fbpx
GiuliaEtienne

À Lyon, jour­na­lisme et théâtre fusionnent pour ques­tion­ner les vio­lences sexuelles

Faut-​il sépa­rer l'homme de l'artiste ? Le théâtre du Point du jour explore le débat dans une bouillon­nante per­for­mance mélan­geant théâtre et jour­na­lisme, avec Giulia Foïs dans le rôle de l'experte four­nis­seuse de concret.

Ce mar­di 18 jan­vier sur la scène du théâtre du Point du jour, une dizaine de per­sonnes sont réunies autour d'une grande table de tra­vail pour les der­niers ajus­te­ments de Grand ReporTERRE #5 : faut-​il sépa­rer l'homme de l'artiste ? Il y a là Etienne Gaudillère, le créa­teur du spec­tacle, les comédien·nes Marion Aeschlimann et Jean-​Philippe Salério, la direc­tion bicé­phale de ce théâtre contem­po­rain lyon­nais, Angélique Clairand et Eric Massé, et la jour­na­liste Giulia Foïs. Invitée par Etienne Gaudillère, la spé­cia­liste des ques­tions fémi­nistes et de genre a co-​conçu cette « mise en pièce de l'actualité » avec le comé­dien et met­teur en scène, à la croi­sée des genres. « Les for­mats Grands ReporTERRES se rap­prochent plus de la per­for­mance que de la pièce car rien n'est figé, les per­sonnes sur scène com­posent avec l'actualité », explique Eric Massé, qui a inven­té avec Angélique Clairand ce for­mat hybride pour répondre à l'ambition d'un théâtre aux prises avec le réel. 

Depuis 2019 se sont ain­si suc­cé­dés sur la scène du Point du jour quatre spec­tacles sur les enjeux envi­ron­ne­men­taux, le com­bat pour la démo­cra­tie au Burkina Faso ou encore le cyber­fé­mi­nisme, asso­ciant à chaque fois un·e metteur·euse en scène et un·e jour­na­liste. Pour ce cin­quième épi­sode de théâtre ins­tan­ta­né – mis en place avec très peu de jours de répé­ti­tion et une poi­gnée de repré­sen­ta­tions seule­ment – le sujet prend des allures phi­lo­so­phiques : à l'aune des récentes affaires de vio­lences sexuelles impli­quant des per­son­na­li­tés appré­ciées pour leur art, faut-​il sépa­rer l'homme de l'artiste ?

Interrogations per­son­nelles

« De toute façon, il faut rap­pe­ler que la ques­tion pre­mière, celle posée par Sainte-​Beuve est "faut-​il sépa­rer l'homme de l'œuvre ?" et a été trans­for­mée dans nos débats actuels », rap­pelle Giulia Foïs, dos à un décor réa­li­sé avec des col­lages de for­mats géants de publi­ca­tions ayant récem­ment ali­men­té le débat. Le Consentement de Vanessa Springora s'affiche à côté de la Une de Libé Pédophilie : le cas Matzneff, l'édito de Elle Au nom de Marie [Trintignant, ndlr] répond à l'article de cou­ver­ture des Inrockuptibles célé­brant le retour musi­cal de son meur­trier, Cantat, en son nom.

A l'origine du spec­tacle, les inter­ro­ga­tions per­son­nelles d'Etienne Gaudillère, comé­dien tren­te­naire qui s'est mis à réflé­chir à son posi­tion­ne­ment d'homme face à la mul­ti­pli­ci­té des affaires média­ti­sées et celles, res­tées dans l'ombre, des femmes de son entou­rage. « Quand Angélique et Eric m'ont pro­po­sé de tra­vailler dans cette série de Grands ReporTERRES, c'était au moment de la céré­mo­nie des César récom­pen­sant Roman Polanski pour J'accuse [en février 2020, ndlr], avec la viru­lente réac­tion d'Adèle Haenel, remet-​il. Je me suis ren­du compte que moi-​même, sur ces ques­tions, j'étais per­du, tout le monde, même entre amis, se tapait des­sus. Je ne savais plus si je vou­lais aller voir J'accuse ou pas, si en le voyant je sou­te­nais Polanski, s'il fal­lait le boy­cot­ter et je mélan­geais boy­cott et cen­sure… c'est donc par­ti de là et en tant qu'artistes, on a une res­pon­sa­bi­li­té par­ti­cu­lière à s'emparer de ces ques­tions. »

« Beaucoup de femmes »

Sur les planches, une suc­ces­sion de scé­nettes rendent compte du che­mi­ne­ment d'Etienne, dépas­sant le seul cadre des vio­lences sexuelles com­mises par des têtes d'affiches du monde de la culture. Comme ce moment, joué par Jean-​Philippe Salério et Marion Aeschlimann, dans lequel le nar­ra­teur réa­lise que même sa mère est concernée :

« Maman, je vou­drais te par­ler de quelque chose qu'un jour tu as évo­qué…
- Je sais de quoi tu veux par­ler.
- J'ai jamais osé te poser la ques­tion, je ne sais pas si c'était grave.
- Ça va. Ne t'inquiète pas, ça va. Tu sais, c'est arri­vé à beau­coup de femmes.
»

Ce « beau­coup de femmes » est étayé par la mise en scène de l'expertise jour­na­lis­tique de Giulia Foïs. Interprétant son propre rôle, la jour­na­liste est là pour gui­der les réflexions d'Etienne, lui don­ner en même temps qu'au public les impla­cables chiffres des vio­lences sexuelles dans notre socié­té. « En France, une femme sur deux aura subi dans sa vie au moins une forme de vio­lence sexuelle ». 

