national cancer institute 701 FJcjLAQ unsplash 1
© Unsplash

Maternités : faut-​il un label « bien­trai­tance » ?

Quelque deux cents mater­ni­tés fran­çaises l’ont d’ores et déjà deman­dé. Lancé mi-​octobre par le Conseil natio­nal des gyné­co­logues et obs­té­tri­ciens fran­çais (CNGOF), le label « bien­trai­tance » des mater­ni­tés se veut être une réponse aux vio­lences obs­té­tri­cales dénon­cées avec force depuis des années par les patientes. Transparence sur les taux d’épisiotomies, infor­ma­tion consul­table sur une pla­te­forme vidéo, accom­pa­gne­ment dans le pro­jet de nais­sance… Le CNGOF – qui n’a pas sou­hai­té répondre à nos ques­tions – a lis­té douze cri­tères que devront obser­ver les éta­blis­se­ments label­li­sés. Grande avan­cée ou effet d’annonce ? 

DSC04569 A
© DR

Anne Évrard

Porte-​parole du Collectif inter­as­so­cia­tif autour de la nais­sance (Ciane)

« Nous avons refu­sé de par­ti­ci­per aux tra­vaux pré­pa­ra­toires à ce label dont nous ne voyions pas l’intérêt. Nous avons pré­fé­ré inté­grer un groupe de tra­vail plu­ri­dis­ci­pli­naire lan­cé, là aus­si, par le CNGOF, en 2017, la com­mis­sion ProBité, pour pou­voir envi­sa­ger sur le long terme des chan­ge­ments de grande ampleur pour sor­tir des vio­lences obs­té­tri­cales. 
Ce qui nous frappe, c’est que la notion de consen­te­ment est la grande absente des cri­tères pro­po­sés par ce label. Par ailleurs, nous n’avons aucune infor­ma­tion sur qui l’attribue et pour com­bien de temps. Apparemment, les mater­ni­tés l’obtiendront en sou­met­tant un dos­sier décla­ra­tif. Qui vien­dra véri­fier la[…]

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu
Ou
Abonnez-vous à partir de 1€ le premier mois
Partager
Articles liés