Oulaya Amamra : « Dans l’eau, je me sens invincible comme dans le ventre de ma mère »

Découverte dans Divines, réalisé par sa sœur Houda Benyamina, elle a obtenu le césar du meilleur espoir. On la retrouve avec joie dans Le Sel des larmes, de Philippe Garrel, et dans Vampires, nouvelle série Netflix.

the salt of tears photocall 70th berlin international film festival germany 22 feb 2020
© Sipa

Causette : Les livres marquants de la « bibliothèque » de vos parents ? 
Oulaya Amamra : Des livres religieux et des livres de cuisine. J’entends encore le son des casseroles pendant les fêtes, le monde à la maison, les enfants qui chahutent, l’odeur du cumin, les ­tchoulis (bracelets en or de ma mère, que j’ai moi-​même). 

Les lieux de votre enfance ?
O. A. : La piscine de Viry-​Châtillon [Essonne, ndlr]. J’ai fait des compétitions de natation de 5 à 15 ans. Et aussi le local à poubelles derrière chez moi. Notre MJC avait brûlé alors, pendant des semaines, on l’a « aménagé » en salle de cours avec ma troupe de théâtre. C’est là que j’ai découvert les textes de Molière et[…]

La suite est réservée aux abonné.es.

identifiez-vous pour lire le contenu

Partager
Articles liés
113 cinema madre le pacte

En salles : « Madre », noirceur lumineuse

Il est des films brillants et puis il est des films comètes. Madre appartient à la deuxième catégorie. Tels ces corps célestes, imprévisibles et fulgurants, il est à la fois constitué d’un noyau sombre et d’un halo éblouissant.  Jugez...