« Le simple fait de voir sur scène quelqu'un qui dit sim­ple­ment avoir été vio­lé, je pense que c'est fou­tument effi­cace pour faire avan­cer les choses. »

Giulia Foïs, jour­na­liste spé­cia­liste des ques­tions fémi­nistes et de genre

Je suis une sur deux, c'est d'ailleurs le titre de son essai auto­bio­gra­phique dans lequel elle raconte le viol qu'elle a subi à 20 ans et pour lequel son vio­leur sera acquit­té. Giulia Foïs est heu­reuse d'expérimenter la scène : « Je dis tou­jours oui quand on me pro­pose une nou­velle expé­rience, un nou­veau moyen d'expression, et le pro­jet d'Etienne était gal­va­ni­sant ! » Elle explique que sa double cas­quette de jour­na­liste enga­gée et de femme direc­te­ment concer­née par le sujet des vio­lences sexuelles est un atout. « Je pré­fè­re­rais par­ler de ma capa­ci­té à faire cre­ver les plantes sur mon bal­con, dit-​elle à Causette. Mais le simple fait de pou­voir dire sur scène, en une phrase, "j'ai été vio­lée", quand on sait que dans la salle, y en aura plein [dans le même cas, ndlr] et que par­mi elles, de nom­breuses ne l'auront jamais dit, le fait de voir sur scène quelqu'un qui le dit sim­ple­ment, ça je pense que c'est fou­tument effi­cace pour faire avan­cer les choses. »

Réagir à l'actualité

Faut-​il sépa­rer l'homme de l'artiste ? ins­crit donc dans le théâtre du réel, une expé­rience qui oblige ses créateur.rices à peau­fi­ner le texte jusqu'au der­nier moment, le modu­ler au gré de l'actualité. Les repré­sen­ta­tions, les 20, 21 et 23 jan­vier, s'annoncent aus­si bouillon­nantes que l'actualité en la matière – Eric Massé se deman­dait ain­si si la per­for­mance ferait une place à « l'affaire » Jean-​Jacques Bourdin – et les ques­tion­ne­ments politico-​intimes qu'elle sou­lève. Avec un final s'appuyant sur la réécri­ture de Basique d'Orelsan, à qui certain·es conti­nuent de repro­cher le mor­ceau Sale pute du début de sa car­rière, les artistes montrent ici l'enjeu d'apporter de la nuance. « Orelsan n'a jamais été accu­sé de mau­vais com­por­te­ment envers les femmes, on lui repro­chait des paroles de chan­son, sou­ligne Giulia Foïs, et en dix ans il a accom­pli une tra­jec­toire exem­plaire, de gars bien sexiste au départ, qui aujourd'hui , quand il pré­sente des pro­grammes court comme "Bloqués", sur le fémi­nisme, est super effi­cace. C'est assez rare pour qu'on puisse effec­ti­ve­ment appré­cier écou­ter ses autres mor­ceaux sereinement. »

Grand ReporTERRE #5 : faut-​il sépa­rer l'homme de l'artiste ?, au théâtre du Point du jour à Lyon. Représentations les 20 et 21 jan­vier à 20h et le 23 jan­vier à 15h30. Infos et réservations.

Partager

Cet article vous a plu ? Et si vous vous abonniez ?

Chaque jour, nous explorons l’actualité pour vous apporter des expertises et des clés d’analyse. Notre mission est de vous proposer une information de qualité, engagée sur les sujets qui vous tiennent à cœur (féminismes, droits des femmes, justice sociale, écologie...), dans des formats multiples : reportages inédits, enquêtes exclusives, témoignages percutants, débats d’idées… 
Pour profiter de l’intégralité de nos contenus et faire vivre la presse engagée, abonnez-vous dès maintenant !  

 

Une autre manière de nous soutenir…. le don !

Afin de continuer à vous offrir un journalisme indépendant et de qualité, votre soutien financier nous permet de continuer à enquêter, à démêler et à interroger.
C’est aussi une grande aide pour le développement de notre transition digitale.
Chaque contribution, qu'elle soit grande ou petite, est précieuse. Vous pouvez soutenir Causette.fr en donnant à partir de 1 € .

Articles liés
10092020 0022

Caroline Estremo, le rire sanitaire

Avec ses vidéos truculentes et son spectacle à succès, l'ex-infirmière aux urgences et humoriste soigne les réflexes des zygomatiques de milliers de Français·es.