid­get

Turn on the "Accent back­ground" option for any wid­get, to get an alter­na­tive sty­ling like this.