Audrey Diwan : « Sortir de ce silence est un tra­vail long et lent »

Il est rare qu’une réa­li­sa­trice reçoive un Lion d’or à la Mostra de Venise. Plus rare encore qu’un film trai­tant d’un sujet comme l’avortement soit ain­si salué. L’Événement, adap­té du livre d’Annie Ernaux dans lequel elle racon­tait son par­cours de com­bat­tante pour avor­ter clan­des­ti­ne­ment en 1963, sort en salles ce 24 novembre. Entretien avec Audrey Diwan, à qui l’on doit ce puis­sant projet.

image001

Causette : Le terme « avor­te­ment » n’est jamais pro­non­cé dans le film. En quoi la thé­ma­tique du silence résonne-​t-​elle tou­jours en 2021 ?
Audrey Diwan : Dans le livre, Annie Ernaux men­tionne le fait que, jamais, à l’époque, on ne disait ce mot. On voit là tout le dis­po­si­tif de honte sociale en œuvre autour de la loi, qui était entre autres fon­dé sur lesi­lence. Ce que j’ai res­sen­ti en le lisant et que j’ai vou­lu tra­duire à l’image, c’est vrai­ment « le corps contre la loi ». Pour moi, c’était très impor­tant de bien peser les mots. C’est pour ça que le terme « avorte- ment » n’existe pas dans le film : pour qu’il puisse mieux exis­ter à sa sor­tie. En che­min pour Venise, je me suis ren­du compte que je me posais la ques­tion de dire ou non aux jour­na­listes que j’avais avor­té. J’ai réa­li­sé avec un cer­tain effroi qu’en dépit de trois ans de tra­vail contre ce silence je me deman­dais si j’allais me[…]

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu
Ou
Abonnez-vous à partir de 1€ le premier mois
Partager
Articles liés