fbpx

Rebecca Solnit, l'inventrice du concept de mans­plai­ning, publie son autobiographie

Ce chant de colère paraît ce ven­dre­di 18 février en France aux Éditions de l'Olivier.

Adrian Mendoza photograph
Rebecca Solnit © Adrian Mendoza

Avec son nou­veau livre, Souvenirs de mon inexis­tence, l’activiste amé­ri­caine Rebecca Solnit – inven­trice du concept de mans­plai­ning (Ces hommes qui m’expliquent la vie, paru en France en 2018) et autrice de livres mili­tants sur l’art, la nature et les femmes – offre sa pre­mière auto­bio­gra­phie. Elle nous fait arpen­ter les sombres rues de sa mémoire, en s’arrêtant lon­gue­ment dans le pre­mier stu­dio où elle a vécu. Ce moment où la jeune fille « mar­gi­nale, mal­adroite et rêveuse » s’efforçait de s’ouvrir au « vaste monde » ; mais où on lui fai­sait com­prendre qu’en tant que femme, elle ferait mieux de se taire ou d’accepter d’être har­ce­lée et violée.

[…]

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu
Ou
Abonnez-vous à partir de 1€ le premier mois
Partager
Articles liés