À par­tir du 4 novembre à 16 h 16, les femmes bossent gra­tui­te­ment

Le salaire horaire moyen brut des femmes fran­çaises reste infé­rieur de 15,8 % à celui des hommes. Ce qui signi­fie que, sym­bo­li­que­ment, à comp­ter du 4 novembre, c’est comme si elles n’étaient plus payées.

woman browsing on the internet
© Annie Spratt

Et si les femmes aban­don­naient leur poste de tra­vail pour pro­tes­ter contre les inéga­li­tés de rému­né­ra­tion qui per­sistent dans le pays ? Si elles le vou­laient, elles pour­raient le faire à comp­ter d’aujourd’hui, mer­cre­di 4 novembre, à 16 h 16, date sym­bo­lique fixée par le col­lec­tif Les Glorieuses. Pour la cin­quième année consé­cu­tive, sa créa­trice, Rebecca Amsellem, s’est ins­pi­rée d’un mou­ve­ment ini­tié par des femmes islan­daises et a com­pi­lé les don­nées de l’office euro­péen des sta­tis­tiques Eurostat. Dans la zone euro, le salaire horaire moyen brut des femmes est infé­rieur de 15 % à celui des hommes. En France, cette dif­fé­rence est de[…]

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu
Ou
Abonnez-vous à partir de 1€ le premier mois
Partager
Articles liés